Grand Rabbin de Paris : Réélection fléchée et Beith Din de façade

6
1960

Grd Rabbin de Paris: malheureuse Réélection et Beith Din illusoire

Certains désastres passent inaperçus. Le 8 avril 2019, fut un jour triste, très triste, pour la communauté juive de France.

Et si une grande majorité des membres de la communauté ne s’en rendra jamais compte, ceux qui sont confrontés à sa violence institutionnelle, eux, s’en rendent douloureusement compte tous les jours.

Le 8 avril, Michel Gugenheim a été réélu Grand rabbin de Paris. À l’issue de son élection et, avec son habituelle derekh erets, il n’a pas salué son adversaire, le rabbin Alain Senior, mais a préféré remercié tous ceux qui ne se sont pas présentés contre lui (certains avaient même retiré leur candidature), insultant ainsi l’adversaire qui a osé, lui, se présenter contre Michel Gugenheim.

C’est du moins le témoignage de ceux qui ont entendu son allocution. Michel Gugenheim a été réélu malgré ses échecs dans plusieurs domaines dont la gestion de la kashrout et celle des divorces (on se souvient encore du scandale du get, libelle de répudiation, à 90 000€ délivré en 2014 dans lequel il était impliqué en tant que président du tribunal rabbinique et les photos parues dans la presse nationale) ; le peu de sérieux avec lequel le problème des cimetières en Algérie a été géré, etc.

Il n’a pas hésité à boycotter la visite du président de l’État d’Israël, Reuven Riveline, le qualifiant « d’insolent » pour avoir invité des rabbins des communautés libérales en même temps que les rabbins orthodoxes et les imams à une rencontre et s’en est vanté dans l’interview donnée au journal haredi Yated Neeman du 12 avril 2019.

Avec l’aide de quelques rabbins, il a mené campagne contre le don d’organes et a déclaré au Trait-d’Union (n°104) que « il importe de s’opposer fermement au prélèvement d’organes et j’appelle nos coreligionnaires à s’inscrire sur le fichier national du refus ». En revanche, il ne leur interdit pas d’en recevoir….

On appris récemment qu’un autre scandale a été étouffé. Il concerne l’aumônerie de l’HEGP. Depuis 20 ans, Gabriel Farhi, rabbin de la communauté libérale de l’AJTM, est aumônier à l’hôpital Georges Pompidou où il accomplit un travail à titre bénévole et gracieux – ce qui n’est pas le cas du rabbin Yoni Krief, nommé par l’aumônerie générale et rémunéré par l’AP-HP.

Or, Yoni Krief occupe un poste à plein temps dans une communauté à Bruxelles depuis 2017. La direction de l’hôpital ayant appris qu’elle rémunérait un rabbin qui ne visitait aucun malade a licencié Yoni Krief, mais a dû le réintégrer suite à l’intervention du G.R de Paris, Michel Gugenheim.

Et tant pis pour les malades qui ne seront pas visités, tant pis pour les caisses qui rémunèrent un salarié pour un non-travail et tant pis pour le hillul shem shamayim.

Force est de constater qu’à la différence de ce rabbin consistorial, c’est le rabbin libéral, Gabriel Farhi, qui agit en conformité avec la loi et l’éthique juives.

En dépit d’un premier mandat catastrophique, et, contrairement à la règle éthique du Talmud qui ne souhaite jamais voir pareille chose se produire, les « grands électeurs » du Consistoire de Paris (ACIP) du 8 avril 2019 ont « récompensé le pécheur » (hote’ niskar).

Outre ses échecs et les scandales, le grand rabbin Michel Gugenheim qui préside le tribunal rabbinique de Paris, s’est auto-proclamé dayyan (juge rabbinique) alors qu’il n’en détient pas le diplôme (ça ne vous rappelle pas un autre grand rabbin ?).

Ceci scandalise ses collègues haredi et le journal Yated Neeman ne se prive pas de le dénoncer dans son numéro du 17 Elul 5776 (=20/09/2016).

Depuis le départ du dayyan Yirmiyahu Cohen, on ne compte AUCUN juge rabbinique dans le tribunal rabbinique de Paris (Beith Din).

Dans le marché commercial on aurait appelé cela du « Canada dry » : ça ressemble à un beith din, ça a l’odeur du beith din, ça s’appelle un beith din, et pourtant …

Le Consistoire de Paris et son président, M. Joël Mergui, apportent leur contribution à la diffusion de cette information en imprimant le nom du g.r. Michel  Gugenheim avec le titre de « dayyan » dans les calendriers de l’ACIP de 5778 (2017/2018) et de 5779 (2018/2019). Lui apportent-ils également un supplément de salaire … ? On l’ignore.

En revanche, le rabbin et dayyan Benjamin Chelly dont la nomination a été annoncée dans la Lettre du consistoire du 10/09/2017 ne figure nulle part dans l’organigramme du Consistoire de Paris ou de son Beith Din.

Selon cette lettre, le nouveau dayyan  « seconde désormais le grand rabbin de Paris au Beth Din de la capitale, dont il est devenu le deuxième membre à part entière », (c’est le monde à l’envers : le dayyan seconde le non-dayyan).

