Le Hamas construit un deuxième front contre Israël à la frontière libanaise.

Le Hamas construit un deuxième front contre Israël à la frontière libanaise.

Le Centre de recherche et d’éducation d’Alma, un groupe de réflexion israélien spécialisé dans les menaces à la sécurité à la frontière nord, a publié cette semaine un rapport décrivant la véritable portée des activités militaires du Hamas au Liban, indiquant que les dirigeants terroristes à Gaza construisent un deuxième front à partir de la frontière libanaise pour attaquer Israël.

Le rapport a identifié les principaux dirigeants politiques et militaires du Hamas actifs sur le territoire libanais, les multiples projets militaires de l’organisation et ses plans de travail. Il a également identifié les emplacements de certains des principaux sites militaires libanais du Hamas. Le rapport a également analysé la relation complexe du Hamas avec l’axe chiite radical dirigé par l’Iran.

Le rapport détaille comment les deux unités opérationnelles du Hamas au Liban – El-Shimali et Khaled Ali recrutent des membres, les forment à des compétences de combat spécialisées telles que le tir de précision, les attaques de missiles antichars, l’exploitation de drones, etc… Les unités développent et produisent également leurs propres armes – roquettes, drones offensifs et petits véhicules sous-marins sans pilote. Et ils ont mis en place des cellules opérationnelles tout en préparant des plans d’attaque contre Israël.

Les deux branches sont guidées par le « Bureau de la construction » du Hamas, basé au Liban et en Turquie, qui influence l’activité du Hamas à Gaza, au Liban et en Judée-Samarie. Le Bureau de la construction opère secrètement à partir des camps de réfugiés palestiniens au Liban, cachés à la fois au Hezbollah et au gouvernement libanais. Selon le rapport, les deux unités développent et fabriquent des armes au Liban, notamment des roquettes, des drones et de petits sous-marins sans pilote. En outre, les deux sections du Bureau de la construction recrutent et entraînent des terroristes potentiels dans des cours spécialisés tels que le tir de précision, l’exploitation de lanceurs de missiles antichars, les opérateurs de drones, la guerre urbaine, l’aéronautique, la plongée navale et la collecte de renseignements tactiques.

On pense que Saleh al-Arouri, le chef adjoint du bureau politique du Hamas au Liban, responsable des attaques terroristes en Judée-Samarie, était à l’origine de l’enlèvement et du meurtre de trois adolescents israéliens en 2014, qui ont précédé l’incursion de Tsahal à Gaza…

L’activité du Hamas au Liban est finalement dirigée par la force iranienne Quods. Cela crée une vaste menace car le Hezbollah a été créé dans le cadre d’un effort iranien, grâce au financement et à l’envoi d’un groupe central d’instructeurs du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran), en tant qu’entité anti-israélienne à la frontière nord d’Israël. L’Iran soutient également le régime du président syrien Bachar al Assad dans sa guerre civile.

La preuve de l’activité du Hamas au Liban est venue sous la forme de cinq incidents de roquettes Grad tirées du Liban contre Israël entre mai et août. Selon le rapport, au moins certaines des attaques à la roquette ont été lancées à l’insu ou sans le consentement du Hezbollah, une organisation terroriste qui représente au moins un tiers du Parlement libanais. Le rapport d’Alma a conclu que cela indiquait une rupture croissante entre le Hamas et le Hezbollah. Le rapport a affirmé qu’en réponse aux tirs de roquettes du Hamas sur Israël depuis le Liban, le Hezbollah a été contraint d’emboîter le pas.

« [Cela] a en fait forcé le Hezbollah à se joindre aux tirs de roquettes et, selon notre évaluation, à le faire sans vraiment le désirer », lit-on dans le rapport. « [Cela] a le potentiel de créer un défi extrêmement difficile pour le Hezbollah. Le Hamas poursuit ses propres intérêts au Liban, notamment en n’informant pas le Hezbollah à l’avance lorsque le Hamas tire des roquettes sur Israël – un schéma qui pourrait entraîner le Hezbollah dans une guerre avec Israël, contre ses propres intérêts.

Alma a noté que le Hezbollah se considère comme la force dominante au Liban et tolère le Hamas comme « invité ». « Sur la base de l’intensification et des opérations militaires indépendantes menées par le Hamas depuis le Liban, le Hamas ne semble pas se considérer comme ‘juste un invité’ au Liban. », a conclu le rapport.

« Le renforcement constant des forces du Hamas au Liban a le potentiel de créer un défi extrêmement difficile pour le Hezbollah. Le rapport est arrivé à une conclusion puissante, recommandant une ligne de conduite à l’establishment de la défense israélienne :

« Israël devrait « sortir des sentiers battus » et agir ouvertement contre les cibles du Hamas au Liban si celui-ci attaque depuis la bande de Gaza et vice versa».

JForum ‒ Infos Israel-news ‒ Divers

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.