Alerte à la voiture-piégée pour le Marathon de Jérusalem ©

Un effort intensif est entrepris pour étouffer dans l'oeuf les prochaines attaques à l'arme à feu et à la bombe incendiaire, en démantelant les ateliers clandestins palestiniens qui produisent des armes

1
214
La sécurité élevée au maximum pour le Marathon de Jérusalem. Alerte aux voitures piégées palestiniennes. 

CarBombKoteret

 

Des soldats, forces de police et personnels de sécurité supplémentaires vont être affectés à la sécurité du marathon annuel de Jérusalem, qui se déroulera vendredi prochain (18 mars) et les services de renseignements se préparent au cas où les terroristes palestiniens utilisent cet événement pour provoquer un nouveau sursaut de violence, après qu’ils ont frappé trois villes au cours de la visite de deux jours du Vice-Président Joe Biden, la semaine dernière.

Les services de sécurité israéliens sont à la recherche de voitures en déplacement à partir desquelles des terroristes pourraient tirer sur la foule, voire même des premières voitures-piégées palestiniennes.

Jusqu’à présent, 5.300 coureurs se sont enregistrés pour participer au Marathon, qui couvre 42 kms de course à travers les rues de la capitale, dont près de la moitié sont des visiteurs en provenance de neuf pays.

L’actuelle “Intifada” palestinienne suit une courbe d’escalade constante depuis qu’elle a fait irruption en septembre dernier. Depuis quelques temps, le couteaux, pierres et attaques à la voiture-bélier contre des piétons montent en puissance pour faire place à des tirs à l’arme à feu et au lancer d’engins explosifs. Les sources anti-terroristes de Debkafile dévoilent qu’on pense que les planificateurs du terrorisme palestinien se préparent à leurs premiers attentats à la voiture piégée dans les principales villes israéliennes.

La sécurité israélienne et les services de renseignements intérieurs du Shin Bet sont lancés dans une course contre la montre pour traquer et contrecarrer ces attentats outrageants. Un effort intensif est entrepris pour étouffer dans l’oeuf les prochaines attaques à l’arme à feu et à la bombe incendiaire, en démantelant les ateliers clandestins palestiniens qui produisent des armes pour ces attentats terroristes, en particulier les pistolets automatiques Karl Gustav.

Des gangs de deux à trois tireurs sont recrutés pour mener des fusillades au fusil mitrailleur combinées à des lancers de bombes incendiaires.

La chasse est aussi en cours afin de coffrer les agents qui distribuent ces armes autour des villes palestiniennes.

A la fin de la semaine dernière, un terroriste masqué et vêtu de noir, qui se tenait sur le côté de la route près d’Othniel, a lancé une bombe artisanale contre une voiture israélienne, alors qu’elle circulait en passant. La voiture a été bousculée par l’explosion mais personne n’a été blessé.

Le jour suivant, le samedi 12 mars, Tsahal a encerclé et fermé les accès au village palestinien de Beit Ur A-Tachta, où deux tireurs en voitures s’étaient réfugiés après avoir tiré sur un barrage routier sur la Route 443 près de Jérusalem, blessant deux soldats- mais aucun sérieusement. Le village surplombe cette autoroute centrale.

Cette attaque était particulièrement provocatrice puisqu’elle est survenue sur une parcelle de la Rte 443 qui fait l’objet de la surveillance de lourdes patrouilles de soldats et qu’elle est surveillée par des engins électroniques perfectionnés. Pourtant les hommes armés ont réussi à mener une attaque à l’arme à feu et à s’extirper sans dommage.

En effet, les deux dernières attaques, qui ressemblent fort aux trois coups d’une prochaine phase de montée en puissance du terrorisme palestinien, avaient ceci en commun : dans les deux cas, les auteurs ont réussi à s’échapper. Cela seul indique l’implication de terroristes professionnels et formés, à la différence de manieurs de couteaux solitaires qui, la plupart, se font abattre sur les lieux mêmes de leurs méfaits ou sont, sinon, neutralisés par le personnel de sécurité situé à proximité.

Dimanche 13 mars, il a été révélé que le 1er mars, une unité des parachutistes de Tsahal ont fait une descente dans des ateliers clandestins et les ont démoli à Naplouse, alors qu’ils transformaient des fusils mitrailleurs automatiques improvisés Karl Gustav ; le 11 mars, 15 de ces armes à feu fabriqués à l’interne dans les territoires ont été découverts dans des caches à Yaabed, un village près de Jénine.

Les sources militaires de Debkafile rapportent qu’il s’agit de la première opération combinée entre Tsahal et le Shin Bet et sérieuse, afin de démanteler l’industrie d’armement et de fabrique d’explosifs palestinienne en Judée-Samarie.

Naplouse et Yaabed ne sont que le pic de l’iceberg. Cette industrie illicite d’armement n’a fait que prospérer au cours d’années de négligence israélienne. Naplouse est généralement réputée comme un foyer de production illégale de pistolets-mitrailleurs Karl Gustav – pas seulement au profit des Palestiniens, mais aussi vendus aux Arabes Israéliens, de l’autre côté de la Ligne Verte. Ce marché étendu est arrivée en pleine lumière, le 1er janvier 2016, quand un Arabe israélien a mitraillé un café de la rue Dizengoff à Tel Aviv, en tuant deux Israéliens avant d’assassiner un chauffeur de taxi dans sa fuite.

DEBKAfile Reportage Spécial 13 Mars 2016, 10:40 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.