Or ce dayyan n’a aucune part dans l’organigramme du Consistoire de Paris.

Si vous avez la curiosité de téléphoner au Beith Din de Paris, vous ne pourrez jamais joindre le dayyan Benjamin Chelly : il n’a ni bureau, ni secrétariat, ni téléphone, ni email au Consistoire de Paris.

La réponse que vous obtiendriez sera invariablement celle du secrétariat du grand rabbinat de Paris et sera toujours la même : « écrivez au grand rabbin Michel Gugenheim. Il lui transmettra ».

Enfin, puisqu’il a été élu et qu’il demeure président d’un tribunal rabbinique dépourvu de juges rabbiniques, qu’il me soit permis d’adresser quelques questions au G.R. Michel Gugenheim :

-Comptez-vous tirer enfin les leçons du scandale de 2014 (le get à 90 000€) et améliorer l’accueil des femmes « agunot » au Beith Din de Paris ?
-Comptez-vous respecter le contradictoire dans ce tribunal ?
-Comptez-vous ainsi que le personnel du Service des Divorces répondre aux courriers qui vous sont adressés ?
-Va-t-on cesser de demander aux femmes une contrepartie en échange de la remise du get ?
-Comptez-vous présenter à la communauté un « bilan » de la situation actuelle et les changements apportés dans ce service depuis le scandale de 2014, ou l’opacité restera la règle dans le Service des Divorces ?

Pour le bien de la communauté et dans son intérêt, j’espère que les réponses du g.r. Michel Gugenheim à ces questions se feront entendre rapidement.

Dans l’intérêt de la communauté, je lui souhaite une bonne mandature.

Liliane Vana
Spécialiste en droit hébraïque
Talmudiste, Philologue

6 COMMENTS

  1. Nokem ronenJuil 10, 2019 at 11 h 02 min

    Nous n’avons pas besoin de combattre l’antisémitisme à l’extérieur de notre communauté.
    Il est parmi nous .il existe des juifs antisémites.! En voila une preuve !
    Cette femme à la haine des hommes et des rabbins et ne possède aucun diplôme universitaire . isurpatrice Elle se cherche une place dans la Communauté

    Et surtout celle ci est instrumentalisé par le …grand ravin de France et sa clic .
    Nommée par celui ci à la commission des droits de l’homme…dis moi qui tu fréquentes je te dirai qui tu es …

    • Liliane Vana, est docteur en sciences des religions, spécialiste en droit hébraïque, Talmudiste, Philologue et Professeure associée à l’université Libre de Bruxelles.

      Qui est l’usurpateur?. Vous n’obtiendrez pas le prix de la critique juste. Eh puis, insulter un grand rabbin de France “et sa clique” (dont des gens très bien), de façon anonyme sur un forum, vous allez bientôt obtenir le grand prix du Lachon Ara tous azimuts. Dommage de laisser TROP d’empreintes, quand on veut garder l’anonymat. Vos critiques par le Parisien et des mises en cause d’au moins un protagoniste de l’article, dans le passé, -mais on sait aussi que les gens peuvent retrouver leurs esprits et mieux faire, c’est le principe de la T’chouva – laissent supposer des intérêts liés (donc juge et partie). Merci de stopper là vos démonstrations… trop démonstratives. A votre demande, nous pourrons effacer vos traces “anonymes” et clore-là ces vains persiflages, indignes d’un vrai débat sur les vraies questions soulevées.

  2. http://www.leparisien.fr/faits-divers/ecole-d-aubervilliers-de-precedentes-agressions-imaginaires-en-france-14-12-2015-5371623.php

    Le 3 janvier 2003, Gabriel Farhi, 34 ans, rabbin du Mouvement juif libéral de France (MJLF), est blessé par un coup de couteau dans l’abdomen dans sa synagogue rue Pétion à Paris (11e arrondissement). Transféré à l’hôpital Saint-Antoine, il en sort le soir même. L’agression était survenue alors qu’il était seul dans la synagogue avant le début de l’office du shabbat. Il avait déclaré : «Quelqu’un a sonné à la porte. J’ai ouvert, un homme un peu plus petit que moi â?? environ 1,75 mètre â??, la tête couverte d’un casque de moto intégral avec la visière opaque rabaissée, a prononcé Allahou Akbar â?? Dieu est grand â?? et m’a donné un coup de couteau. Son accent était très français.»
    Le matin même, une lettre anonyme était arrivée au siège du Mouvement juif libéral de France (MJLF), affirmant : «Nous aurons la peau du rabbin Gabriel Farhi et nous vengerons le sang de nos frères palestiniens […] Après avoir mis le feu à sa synagogue, nous nous vengerons directement sur lui.»

