Les rapprochements sont-ils fondés ? 

Sans aucun doute. Même type de population voulant imposer sa loi, par la force et la violence, au mépris du droit, en cherchant toujours à se victimiser. A leurs yeux tout cela se justifie par la haine de l’Occident ou du Juif.

Voitures incendiées, commerces vandalisés après une nouvelle nuit d’émeutes à Fréjus

70 CRS annoncés en renfort par le ministre de l’Intérieur ce dimanche, après une nouvelle nuit de violences quartier La Gabelle à Fréjus, gangrené par le trafic de drogue. Des affrontements pendant 3-4 heures entre des dizaines de voyous et les forces de l’ordre. Quatre policiers ont été blessés.

FRANCE – FREJUS

ISRAEL -JERUSALEM SANS INCENDIE OU LA POLICE MAITRISE

Fréjus se remet péniblement d’une nouvelle nuit de violences urbaines ce dimanche, quartier La Gabelle à cheval entre la cité impériale et Saint-Raphaël.  Pendant 3-4 heures, les habitants ont subi des affrontements de rues entre plusieurs dizaines de voyous et les forces de l’ordre. Des voitures brûlées, des commerces dégradés, des poubelles incendiées, du mobilier urbain arraché et vandalisé, les dégâts sont impressionnants.

Les policiers ont dû intervenir dans la nuit de samedi à dimanche dans un quartier situé à mi-chemin de Fréjus et Saint-Raphaël dans le Var, après le signalement de nuisances. Sur place, ils ont été la cible de tirs de mortier, de projectiles. Des voitures ont été également été brûlées, des vitrines brisées. Dans la nuit de samedi à ce dimanche, La Gabelle, un quartier limitrophe de Fréjus et Saint-Raphaël a été le théâtre de violences urbaines.

FRANCE – FREJUS

Selon nos informations recueillies auprès de sources concordantes, Police Secours est d’abord contacté peu après minuit pour des nuisances sonores dans la cité de la Gabelle, à cheval entre Saint-Raphaël et Fréjus. Trois équipages de police – soit une dizaine de personnes – se rendent sur place, anticipant déjà des difficultés.

« Une nuit de chaos » selon le syndicat Alliance

Dès leur arrivée, ils sont pris à partie par un groupe composé d’une cinquantaine de jeunes : tirs de mortiers, tirs de projectiles. Très vite des renforts sont dépêchés sur place, venant de Toulon, Marseille, Draguignan, accompagnés d’équipages de la police municipale de Frejus et de Saint-Raphaël, portant le nombre de policiers présents à une trentaine, au plus fort des événements. Les violences se deportent vers la rue Jean Giono, trois voitures sont brûlées dont une appartenant à la police municipale, une quinzaine de vitrines de commerce brisées. Deux commerces ont été incendiés. La séquence de violences prend fin vers 4h du matin. Le parquet de Draguignan a ouvert une enquête de flagrance confiée à la sûreté départementale pour violences et dégradations.

Après qu’on a d’abord dénombré trois policiers atteints – deux membres de la police nationale et un agent de la police municipale -, le bilan a été revu à la hausse et ce sont quatre fonctionnaires qui ont été légèrement blessés au cours de l’opération, sans que leurs hématomes nécessitent un transport à l’hôpital. De surcroît, une source judiciaire a confirmé à BFMTV qu’un jeune avait été blessé à l’œil pendant la nuit sans que ni l’origine, ni la nature, ni la gravité de la blessure soient connues.

Davido Reverdy, secrétaire national « Province » d’Alliance Police nationale, a parlé d’une « nuit de chaos ». Il a expliqué que la situation avait dégénéré à l’issue d’une simple intervention pour faire respecter le couvre-feu à des habitants du quartier, après le signalement d’un tapage: « Ça part d’un simple contrôle pour demander aux jeunes – je vous rappelle qu’on est encore en confinement pour quelques jours – de regagner leur domicile parce qu’en plus ils font des nuisances aux riverains. Ils les empêchent de dormir tout simplement. Et ça se finit en guet-appens, avec des blessés, des magasins dégradés. »

Le policier a décrit le quotidien de la cité: « C’est une cité où la drogue est implantée et où son commerce est récurrent. C’est une cité qui fait très régulièrement parler d’elle. » D’après nos informations recueillies auprès d’une source judiciaire, le contexte est particulièrement tendue dans le quartier de La Gabelle depuis la conduite de plusieurs opérations anti-stupéfiants récemment dans le secteur.

