De colporteurs à présidents : dans la communauté palestinienne d’El Salvador.

La petite nation d’Amérique centrale abrite l’une des plus grandes populations palestiniennes d’Amérique latine, qui détient traditionnellement un grand pouvoir économique et politique.

Dans la petite nation d’Amérique centrale d’El Salvador, on peut trouver de nombreuses traces visibles d’un endroit que des dizaines de milliers de personnes y appellent chez eux : la Palestine.

Bien qu’ils soient séparés par plus de 12 000 km, El Salvador et la Palestine partagent plus d’un siècle d’histoire qui lie les deux pays et leurs peuples.

L’Amérique latine abrite la plus grande diaspora palestinienne en dehors du monde arabe, avec environ 700 000 personnes d’origine palestinienne résidant dans toute la région. Environ 100 000 d’entre eux vivent au Salvador.

Les Palestiniens sont arrivés pour la première fois sur le sol salvadorien à la fin du XIXe siècle, alors que l’Empire ottoman, qui occupait une grande partie du Moyen-Orient à l’époque, commençait à voir un exode important de ses habitants.

Entre 1860 et 1914, environ 1,2 million de personnes ont fui l’Empire ottoman et se sont réinstallées dans les Amériques à la recherche de pâturages plus verts.

Les migrants qui se sont lancés pour la première fois dans le voyage transatlantique et se sont installés dans de nouveaux pays étaient majoritairement chrétiens, stimulés par la recherche de meilleures opportunités économiques, ainsi que par le désir d’éviter les conscriptions militaires forcées à la suite de la Première Guerre mondiale.

« La raison pour laquelle de nombreux Palestiniens ont migré était la même pour laquelle de nombreuses personnes du Levant ont migré à l’époque : pour des raisons politiques et économiques », explique Yousef Aljamal, universitaire et co-auteur de Communautés de la diaspora palestinienne en Amérique latine et État palestinien .

« C’étaient les derniers jours de l’Empire ottoman et la majorité de ces gens étaient chrétiens. Ils ne voulaient pas combattre dans la guerre aux côtés de l’Empire ottoman et ils voulaient une vie meilleure.

Seule une minorité de la première vague de migrants levantins était originaire de la Palestine d’aujourd’hui, mais la grande majorité de ceux qui se sont installés au Salvador venaient principalement de Bethléem.

Douleurs de croissance

À leur arrivée, les Palestiniens ont constaté qu’ils n’avaient que peu d’options dans leur nouvelle maison d’Amérique centrale. Contrairement à leurs homologues européens, ils n’ont pas pu bénéficier d’accords migratoires préétablis qui leur garantissaient un travail agricole, et ont donc été contraints de trouver d’autres moyens de s’en sortir.

Des opportunités se sont donc présentées dans les rues d’El Salvador, où de nombreux Palestiniens ont commencé à travailler comme vendeurs ambulants ou colporteurs – une occupation courante pour les migrants levantins à l’époque.

« Où qu’ils se soient retrouvés, les marchands palestiniens d’Amérique latine ont commencé à vendre des marchandises de porte à porte – un travail difficile mais lucratif. Au départ, ils vendaient de l’artisanat religieux », écrit Cecilia Baeza, politologue et universitaire spécialisée dans les diasporas.

« Très rapidement, cependant, ils ont réussi à étendre leur activité à d’autres produits manufacturés, et la plupart ont pu ouvrir leurs propres magasins en quelques années. »

Lorsque la communauté est arrivée pour la première fois au Salvador, elle a été officiellement classée comme «Turcs» en raison de ses origines ottomanes, comme ce fut le cas avec d’autres migrants ottomans dans la région.

Cette catégorisation a toutefois rapidement pris une connotation péjorative et la communauté a fait l’objet d’une discrimination raciale. Les élites salvadoriennes d’origine européenne – connues sous le nom de « criollos » – avaient un dégoût particulier envers la communauté grandissante des « Turcs ».

