Au moins 1.300 Français de confession juive sont morts du coronavirus

i24NEWS

 2 min

Le personnel médical travaille devant un patient dans une unité de soins intensifs de niveau pour les patients contaminés par un coronavirus COVID-19 de l'hôpital Louis Pasteur de Colmar, dans l'est de la France, le 26 mars 2020
AFP / SEBASTIEN BOZONLe personnel médical travaille devant un patient dans une unité de soins intensifs de niveau pour les patients contaminés par un coronavirus COVID-19 de l’hôpital Louis Pasteur de Colmar, dans l’est de la France, le 26 mars 2020

Le service funéraire juif du pays avait refusé de divulguer les chiffres

Au moins 1.300 membres de la communauté juive de France sont morts du coronavirus, a indiqué le service funéraire juif du pays.

Le service funéraire français a communiqué les chiffres cette semaine, pour la première fois depuis le début de la pandémie dans le pays en mars, après avoir refusé de les divulguer, a rapporté vendredi le quotidien israélien Makor Rishon.

Zvika Klein

@ZvikaKlein

Sources in the French community claim that more than 1000 Jews passed away from Others claim 2000 victims. There are less than 500k Jews in . Hundereds were buried in Israel.

View image on Twitter
See Zvika Klein’s other Tweets

Des centaines de défunts ont été transportés par avion pour être enterrés en Israël, selon le rapport, alors que certaines estimations font état de 2.000 morts au sein de la communauté juive de France.

Les chiffres montrent que la communauté française a été de loin la plus touchée d’Europe. Le Royaume-Uni a quant à lui enregistré 372 décès au sein de sa communauté juive.

Au total, la France compte environ 500.000 Juifs, soit le double de la communauté britannique.

En France et au Royaume-Uni, le nombre de victimes du Covid-19 prend en compte les personnes de confession juive qui ont été enterrées. En revanche, celles qui n’ont pas été inhumées selon les traditions juives ne sont pas prises en compte.

Selon les 1.300 décomptes, les Juifs représentent environ 5% des 25.897 décès enregistrés en France.

11 Commentaires

  1. Hugenot 17 a raison. Qui va répondre à sa question ? Même si le chiffre de 1300 victimes juives (mortes) du virus peut venir d’institutions médicales, il faut donner les sources, les dates, les lieux en détails. 1300 sur 22,000 morts français font 5,9 % alors que les Juifs de France sont à peu près 580,000 (certains prétendent seulement 500,000 Juifs dans l’exagone) sur 66,000,000 citoyens français, soit 8,79 dixièmes de pourcents. Donc presque 6 % de victimes juives pour un petit pourcent de la population française. Ce n’est pas crédible, même pour un étranger à la statistique (sauf en cas de pogrom). Je crois savoir que la France officielle cache les chiffres des minorités linguistiques, religieuses… du pays depuis la présidence de 2007 à 2012. Ce que je trouve stupide même si j’ai compris les peurs des autorités. J’espère que le Crif prend des informations chez de vrais connaisseurs. Quelques journalistes courageux d’investigation (ne craignant pas la vérité, même si elle déplaît) devraient casser ces expressions paranoïaques de la peur et de la colère avec une enquête sérieuse. Moi, je n’ai peur de personne, je suis un pensionné récent, belge, juif et syndrôme d’Asperger. Je trouve les commentaires méchants et insultants ci-dessus, sinon péjoratifs, en tout cas indécents et d’une tenue morale douteuse. Nathan le toqué (cette signature est un hommage à un prof. juif de Varsovie qui écrivit sur les murs des réflexions critiques et ironiques sur tout le monde, ses coreligionnaires, les Polonais catholiques et les occupants nazis. Ce nom qu’il s’était lui-même attribué, fut adopté par les Varsoviens qu’il faisait pouffer de rire. En quelque sorte “le fou du peuple”. Il mourut, croit-on, durant la révolte du ghetto de Varsovie qui commença le 19 avril 1943. C’était aussi la soirée du souvenir vécu de Pessah-la Pâque juive, la fête de la liberté, de la sortie de l’esclavage d’Egypte et de la constitution du peuple hébreu).

  2. Oui mes frères le judaïsme c’est le minyan ,la communauté ,l’amour du prochain (les bisous comme l’a très bien senti Marc) aussi c’est une épreuve que cette distance entre nous: ne plus aller à la syna ,ne plus chanter ensemble, ne plus échanger avec les autres, pourquoi? ,où avons nous fauté ? dans cette période de l’Omer du deuil des 24000 élèves de Rabi Akiva qui n’ont pas donné du Kavod l’un à l’autre alors qu’ils etaient des Talmidé Khahamim cela nous rappelle combien le respect de la personne (alors que tous avaient raison en tant qu’élèves de Rabi Akiva dont l’enseignement était aimes ton prochain comme toi-même ) est important. On peut donc aimer sans respecter. C’est sûr qu’au fond il y a de l’amour entre juifs mais respecter l’approche différente c’est du “sékhel” = intellect .c’est difficile: Tu n’as pas raison ! .Peut être qu’a l’ere messianique il faut mettre le cerveau en veilleuse? et marcher avec le cœur ? .La hassidout nous dit que le tikoun de cette période c’est la prière (le cœur) plus que l’etude (le cerveau) c’est le Ari ha Kadoch qui l’a dit,c’est Rabi Shimon Bar Yochai qui a du retourner une 13 ieme année dans la caverne pour cela!
    c’est la vente de Joseph le BEN Aher= autre ,incompris qui ouvre une nouvelle Ere avant la sortie d’Egypte ,la Geoula finale .
    comme l’a dit Norbert Lachkar “QUELQUE SOIT LE NOMBRE QUE LEUR AME REPOSE EN PAIX ET QUE HACHEM LES SERRENT DANS SES BRAS.CONDOLEANCES AUX FAMILLES.