Nuit d’émeutes urbaines à Blois, le préfet fait appel à de nombreux renforts

Les violences sont liées à un accident de la route suite à un refus de contrôle de police. Jusqu’à 300 émeutiers ont été comptabilisés, mais il n’y a pas eu d’interpellations pour le moment.

Violences urbaines : le spectre de la contagion

Depuis l’affaire de Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), les incidents se multiplient dans les banlieues, principalement en Ile-de-France. Les appels à l’émeute sur les réseaux sociaux préoccupent les forces de l’ordre.

Des heurts également en province

Pour l’heure, les échauffourées sont concentrées en grande partie en région parisienne, où les dispositifs de sécurité ont été renforcés pour les prochaines nuits. Avec déploiement d’hélicoptère. L’achat et la détention de feux d’artifice, détournés à des fins de projectiles contre les forces de l’ordre, ont été interdits ce mardi soir par le préfet de police de Paris jusqu’au 27 avril.

Mais des heurts sont aussi relevés depuis le week-end dans des quartiers dits de reconquête républicaine (QRR) en province, comme au Mirail à Toulouse (Haute-Garonne), sans que l’on sache si les émeutiers agissaient en réaction à l’affaire de Villeneuve-la-Garenne, par mimétisme ou pour d’autres raisons. Les policiers notent, par exemple, des frustrations et tensions liées à l’impact du confinement et des contrôles de police sur le trafic de stupéfiants.

Dans tous les cas la même population veut imposer sa loi.

Seule la force, la violence, le refus de la loi, sous couvert de victimisation, sont les moteurs de cette population, endoctrinée, mue par la haine, et souvent une histoire réécrite à leurs grés. Pour les émeutes à Jérusalem, voir notre article sur les amis de Biden. On voit alors bien qu’à l’égard d’Israël il y a deux poids deux mesures.

En France la république n’a plus sa place dans certaines zones d’où elle a été chassée. C’est un apartheid inversé. Alors quand les médias reprennent des accusations fausses à l’égard d’Israël, ils feraient mieux de voir ce qui se passe dans leur pays.

Les martyrs ne sont pas ceux que vous croyez

1991 : Le 6 août 1991, assassinat de Chapour Bakhtiar et de son secrétaire à Suresnes.

1994 : Entre décembre 1994 et décembre 1996, le Groupe islamique armé va perpétrer 11 attaques sur le sol français, au cours desquelles 12 personnes perdent la vie et plus de 300 autres sont blessées.

24-26 décembre 1994 : Abdul Abdallah Yahia, Mustafa Chekienne, Makhlouf Benguetaff et Salim Layadila organisent la prise d’otages du vol 8969 Air France qui se solde par un assaut du GIGN au cours duquel 16 otages sont blessés

1995 : La France est particulièrement frappée par une série d’attentats en 1995, organisée par une cellule constituée de Ali Touchent, cerveau présumé du groupe, de l’artificier Boualem Bensaïd, des poseurs de bombe Khaled Kelkal et Smaïn Aït Ali Belkacem et financée par Rachid Ramda.

11 juillet 1995 : Abdelbaki Sahraoui et son secrétaire sont abattus dans la mosquée de la rue Myrha.

25 juillet 1995 : 8 personnes sont tuées et 117 autres blessées lors de l’attaque à la bombe de la gare de Saint-Michel de RER

17 août 1995 : 16 personnes sont blessées lors de l’explosion d’une bombe près de la place Charles de Gaulle à Paris

26 août 1995 : un engin explosif destiné à faire dérailler un TGV est découvert à Cailloux-sur-Fontaines

3 septembre 1995 : 4 personnes sont blessées lors de l’explosion d’une bombe sur le marché du boulevard Richard Lenoir à Paris

4 septembre 1995 : un engin explosif est découvert dans des toilettes publiques de la place Charles-Vallin à Paris

7 septembre 1995 : 14 personnes sont blessées lors de l’explosion d’une bombe à proximité d’une école juive de Villeurbanne

6 octobre 1995 : 12 personnes sont blessées lors de l’explosion d’une bombe près de la station de métro Maison-Blanche à Paris

17 octobre 1995 : une trentaine de personnes est blessée lors de l’explosion d’une bombe dans une rame du RER C à Paris

1996 :La France est frappée une dernière fois en 1996.