    Newsletter – L’essentiel de l’actu

    Chaque matin, l’actualité vue par Le Parisien

    JE M’INSCRIS

    Votre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales. En savoir plus

    Immédiatement, le président de la République Jacques Chirac fait porter à la victime une lettre qui condamne l’agression et le rabbin Farhi est immédiatement placé sous protection policière et le ministre de l’Intérieur d’alors, Nicolas Sarkozy, fait part de sa «détermination» à élucider l’affaire. Cinq jours plus tard, une «prière pour la fraternité et la solidarité» est organisée à la synagogue. Sont présents : Nicolas Sarkozy, Bertrand Delanoë (maire de Paris), Jack Lang, Guy Béart, Mgr Jean-Marie Lustiger (archevêque de Paris), Dalil Boubakeur (recteur de la Mosquée de Paris), ainsi que quatre anciens premiers ministres : Ã?douard Balladur, Alain Juppé, Laurent Fabius et Lionel Jospin.
    Neuf jours plus tard, non seulement l’affaire n’est pas résolue, mais les enquêteurs de la PJ sont de plus en plus perplexes face à «une quinzaine d’éléments accréditant des zones d’ombre qui fragilisent la version de M. Farhi». Les enquêteurs soulignent également les «déclarations contradictoires du rabbin». La presse rapporte une note du médecin-chef des pompiers décrivant une «plaie hésitante pouvant correspondre à une automutilation»â?¦

    Finalement, le 4 septembre 2008, la juge Marie-Antoinette Houyvet  rendait une ordonnance de non-lieu, au terme de cinq ans d’instruction, au bénéfice de Charles Leselbaum, maître de conférence à la retraite qui connaissait la «victime», qui avait été mis en examen pour des faits de menaces de mort qu’il avait toujours contestés.
    Christophe Bentboha : le chauffeur de bus «brûlé vif»
    L’odieuse agression dont se disait victime un chauffeur de bus de la Régie des transports marseillais (RTM) en 2002 était un pur mensonge qu’il a avoué aux policiers du service d’investigations et de recherches. L’homme de 27 ans avait d’abord raconté que lors de son service, en début de soirée du 23 mars, sur la ligne 89 qui relie le centre-ville au quartier nord, deux individus portant des masques d’Halloween étaient montés dans le bus. L’un d’entre eux lui aurait dit : « Ce soir c’est carnaval, on va te mettre le feu. » Joignant le geste à la parole, il aurait sorti une bouteille d’essence avant d’asperger le malheureux et de l’enflammer. Selon la version du chauffeur, un homme d’une trentaine d’années, les deux adolescents auraient pris la fuite et lui-même aurait eu juste le temps d’ôter sa veste pour éviter d’être brûlé.
    A la suite de cette agression, une grève des transports en commun avait paralysé Marseille, la population choquée et Jean-Claude Gaudin, le maire DL, avaient demandé une peine exemplaire pour les coupables. Cependant, les policiers chargés de cette enquête ont  relevé, dès le début, plusieurs incohérences dans le témoignage de la pseudo-victime. Une perquisition à son domicile n’a pas non plus permis de retrouver hier le blouson à demi calciné que le chauffeur disait porter ce soir-là. Forts de leurs doutes, les enquêteurs l’ont placé en garde à vue pendant laquelle il a craqué et avoué son mensonge.
    Le conducteur a reconnu avoir inventé cette agression de toutes pièces dans le but d’obtenir sa mutation dans les quartiers sud de la ville, alors qu’il était affecté aux quartiers nord, réputés moins sûrs. Il a été condamné à dix-huit mois de prison avec sursis et trois ans de mise à l’épreuve par le tribunal correctionnel de Marseille.

    D’autres exemples

    19 déc 2014 : un chauffeur d’autobus de 23 ans est condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir mis en scène son agression avec l’aide d’un collègue, à Goussainville (Val-d’Oise), afin d’obtenir un arrêt de travail.

    7 juil 2014 : une ex-Femen tunisienne, 19 ans, dénonce sur Facebook une agression par des islamistes dans le métro à Paris. Reconnaissant son mensonge et disant vouloir «attirer l’attention», le tribunal la condamne le 8 octobre à 1.500â?¬ d’amende avec sursis, une peine «extrêmement légère par rapport à la gravité des faits», selon la présidente.

    28 nov 2011 : un avocat de Draguignan (Var) affirme avoir été victime d’une agression à son cabinet par des hommes cagoulés. Trois jours plus tard, il admet, devant ses contradictions, s’être blessé en tombant.

    10 oct 2007 : une collégienne juive de 13 ans affirme avoir été agressée par trois voleurs, dans l’escalier du métro parisien «Eglise de Pantin», du fait de sa religion. Confondue après avoir livré plusieurs versions de son récit, elle finit par expliquer s’être accidentellement blessée avec un grillage, sans expliquer son mensonge.

    • Qu’est-ce ça vient fiche là? On a toujours été les premiers à dénoncer les cas de mythomanie. En êtes-vous victime? Ce n’est pas en insultant vos interlocuteurs que vous gagnerez en crédibilité.

  3. Cette fille folle et deformée a été violée quand elle était une jeune fille
      Et à partir de ce jour
      Elle est pleine de haine contre tous les hommes, et particulièrement contre les rabbins! …
      Elle est vraiment une réincarnation de la glace
      Mais sans sa richesse
      Et sans sa connaissance et sa grandeur dans la Torah

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.