« À leur arrivée les Palestiniens ont fait face à beaucoup de rejet. La bourgeoisie d’El Salvador les considérait comme des gens d’une classe inférieure », a déclaré Simaan Khoury, chef de l’Union palestinienne d’Amérique latine et membre de l’Association palestinienne salvadorienne, à Middle East Eye.

Cela s’est traduit au niveau institutionnel. En 1921, une modification a été apportée aux lois nationales sur l’immigration qui classaient les migrants chinois et arabes comme « pernicieux ».

Sous la dictature du président Maximiliano Hernandez Martinez dans les années 1930, des lois strictes sur l’immigration ciblant « les Turcs et les autres minorités ethniques » ont été introduites. En 1933, Martinez a promulgué une loi interdisant l’arrivée de migrants noirs et asiatiques, ainsi que ceux originaires d’Arabie, du Liban, de Syrie, de Palestine et de Turquie.En 1936, il a introduit une loi supplémentaire interdisant aux Arabes d’ouvrir de nouvelles entreprises dans tout le pays.

« Ils [les Palestiniens] étaient des survivants et ont accompli beaucoup de choses. Ils ont commencé à travailler dans le commerce et ont rapidement déclenché une révolution », explique Khoury.

Vaincre les discriminations 

Néanmoins, la communauté palestinienne a pu surmonter la discrimination et la négligence institutionnelle et s’épanouir en une communauté prospère qui a contribué à former le Salvador moderne. « C’est triste qu’ils aient dû endurer cela, mais cela nous apporte une grande fierté de savoir comment nous en sommes arrivés là où nous en sommes aujourd’hui. Franchement, nous avons une très bonne position sociale, économique et politique », ajoute Khoury.

Le développement contemporain d’El Salvador ne peut être compris sans une poignée de noms et de familles palestiniens et arabes qui ont aidé le pays à grandir. Les Nasser, Handals, Simans, Sacas, Safiehs, Zablahs et Bukeles ont tous joué un rôle dans la formation du pays d’Amérique centrale.

La consolidation de la première vague de migration palestinienne en une génération de vendeurs et de colporteurs a permis à ceux qui ont suivi de s’assurer une plus grande assise financière, avec laquelle ils ont progressé sur l’échelle économique et sociale.  De nombreuses familles palestiniennes se sont concentrées sur l’industrie textile ou ont créé des unités de stockage prospères, qui ont produit une nouvelle richesse économique. Cette richesse est réinvestie dans l’éducation afin de nourrir les espoirs de mobilité sociale des générations futures.

« Ils étaient autonomes sur le plan économique, leurs familles se sont assurées qu’ils allaient à l’école, qu’ils recevaient une éducation et qu’ils pouvaient maintenant voir les fruits de cet investissement », explique Aljamal à MEE. « Beaucoup d’entre eux appartiennent à la classe moyenne, ils sont aisés. -faire économiquement, politiquement et culturellement.

« Ils sont très autonomes en raison du type d’emplois que leurs ancêtres ont exercés et du racisme qu’ils ont enduré, et ils voulaient changer cela. »

Places et présidents palestiniens

Quelques générations après leur arrivée, les Palestiniens étaient devenus des figures de proue dans le monde de la politique, des affaires et de la médecine salvadorienne. « Les Palestiniens forment une partie essentielle du tissu du pays », a déclaré à MEE Marwan Jebril Burini, l’ambassadeur palestinien au Salvador. 

« Ceux qui sont d’origine palestinienne occupent des postes clés et importants dans tous les secteurs. Ils ont beaucoup contribué, à tous les niveaux, notamment économiquement. « Ils sont un moteur important de l’économie du pays, mais ils ont aussi beaucoup contribué politiquement. »

« Ceux qui sont d’origine palestinienne occupent des postes clés et importants dans tous les secteurs »

– Marwan Jebril Burini, ambassadeur palestinien au Salvador

La force politique de la communauté est démontrée par le fait que l’actuel président du Salvador, Nayib Bukele, est d’origine palestinienne. Ses grands-parents étaient des chrétiens originaires de Bethléem et de Jérusalem et se sont réinstallés au Salvador au début du XXe siècle.