3 décembre 1996 : une attaque à la bombe à la gare de Port-Royal du RER B fait 4 morts et 91 blessés

2000-2009

2004 : 8 octobre 2004 : une bombe explose devant l’ambassade d’Indonésie à Paris et fait 10 blessés. Le Front islamique français armé revendique l’attentat8.

2010-2019

2012 : Le 11 mars 2012, 13 mars 2012, 19 mars 2012, tueries à Toulouse et Montauban faisant 7 morts dont 3 enfants et 6 blessés.

11 mars 2012 : Mohammed Merah assassine un militaire à Toulouse

15 mars 2012 : Mohammed Merah assassine deux militaires et en blesse un autre à Montauban

19 mars 2012 : Mohammed Merah assassine quatre personnes devant une école juive de Toulouse

19 septembre 2012 : Jérémie Louis Sidney et Jérémie Bailly, membres de la cellule Cannes-Torcy, blessent 1 personne en lançant une grenade dans un épicerie juive de Sarcelles

2013 : Le 25 mai 2013, un extrémiste islamiste armé d’un couteau attaque et blesse un militaire français dans l’attentat de 2013 à La Défense9.

2014 : Le 20 décembre 2014, attaque contre un commissariat de Joué-lès-Tours de 2014. Un homme criant « Allahu akbar » attaque un poste de police avec un couteau. Il blesse trois policiers avant d’être abattu10,11,12.

2015 : Du 7 au 9 janvier 2015, attentats en France. Une série d’attaques terroristes islamistes qui se déroule entre les 7 et 9 janvier 2015 en France, visant le comité de rédaction du journal Charlie Hebdo (voir Attentat contre Charlie Hebdo), des policiers (notamment Clarissa Jean-Philippe) et des Français de confession juive fréquentant une supérette cacher (voir Prise d’otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes). Dix-sept personnes sont assassinées et vingt sont blessées ; les trois terroristes sont abattus par les forces de l’ordre le 9 janvier.

Le 3 février 2015, trois militaires en faction devant un centre communautaire juif à Nice sont agressés au couteau par Moussa Coulibaly13, demeurant à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Il exprime en garde à vue sa haine de la France, de la police, des militaires et des Juifs.

Le 19 avril 2015, affaire Sid Ahmed Ghlam. Une femme de 32 ans (Aurélie Châtelain) est assassinée par un étudiant algérien de 24 ans qui prévoyait un attentat dans une église de Villejuif, le projet de ce dernier ayant été déjoué peu de temps après14.

Le 26 juin 2015, attentat de Saint-Quentin-Fallavier en Isère, 1 mort décapité (Hervé Cornara, 55 ans) et 2 blessés15. Brandissant un drapeau islamiste, un homme conduit son véhicule contre des bonbonnes de gaz stockées dans la cour de la filiale française du groupe américain Air Products.

Le 21 aout 2015, attentat du train Thalys sur la ligne reliant Amsterdam à Paris, mené par un ressortissant marocain Ayoub El Khazzani, proche de l’islamisme radical et déjoué par plusieurs passagers, on compte 3 blessés16.

Le 13 novembre 2015, une série de sept attaques, à Paris et en Seine-Saint-Denis, perpétrée par au moins dix terroristes avec au moins une vingtaine de complices, provoque la mort de 131 personnes et fait 413 blessés, dont 99 dans un état très grave. Les tueries sont revendiquées par l’État islamique.

2016 : Le 7 janvier 2016, un islamiste marocain portant une fausse ceinture explosif attaque des policiers à l’aide d’un couperet à viande, il est abattu, il s’agit d’un ressortissant marocain né en 1995 à Casablanca, mis en cause pour vol en 201317.

Le 11 janvier 2016, un adolescent turc âgé de 15 ans agresse à la machette un enseignant juif. L’auteur dit avoir agi « au nom d’Allah » et de l’organisation État islamique. Un blessé18.

Le 13 juin 2016, double meurtre à Magnanville. Un commandant de police et sa compagne, fonctionnaire du ministère de l’intérieur (Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider), sont assassinés devant leur domicile à Magnanville par Larossi Abballa. L’attentat est revendiqué par l’organisation État islamique19.

Le 14 juillet 2016 à Nice, le jour de la fête nationale, un Tunisien, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, fonce dans la foule venue voir le feu d’artifice au volant d’un camion sur la promenade des Anglais, tuant 86 personnes et en blessant 458, avant d’être abattu par les forces de l’ordre20. L’État islamique revendique cet acte21.

