Il s’agit de Augusto Daniel Jesús, alors âgé de 20 ans, qui était inscrit à un cours de soins infirmiers à l’AMIA. Il a été reconnu hier que étant la dernière victime de l’attentat qui a détruit le siège de l’AMIA à Buenos Aires le 18 Juillet, 1994. Avec ce nouveau développement, l’hypothèse avançant que le cadavre non identifié appartenait à un kamikaze a maintenant été abandonnée.

Les procureurs ont fondé leur annonce sur un des résultats médico-légaux fournis par l’équipe médicolégale argentine d’anthropologie (EAAF). Cela a été fait en utilisant l’ADN prélevé sur la mère de Jésus, qui faisait aussi parti des victimes, et en le comparant avec celui du cadavre non identifié, qui s’est révélé être celui de son fils. Les spécialistes en médecine légale ont pu déterminer avec 99,999% de certitude que l’ADN extrait de la mère et du fils étaient apparentés.

La recherche pour identifié le corps de Jésus avait commencé en 2002 après que ses papiers d’identité aient été découverts sous les décombres de l’immeuble AMIA.

Après avoir appris la nouvelles, les représentants des membres familles des personnes tuées dans l’attentat ont exprimé leur indignation quant à la durée du processus d’identification.

L’Argentine a accusé le Hezbollah d’avoir perpétré l’attaque à la demande de l’Iran. Aucune preuve n’a été produite pour l’heure et les enquêteurs a été accusées d’incompétence et de corruption.

Immédiatement après avoir pris ses fonctions l’année dernière, le président argentin Mauricio Macri a annulé le mémorandum conclus entre l’Argentine et l’Iran sous la présidence de Kirchner destiné à geler l’enquête sur cet attentat terroriste.

Arutz7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.