« Avoir un président d’origine palestinienne est une grande source de fierté », admet Khoury. Cependant, Bukele n’est pas le premier politicien de premier plan du pays avec des racines palestiniennes. En fait, il n’est même pas le premier président salvadorien d’origine palestinienne.

L’élection présidentielle de 2004 dans ce pays d’Amérique centrale a opposé deux Salvadoriens-Palestiniens : le conservateur Antonio Saca et le gauchiste Schafik Handal, le premier devant être élu.

À la mort de Handal en 2006, son cercueil était drapé des drapeaux du Salvador et de la Palestine en hommage à ses racines. L’empreinte sociale laissée par les Palestiniens du pays se retrouve également dans les rues de San Salvador, la capitale du Salvador.

Dans la ville, on trouve le complexe immobilier Villa Palestina, composé de rues portant les noms de villes palestiniennes, ainsi que la place Palestine et la place Yasser Arafat.

Pour de nombreux Salvadoro-Palestiniens comme Khoury, l’histoire, la présence et l’influence de la communauté dans leur pays d’adoption est une source de fierté de longue date. « Je suis fier d’avoir des racines palestiniennes et d’être salvadorien. Sans notre intégration, nous ne serions pas dans la position où nous sommes économiquement, socialement et politiquement », dit-il.

Nayib Bukele : nouveau dirigeant d’El Salvador est proche d’Israël.

Son père était un imam, sa femme a des racines juives et son grand-père était un chrétien palestinien. Nayib Bukele, alors maire de la capitale San Salvador, au mur Occidental en février 2018. (Congrès américain juif)

Ses grands-parents paternels étaient des chrétiens palestiniens de Jérusalem et de Bethléem. Ses grands-parents maternels étaient aussi des chrétiens ; sa grand-mère était catholique et son grand-père était un orthodoxe grec. Son père s’est converti à l’islam et est devenu imam. Et sa femme a des racines juives.

Nayib Bukele, le président fraichement élu d’El Salvador est  le politicien de centre droit âgé de 37 ans, qui lui-même n’est pas très religieux mais affirme croire en Jésus, a remporté les élections présidentielles du pays d’Amérique latine avec 53 % des suffrages.

El Salvador, un pays d’une taille similaire à celle d’Israël, avec environ 7,5 millions d’habitants, n’est pas considéré comme un acteur majeur dans la diplomatie internationale. Pourtant, Israël doit se féliciter du réchauffement potentiel des relations bilatérales entre les deux pays. « Nous voulons renforcer les relations entre nos deux pays, qui sont amicales depuis longtemps », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères .

En 2015, l’ambassadeur israélien à El Salvador avait salué Bukele comme étant « un partenaire pour la coopération », même si on ne sait pas grand chose sur ses positions au sujet de l’Etat juif et les différents conflits au Moyen-Orient.

Pourtant, Bukele, qui occupera la fonction de maire de la capitale San Salvador jusqu’en avril 2018, est venu en Israël l’année dernière lors d’un voyage organisé par le gouvernement, et il n’a pas peur d’en parler.

Après avoir remporté l’élection dimanche, il a retweeté une photo le montrant dans une réflexion profonde au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem. A l’époque, il avait aussi posté une vidéo de sa visite au lieu saint sur son compte Instagram .

El Salvador est un pays situé en Amérique centrale, il a une superficie de 21.040 Km2, et peut être considéré comme un petit pays.

El Salvador, avec une population de 6.518.500 habitants, c’est l’un des pays les moins peuplés du monde et a une forte densité de population, avec 310 personnes par km2. La capitale est San Salvador et sa monnaie est le colon salvadorien.

Il détient la position 104 PIB nominal Sa dette nationale en 2020 était de 19.277 millions d’euros, 21.969 millions de dollars (soit un ratio dette/ PIB de 89,16%), et sa dette publique est de 2.972 € euros par habitant, 3.387 $ dollars par habitant.