Le 26 juillet 2016, lors d’une messe, deux islamistes munis d’armes blanches prennent en otage plusieurs personnes dans l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen. Le curé de la paroisse, le Père Hamel, est égorgé, et un paroissien est blessé. Les deux terroristes sont abattus par les forces de l’ordre, l’un d’eux,Adel Kermiche, était fiché S. Selon le Président de la République, « les deux terroristes se réclament de Daesh »22,23. L’attentat est revendiqué via Amaq, l’agence de presse de l’État islamique24.

Le 4 septembre 2016, Bilal Taghi, détenu franco-marocain, purgeant une peine de 5 ans de prison pour avoir tenté d’aller faire le jihad en Syrie, blesse grièvement 2 surveillants, aidé par plusieurs complices25.

Le 4 septembre 2016, une tentative avortée d’attentat terroriste a lieu devant Notre-Dame de Paris à l’aide d’une voiture piégée par un commando de trois femmes, commanditées par Daesh, voir Attentat de Notre-Dame de Paris.

2017 : Le 3 février 2017, attaque contre des militaires au Carrousel du Louvre à Paris fait deux blessés26.

Le 18 mars 2017, un homme s’empare de l’arme d’une militaire à Orly avant d’être abattu. Même s’il a affirmé au moment de son geste vouloir « mourir par Allah »27 et a été signalé pour « radicalisation » lors d’un séjour en prison en 2011-2012, ses motivations restent floues (il ne souhaitait plus retourner en prison) et le lien avec le terrorisme islamiste non démontré28.

Le 20 avril 2017, un homme ouvre le feu à l’arme automatique sur des policiers le long de l’avenue des Champs-Élysées, vers 21 heures, L’un d’entre eux est tué pendant l’attaque, deux autres ainsi qu’une passante sont blessés. L’assaillant est abattu et l’État islamique revendique l’attaque dans la soirée29,30.

Le 6 juin 2017, un homme attaque avec un marteau un policier et le blesse légèrement devant la cathédrale Notre-Dame de Paris. Les policiers répliquent et le blessent. L’assaillant, Farid Ikken, un Algérien de quarante ans, ancien journaliste disposant d’un visa étudiant, se déclare « soldat du califat »31.

Le 19 juin 2017, un homme armé percute un fourgon de la Gendarmerie sur les Champs-Élysées32. Aucun mort n’est à déplorer, excepté l’assaillant, Adam Djaziri un fiché S. Le 13 juillet, l’État islamique revendique l’attaque33.

Le 9 août 2017, attaque à la voiture bélier qui blesse 6 militaires à Levallois-Perret en région parisienne34.

Le 15 septembre 2017, un homme armé d’un couteau attaque un militaire en patrouille à la station de métro Châtelet à Paris. L’auteur tient des propos faisant référence à Allah : « Allah akbar, vous êtes des mécréants »35.

Le 1er octobre 2017, un Tunisien en situation irrégulière connu pour différents crimes égorge deux jeunes femmes dans la gare Saint-Charles à Marseille avant d’être abattu par les des militaires de l’opération Sentinelle. L’attaque est revendiquée par l’État islamique36,37.

2018 : Le 11 janvier 2018, un détenu au passé terroriste, attaque au couteau des surveillants, faisant 4 blessés, à la prison de Vendin-le-Vieil.

Le 23 mars 2018, un homme tue 4 personnes dont Arnaud Beltrame, lors d’attaques et une prise d’otage dans un supermarché dans l’Aude, à Carcassonne et Trèbes. L’homme, qui est par la suite abattu, est un Franco-Marocain se réclamant de l’État islamique, qui revendique l’attentat le jour même38.

Le 12 mai 2018 à Paris, vers 21 h un individu attaque à l’arme blanche des passants en criant « Allah Akbar », il tue une personne, en blesse quatre autres dont deux gravement39, il se dirige ensuite vers une patrouille de police qui décide de l’abattre. L’attaque est revendiquée par l’État islamique40.

Le 11 décembre 2018 dans la soirée, à proximité du marché de Noël de Strasbourg, un homme déambule dans les rues du centre-ville, tue cinq passants et en blesse une dizaine d’autres. L’assaillant, un Franco-Algérien de 29 ans, est abattu le 13 décembre à Strasbourg par la police. L’attaque est revendiquée par l’État islamique.

