Exode : 70.000 réfugiés aux portes de la Jordanie et d’Israël ©

Le gouvernement israélien n'a pas encore fait de déclaration sur la politique qu'il s'apprête à devoir adopter à l'égard des réfugiés syriens qui prennent la direction du Golan.

4
248
Nouvel exode syrien : quelques 70.000 réfugiés aux portes de la Jordanie et d’Israël

 

Le camp de réfugiés de Mafraq en Jordanie

 

La crise des réfugiés du nord de la Syrie est actuellement en train de se répéter dans le sud, avec son florilège de dizaines de milliers de femmes, d’enfants et de vieillards destitués, dépossédés de tout, en train de fuir leurs maisons – mais cette fois, ce n’est pas autour d’Alep assiégée jusqu’à la frontière turque, mais bien à partir de la région sud de Dera’a jusqu’aux frontières jordaniennes et israéliennes.

A la différence de la très large couverture médiatique de la crise des réfugiés à la frontière entre la Syrie et la Turquie, l’exode des réfugiés du sud n’a reçu qu’une très maigre attention de la part des médias et même des correspondants israéliens, qui en sont les témoins directs.

Avec l’intensification des attaques au sud de la Syrie, environ 50.000 réfugiés sont actuellement en train d’affluer vers la Jordanie et une autre masse d’environ 20.000 sans abri vers la frontière du Golan à Quneitra.

Les sources militaires de Debkafile révèlent que, depuis que le temps s’est éclairci et que les frappes aériennes russes ont repris contre les rebelles qui tiennent la partie nord de Dera’a, des dizaines de milliers de civils sont en mouvement à partir du sud. Environ 15.000  à 20.000 personnes ont atteint la frontière jordanienne et plus de 30.000 autres sont sur le point de suivre ce chemin ; alors qu’une autre vague de 20.000 personnes semble faire route vers la ville de Quneitra dans le Golan, à la frontière israélienne.

La Jordanie a déjà absorbé plus de 650.000 réfugiés au cours des précédents exodes de cette guerre qui dure depuis cinq ans.

Un SOS désespéré est apparu sur les réseaux sociaux mercredi 10 février, dans lequel le Conseil Provincial de Dera’a, contrôlé par les rebelles alerte que des dizaines de milliers de civils tentent d’échapper aux frappes aériennes russes et aux barils de bombes lancés par les avions de guerre et les hélicoptères d’attaque syriens.

Il n’y a aucun moyen ni aucun itinéraire pour apporter de l’eau, de la nourriture et des médicaments aux réfugiés en fuite.

Les sources militaires qui surveillent la situation rapportent que l’exode a été déclenché par la chute d’Alaman, à 3 kms au Nord de Dera’a, aux mains des forces syriennes et du Hezbollah. Ces divisions ont coupé certaines parties de l’Autoroute 5 allant de Dera’a à Damas. Les rebelles se sont retrouvés avec uniquement une seule route servant d’échappatoire, la route vers la frontière jordanienne, mais elle aussi se retrouve sous un feu nourri, forçant les réfugiés à chercher à contourner l’obstacle à travers le pays escarpé.

Tout comme à Alep, le quartier de Darnah est tenu par des centaines de milices rebelles composites, allant de groupes de l’Armée Syrienne Libre soutenue par les Etats-Unis à des groupes ayant prêté allégeance à Daesh. Selon nous sources des renseignements, il est souvent difficile de déterminer quels groupes prennent leurs ordres auprès de qui.

La Jordanie suit la même politique que la Turquie, envers les dizaines de milliers de réfugiés massés à sa frontière. Un seul passage est possible à Ramtha, mais les réfugiés n’ont pas l’autorisation de traverser.

Le gouvernement israélien n’a pas encore fait de déclaration sur la politique qu’il s’apprête à devoir adopter à l’égard des réfugiés syriens qui prennent la direction du Golan.

DEBKAfile Reportage exclusif 10 février 2016, 6:36 PM (IDT)

 

4 COMMENTS

  1. laisser entrer des néonazis serait la plus grosse bêtise possible, mais rien ne m’étonne plus de cette baudruche de Netanyahu

  2. Israël refuse logiquement le soit disant “droit au retour” des arabes palestiniens, alors il me parait évident qu’Israël ne laissera jamais des dizaines de milliers d’arabes de Syrie venir sur son territoire.

    Il y a 57 pays faisant partie de l’ “Organisation de la coopération islamique”, c’est assez pour s’en occuper, non ?

  3. y a 1.8 milliard de musulman sur la terre…ils occupent un territoire giguantesque et riche en matiere premiere.

    les syriens ont assez de freres partout pour eviter de venir en israel.

    a rappeller qu`israel est oficiellement en guerre contre la syrie depuis 67 je crois.
    on a rarement vu un pay aceuillir en nombre les ressortissants d `un pays ennemi.

  4. La question est simple, Israel a-t-Il les moyens financiers et sécuritaires,
    pour accueillir des réfugiés arabes musulmans ?

    La réponse est tout simplement : NON,
    car il suffit de constater qu’Israël a déjà du mal financièrement
    à accueillir les immigrés Juifs issus de l’Alya.

    Sans compter, le grave problème sécuritaire de la venue
    d’immigrés musulmans pouvant se rallier à la cause
    et violence palestinienne !

    C’est pas un manque de charité,
    c’est seulement un problème de survit
    à long terme pour Israël !!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.