Le dernier taux annuel de l’ publié en El Salvador date de juin de 2022 et était de 7,8%. L’ indice de développement humain (IDH) de l’El Salvador, qui est utilisé par les Nations Unies pour mesurer les progrès d’un pays, était de 0,673 point en 2019, ce qui le place à la 124e place du tableau de l’IDH publié sur 189 pays.

Si les raisons de visiter l’El Salvador sont des affaires, sachez que c’est dans le 85e rang du classement Doing Business, qui fournit des mesures objectives de la réglementation des affaires pour les entreprises locales.

3 Commentaires

  1. Pour Israël il y a peut-être une opportunité à saisir avec la communauté de Palestine au Salvador. Il existe des liens avec « les frères » de Cisjordanie ce qui pourrait permettre aux politiciens de Jérusalem, de modifier par ce biais la position de l’OLP. La situation autour des frontières d’Israël actuellement est dangereuse pour résoudre l’équation de l’Iran. Israël doit trouver une solution pour désamorcer le noeud qui encercle son territoire, et ne pas voir dans l’Europe une solution, certainement encore moins dans l’affaire de l’Ukraine.

    • Les amalgames permettent de noyer le poisson en eau troubles. L’Ukraine n’a rien à voir avec le conflit Israélo-Arabe qui date depuis près d’un siècle alors que l’Ukraine n’est indépendante que depuis 1989.

      Au début du XXe siècle les palestinien n’existaient pas, il y avait des arabes vivant en Palestine venus d’Egypte, c’est pour cela qu’il y a des familles Masri à Gaza, venus du Liban , de Syrie, d’Irak. La Palestine était une terre pauvre et désolée, il n’y a qu’a voir la Jérusalem de 1930, et l’état de lequel étaient les lieux saints c’est-à-dire des dépotoirs.

      La guerre de libération de 1948 a opposé les Juifs et les armées arabes d’Egypte, de Jordanie de Syrie d’Irak. La Jordanie était la puissance occupante, elle n’a abandonné ses droits aux Palestiniens qu’en octobre 1974 lors du sommet Arabe de Rabat. C’est là qu’est né le mythe palestinien.

      Quant à l’Iran c’est la même chose que la Russie, quand des tyrans ont des problèmes internes à cause de la faillite totale de leur idéologie, ils se réfugient dans une guerre sensée unifier le peuple derrière eux : exemple Poutine, les Mollahs iraniens, Erdogan contre les Kurdes, la Chine contre les Ouïgoures, le Hamas à Gaza, le Hezbollah au Liban. Laissez donc les Israéliens mener leurs barques, ils s’en sortent beaucoup mieux que vos copains. Quand aux Arabes d’Israël pour rien au monde, ils ne voudraient être gouvernés par le Hamas ou l’OLP. Ils vivent bien, vont dans les hôtels israéliens et profitent de la vie.

      Arrêtez de tout mélanger, vous prenez les gens pour des ignorants.

  2. Bizarre. Je pensais que les palestiniens arabes étaient apparus en 1964, créés pas le KGB et Yasser Arafat. Jusqu’en 1948, les palestiniens étaient les juifs qui vivaient en palestine mandataire.
    Pour ce qui est du Salvador, par contre, il y avait une communauté juive, d’origine alsacienne pour au moins une part, depuis sans doute la fin du XIXème siècle. Mon grand-père SCHWARTZ, né à Traenheim en Alsace en 1888, est arrivé au Salvador en 1906, pour travailler chez un Monsieur WOLF déjà installé comme commerçant depuis sans doute plusieurs années. Mon grand-père a épousé la fille de son patron, une demoiselle WOLF donc, née à Zacatecoluca, département de La Paz.
    J’ai moi-même passé des vacances chez mes grand-parents, des oncles et tantes et avec des cousins vivant au Salvador entre 1964 et 1972. Aucun écho, aucune discussion en famille, aucune trace, aucune enseigne manifestant une présence notable d’arabes venant de Gaza ou de Judée-Samarie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.