2019 : Le 5 mars 2019, Attentat de la prison de Condé-sur-Sarthe, 3 personnes, dont un terroriste, sont blessées et 1 terroriste est mort lorsque 2 surveillants pénitentiaires sont attaqués au couteau en céramique. L’auteur a prêté allégeance à l’État islamique.

Le 24 mai 2019, attentat de la rue Victor-Hugo de Lyon, 14 blessés. L’auteur reconnaît avoir prêté allégeance à l’État islamique41.

Le 3 octobre 2019, attentat de la préfecture de police de Paris, 4 policiers ont été tués dans une agression au couteau de cuisine à la préfecture de police de paris par un individu qui y travaillait. Il était converti à l’islam depuis 200842, le Parquet national antiterroriste s’est saisi de l’affaire43. En février 2020, les enquêteurs confirment la piste terroriste44,45,46.

2020 : Le 3 janvier 2020, dans le parc des Hautes-Bruyères à Villejuif, un jeune homme de 22 ans, attaque à l’arme blanche des passants, en répétant « Allah Akbar », tuant un homme et blessant gravement 2 femmes. L’individu sera par la suite neutralisé par une patrouille de policiers. Le jeune homme récemment converti à l’islam47 a perpétré cette attaque d’une « extrême violence » avec une « extrême détermination », selon les déclarations du Parquet national antiterroriste qui s’est saisit de l’affaire.

Le 5 janvier 2020, un individu connu de la DGSI et fiché S, armé d’un couteau et criant « Allah Akbar », est interpellé à Metz après avoir tenté d’agresser des policiers48. La section antiterroriste ne s’est pas saisie de l’enquête.

Le 4 avril 2020, à Romans-sur-Isère , un réfugié soudanais, Abdallah Ahmed-Osman, crie « Allah Akbar », tue au couteau deux passants et en blesse cinq autres, leur demandant s’ils sont de confession musulmane.

Le lundi 27 avril 2020, en fin d’après-midi à Colombes (Hauts-de-Seine), le conducteur d’une voiture a percuté volontairement deux motards de la police à vive allure, les blessant gravement. L’auteur a fait allégeance à l’État islamique.

Le vendredi 25 septembre 2020 , deux personnes sont grièvement blessées à l’arme blanche près des anciens locaux du journal Charlie Hebdo. Le Parquet national antiterroriste a ouvert une enquête pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste, association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Selon l’AFP citant des sources concordantes, l’assaillant de nationalité pakistanaise assurait « assumer son acte qu’il situe dans le contexte de la republication des caricatures (de Charlie Hebdo, ndlr) qu’il n’a pas supportée ».

Le 16 octobre 2020, un enseignant, Samuel Paty, est décapité devant un collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), car il a montré lors d’un cours sur la liberté d’expression les caricatures de Mahomet. Son assassin présumé (islamiste de nationalité russe) est abattu par la police dans la ville voisine d’Eragny (Val-d’Oise)49.

Le 29 octobre, un Tunisien tue 3 personnes et en blesse plusieurs autres dans la Basilique Notre-Dame de l’Assomption de Nice avant d’être arrêté par la police50.

2021 : Le 23 avril 2021, un Tunisien nommé Jamel Garchène tue une fonctionnaire de police nommé Stéphanie Monfermé au commissariat de Rambouillet avant d’être abattu par la police51.

 

 

 

4 Commentaires

  1. Il faut aller jusqu’au bout de la démonstration. En face, que ce soit en France ou en Israël, il y ceux qui, sans nuances, pratiquent déni et démagogie au nom d’un humanisme revu et corrigé.
    Comme si la pratique de l’amalgame ne pourrait être que le fait « d’extrémistes de droite »

  2. LA FRANCE ET ISRAEL MEME COMBAT,UN GROS CHEVAL DE TROIE DANS LEURS RANGS QU’IL FAUT ERADIQUER AU PLUS VITE.LES ARABES « FRANCAIS » ET LES « ARABES »ISRAELIENS QU’IL FAUT RENVOYER CHEZ EUX AVANT QUE CE SOIT TROP TARD,SI CA NE L’EST PAS DEJA !!!!!!

  3. Chercher l’erreur ??? Comme le meutre de Sarah Halimi!!! Bouffée délirante ! Jusqu’à quand, tous ces assassinats seront enfin reconnus comme étant perpétré par des êtres abject et sans aucune humanité ????

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.