On rapporte que l’Armée de l’Air d’Israël a frappé un secteur militaire de l’aéroport de Damas (ou un aéroport militaire près de Damas). Mais toutes les sources proviennent de sources syriennes des deux camps (pro et anti-régime)

damascuspredawn

CTjOwNuWoAAHe7O

photos de témoins syriens attestant de frappes avant l’aube, mercredi, contre des positions syriennes près de l’aéroport de Damas.

66284670992669640360no

Photos prise par un témoin, censées traduire l’étendue des dégâts observés dans les hangars de l’armée syrienne.

Des avions de combat israéliens ont une fois encore attaqué des cibles sur un aéroport de Damas, selon la Chaîne 2 israélienne.

Ce sont les médias syriens qui parlent de plusieurs missions de surveillance et de sorties de bombardement sur l’aérodrome militaire près de Damas, mercredi après-midi et mercredi soir, autour de 6h pm (18h). Des témoins rapportent avoir vu des explosions et des nuages de fumée et des flammes émanant de cette localisation…

Ces reportages syriens sur cette présumée attaque d’Israël contre « l’Aéroport de Damas » (selon leurs dires) surviennent ce mercredi soir. Des organes de presse de l’opposition parlent d’explosions entendues sur l’aéroport même, suivies par des coupures de courant et le passage très près du sol des appareils d’Israël.

En outre, une page Facebook qui s’identifie au régime a prétendu que, plus tôt dans la matinée, un poste militaire près de l’aéroport international de Damas aurait été attaqué par Israël.

F131125OZ22-635x357

Notons encore que lors des deux séries de frappe précédentes, le 31 octobre et le 2 novembre, les journaux favorables au Hezbollah et au régime syrien insistaient pour dire ou faire croire que les forces aériennes d’Israël auraient frappé leurs cibles depuis l’espace aérien libanais ou la mer, n’osant pas se risquer au-dessus de la Syrie, par crainte de représailles « russes ». Cette fois, cette « pudeur » semble dépasser, puisque ces mêmes médias citent des témoins oculaires de ces sorties de surveillance et de frappe au-dessus même de la capitale : Damas…

Il n’est pas évident d’identifier les cibles réelles de ces frappes, mais on sait que par le passé, Israël a déclaré qu’il ne laisserait pas de cargaisons d’armes être transférées d’Iran vers le Hezbollah au Liban par l’entremise de la Syrie.

Sur le plan de la communication, il n’est pas tout-à-fait anodin que ce message soit passé le jour même où Nasrallah, Secrétaire-Général du Hezbollah, produit l’un de ses discours réguliers devant les spectateurs libanais, pour se vanter que le « Grand et le Petit Satan » (Obama et Netanyahu) parlent de lui. Et comment…

Israël n’a jamais revendiqué ouvertement une responsabilité quelconque pour des attaques menées en profondeur sur le territoire syrien, mais maintient une politique du « no comment » (sans commentaire) concernant les attaques d’Israël en Syrie.

ShowImage (1)

Cette frappe serait la troisième consécutive en un temps relativement rapproché d’une quinzaine de jours, depuis le début du renforcement de la présence russe en Syrie et le passage de points de communication entre les deux forces aériennes israélienne et russe.

 

Jusqu’à un certain point, plutôt qu’un détournement du regard russe, lorsqu’il s’agirait de frappes répétées sur certains de ses alliés, on pense que les chasseurs d’Israël « jouent au chat et à la souris » avec les moyens de détection- radar de Russie, qui connaîtraient un temps de décalage vis-à-vis des techniques sophistiquées de brouillage israéliennes… Cette explication reste encore la plus diplomatiquement correcte, afin de ne pas mettre le Kremlin dans l’embarras et en devoir de s’expliquer… 

D’après les reportages qui font surface, à propos de la rencontre Netanyahu-Poutine du 29 septembre près de Moscou, il semble clair que Binyamin Netanyahu a fait preuve de fermeté face au Président russe en lui réitérant ce que sont les lignes rouges d’Israël : l’Etat hébreu ne permettra jamais à l’Iran et au Hezbollah de s’installer de façon permanente sur la frontière israélienne du Golan. Or, tout semble montrer que, grâce à la couverture aérienne russe, c’est précisément ce que l’Iran tente de faire actuellement. Doit-on considérer cet énième avertissement de mercredi comme un rappel des règles d’engagements en Syrie, à l’intention des divers protagonistes? Des équipements spéciaux iraniens ont-ils été entreposés sur l’aérodrome visé mercredi, en lien avec l’offensive actuelle de l’Iran et du Hezbollah dans le sud-syrien et vers le « triangle de la mort » Damas-Quneitra-Dera’a?

D’autre part, à Washington, lundi, le Premier Ministre d’Israël a demandé une augmentation de l’aide américaine en matière de défense de 3 milliards actuellement, à 5 milliards de $ entre 2017 et 2027. Requête qui tient compte de l’évolution des forces en présence, actuellement.

Plus d’informations à suivre si disponibles, sur cette frappe étrangement spectaculaire sur l’aéroport de Damas, pour le moins étroitement protégé et surveillé.

Jforum avec agences et Channel 2, s’appuyant sur les médias syriens.

1 COMMENTAIRE

  1. Les systèmes de détection russes sont aussi sophistiqués que les israéliens – et pour cause, ils sont « made in Israel » – si ces frappes s’avèrent exactes, et non de la propagande syrienne, cela signifierait bien que l’entente russo-israélienne est au plus haut niveau. Les média russes n’ont relaté aucune de ces attaques, ni sur le Golan ni autour de Damas, c’est le silence radio absolu. Et cela, ce n’est pas un hasard. Israël a carte blanche pour se défendre et cela est sans doute un accord secret entre les deux états. Par ailleurs, je suis sûr que le Kremlin s’amuse beaucoup de voir ses « alliés » se faire déculotter par l’EI. En fait depuis une semaine, les deux chaînes d’état nous montrent sans discontinuer, reporters à l’appui, les bases Kurdes, les Peshmergas ainsi que certains groupements de l’opposition armée syrienne qui collaborent avec l’armée russe, des forces surlesquelles on peut compter, dit on ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.