Biélorussie: 74 ans après, une fosse commune découverte

3
1536

Une fosse commune inconnue avait été découverte dans la ville de Brest, ghetto juif pendant le Seconde guerre mondiale, par les ouvriers d’un chantier.

74 ans après la Shoah, une fosse commune a été découverte en Biélorussie avec des centaines de squelettes de Juifs – hommes, femmes et enfants, tués d’une balle dans la tête dans la zone où se trouvait le ghetto.

En février dernier, les ouvriers préparant les fondations d’une résidence d’habitations découvraient des centaines de restes humains, probablement 790 corps d’hommes, de femmes et d’enfants, ensevelis dans une zone de la ville qui bordait l’ancien ghetto juif.

LIRE AUSSI >Allemagne : des restes de victimes du nazisme enfin inhumés

Envahie conjointement par les Allemands et les Russes en 1939, la ville polonaise (NDLR : à l’époque, l’ouest de la république biélorusse était polonaise et l’est soviétique) de Brest-Litovsk, située sur la route qui va de Varsovie à Moscou, est finalement annexée par l’Allemagne le 22 juin 1941, au premier jour de l’opération Barbarossa. Dès lors, l’entreprise d’extermination nazie peut commencer. La ville compte alors 40 000 habitants. 18 000 juifs sont cadenassés dans le ghetto, soumis à un rançonnement méticuleux.

Dix mois plus tard, ils ont tous été exterminés. Dans le quartier de la gare Berioza Kartouskaia, à Brest, et au camp de concentration de Bronnaïa Gora, à 125 km de là, on abat sans distinction de sexe ou d’âge, mais avec une cruauté égale : charriés par wagons entiers, les juifs devaient descendre dans l’une des huit fosses creusées à l’orée des bois. Là, ordre leur était donné de s’allonger sur les personnes tuées avant eux, ventre et visage posé sur le dos des dépouilles.

Ainsi les fosses étaient-elles bien ordonnées, faciles à remplir encore et à recouvrir. On estime que 50 000 personnes ont été livrées ainsi à la barbarie, dont tous les juifs de Brest. Vieille de plus de 600 ans, la communauté disposait au XVIe siècle de la plus grande synagogue d’Europe. Le père d’Ariel Sharon y enseignait l’hébreu avant d’émigrer en Palestine en 1920.

Le directeur général de זק”א #ZAKA , le rabbin Zvi Chassid a declare: “Les images révélées à la délégation sont choquantes pour tout cœur juif. En faisant pression sur les autorités, les volontaires sont entrés sur le chantier de construction de la ville de Brest (Brisk), où se trouve la fosse commune, afin de continuer à recueillir les squelettes des personnes assassinées”

#Poignant

Photo: Porte-parole de ZAKA

Source: leparisien.fr

3 COMMENTS

  1. La question pour moi est plus pragmatique…les 7 membres de ma famille déportés sont-ils là ?
    La recrudescence de l’antisémitisme ne s’arrêtera pas pour autant..c’est très grave…angoissant.

  2. Malheureusement, il y a encore… 1million et demi de Juifs dans les gouffres de la fureur.
    Le Seigneur les révèle peu à peu, pour qu’Il féconde Sa colère, et ne laisse Sa magnanimité l’emporter sur Son courroux.
    Moins le repentir des méchants, et plus les châtiments…
    “Ne touchez pas à Mes oints !!”
    Ce sera terrible.

    • @Elie
      Sa colère se répand déjà sur les méchants ,des millions d’autres sémites que les Juifs envahissent l’Europe et la détruisent méthodiquement , cela s’appelle en hébreu : mida keneged mida !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.