La Bible toute entière sur une nano-puce (Tel-Aviv)

2
322

L’Université de Tel-Aviv et une entreprise de joaillerie mettent la plus petite Bible du monde dans un bijou

Le Centre des Nanosciences de l’Université de Tel-Aviv s’est associé à l’entreprise israélienne de joaillerie Tanaor pour insérer les 929 chapitres et psaumes de la Bible sur une minuscule puce électronique enchâssée dans un bijou pouvant être porté autour du cou.

D’après Yuval Kupitz, responsable des partenariats internationaux du Centre, “Cette collaboration est tout à fait particulière. La nanotechnologie est généralement utilisée dans des domaines tels que les capteurs intelligents, les médicaments, les appareils médicaux, l’électronique et l’optique. Nous nous sommes associés à une entreprise qui fabrique des produits de consommation. C’est une excellente occasion d’entrer dans un secteur traditionnel qui accroît sa valeur grâce à l’innovation”.

La Bible toute entière sur une nano-puce

La nanotechnologie permet de réduire une quantité énorme d’information à des dimensions minuscules. C’est ce qu’ont fait les chercheurs du Centre lorsqu’ils ont concentré les 929 chapitres de la Bible sur une puce unique.

Pour cela, ils ont utilisé un faisceau d’ions pour déloger les atomes du revêtement afin de façonner chacune des 1,2 million de lettres de la Bible sur la nano-puce.

Selon eux, la réalisation de cette ‘puce biblique’ nécessite sept étapes distinctes, dont l’exposition aux ultraviolets, jusqu’à la métallisation finale.

Des copies uniques sont ensuite découpées dans la feuille de silicone à l’aide d’une scie diamantée pour en faire des puces individuelles. Enfin, chaque puce est incorporée à un bijou.

Bible nanoLes chercheurs effectuent des tests d’assurance qualité et utilisent des méthodes de numérisation sophistiquées pour garantir l’authenticité du produit final. La nano-puce est si minuscule et les lettres si minutieuses qu’on ne peut voir l’écriture qu’en utilisant des microscopes professionnels avec un grossissement par 100, principalement disponibles dans les laboratoires des universités et des musées.

Tanaor est une entreprise israélienne de bijouterie établie depuis 1946, appartenant à la famille Moldawsky. Il y a un peu plus de deux ans, Magali Moldawsky et sa mère Aviva ont pris contact avec les chercheurs du Centre des nanosciences et de nanotechnologie de l’UTA, pour envisager la possibilité de combiner science, technologie et innovation avec l’artisanat traditionnel, dans le but de créer une ligne de ‘bijoux spirituels’, procurant à la personne qui les portent une “expérience émotionnelle spéciale” et un “sentiment de protection”.

Magali, titulaire d’une licence en droit et économie de l’Université de Tel-Aviv,  explique que le concept qui sous-tend les collections de Tanaor est d’exposer et de connecter des mondes, en utilisant les avancées de la technologie pour intégrer l’histoire de la Bible dans la vie de tous les jours.

Le premier nano centre en Israël

Chaque pièce est accompagnée d’un certificat d’authenticité délivré par le Rabbin Elihu Shannon, expert reconnu dans le domaine, et vérifié par le Dr. Youri Borisenkov de l’Ecole d’ingénierie mécanique de l’Université de Tel-Aviv, pour confirmer que la puce contient bien l’ensemble du texte biblique.

La ‘nano-Bible’ réalisée à l’Université de Tel-Aviv est intégrée dans un  assortiment de bijoux pour hommes et femmes, répartis en neuf collections, comportant des pendentifs représentant des symboles comme l’arbre de vie ou l’étoile de David, ou des motifs en forme de fleurs, de clé, d’ailes d’ange etc., des colliers de mots, des bracelets en cuir et autre.

Leur prix varie de 80 à 4 000 dollars. Ils sont vendus dans des musées, tels que le Musée de la Bible à Washington ou le Musée d’Israël à Jérusalem, sur les lignes d’El Al et par Internet.

Le Centre des nanosciences et de nanotechnologie de l’Université de Tel-Aviv est le premier institut du genre en Israël.

Fondé en 2000, il fournit des services de nanotechnologie au marché commercial dans divers domaines et dessert plus de 50 groupes de recherche et  40 entreprises auxquels il donne accès à des équipements et des services avancés de recherche et développement.

Un centre plus important et plus ambitieux, dont la construction sur le campus sera assurée par l’architecte français Michel Rémon, ouvrira ses portes en 2020.

Nano building580

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.