  3. Je ne crois pas à cette fake news. Je connais un grand nombre de personnes de ces communautés et le chiffre 1300 me parait irréel

    • Croyez ce que vous voulez, les décomptes exacts viendront ultérieurement. En aucun cas, vous n’avez le droit de traiter cette information, même si elle demeurait sommaire ou approximative à cette heure-ci de “fake news”. Si vous lisiez comme il se doit, et non pas par raccourcis inducteurs de “fake-understanding”, vous vous rendriez compte que la source n’est autre que : “Le service funéraire français a communiqué les chiffres cette semaine”

      A moins d’être plus futé que les services funéraires, ou d’être mieux placés qu’eux un pied dans la tombe, vous ne pouvez pas vous prévaloir d’en savoir plus et mieux qu’eux. Sheket

  4. Je voudrai répondre à Mr.Philippe B.par une question.Pourquoi tant d’énervement à cause d’un article sur le nombre de décès dans la “communauté juive ” religieuse ou non d’ailleurs, par suite de contamination du virus Covid-19.??
    Pour réflexion, cet article est publié dans un journal s’adressant en particulier à la communauté juive et il est de leur “devoir” d’informer la communauté et il me semble un peu exagéré de qualifier cela d’aneries donnant envie de vomir .

  5. Était-ce nécessaire d’étiqueter l’appartenance religieuse lorsque le monde entier est acculé indistinctement à l’inconnu pandémique ? On n’est plus au temps de Goebboels ! Toute personne non-juive qui prendrait le moindrement connaissance d’un tel article, réagirait avec véhémence. Il ne nous reste plus qu’à comptabiliser le nombre de boudhistes ! Réfléchissez un peu avant de publier de telle âneries qui donnent envie de vomir !

    • Monsieur Philippe B.éotien, qui ne doit pas vivre dans le même pays que nous et peut donc se permettre des poussées d’extrémisme laïc, anonymement perdu dans la foule, sans identité, savez-vous qu’il existe, en France, un Ministère de l’Intérieur et des Cultes, et dans les régions, des Préfectures, qui, ô les vils commununautaristes!, se préoccupent de nous poser des questions sur la façon dont chaque communauté constituant la belle société française vit la pandémie? Et, en tant que responsable communautaire, dans un tour de table des plus démocratiques, vous échangez les points de vue aux côtés de vos frères chrétiens, catholiques, musulmans, protestants, bouddhistes, justement. Et ceci pourquoi? Pour que dans cette belle collectivité, laïque, sous le sceau du même état, chacun puisse parler des besoins particuliers, spécifiques, dans ce grand tout, de chaque famille française, notamment en matière d’éthique, dans les hôpitaux, en matière de rites funéraires et de deuils, lorsque les familles ne peuvent pas exiger que soient accordés à leurs proches, les soins coutumiers de la Hevra Kadisha dus à tout mort juif… Lorsqu’on ne peut pas se réunir au cimetière pour dire le Kaddish, ni sous le même toît pour vivre les sept jours de la première semaine après un décès familial… D’autre part, on sait intuitivement que les communautés juives ont souffert d’un séisme particulier lors de cette pandémie, probablement à cause de ses habitudes de non-distanciation sociale, les bisous, les embrassades pendant la période précédente de Pourim notamment : bref, pour les années à venir, il nous faudra, peut-être, réinventer de nouvelles pratiques, de nouveaux “rites” ne mettant pas en péril son voisin de tablée… Chaque communauté, dans l’empathie la plus chaleureuse avec ses voisines, va devoir faire son introspection, et réfléchir au comment mieux survivre-ensemble, à défaut de vivre pleinement, et tout cela a des incidences communautaires, rituelles, pratiques, dans la même pleine conscience des difficultés globales du “grand tout” indifférencié, auquel le staliniste que vous êtes nous invite à vivre et mourir dans des fosses communes, sans la moindre plaque de mémoire envers des souhaits et des volontés de nos proches. Vous êtes pour l’Etat cannibale, anonyme, massif et collectiviste,? Nous pas, chacun importe avec ses signes particuliers. Même vous, si vous-même ou un membre de votre famille le demandiez.

  6. 5% c’est énorme. Y a t’il une explication à cette surreprésentation ?
    Densité des communautés juives plus importante dans l’est et les zones très infectés ?
    Surreprésentation des juifs parmi les personnes les plus exposés (corps médicale) ?
    De tout cœur avec les familles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.