Le Premier ministre israélien, Binyamin Netanyahu, devant le Congrès américain à Washington, le 24 mai 2011. Crédit: Avi Ohayon / Flash 90.Une trentaine de députés démocrates – sur les 232 élus – ont annoncé leur intention de boycotter le discours de Binyamin Netanyahou mardi devant le Congrès américain. Les boycotteurs, dont de nombreux sont issus du Caucus noir du Congrès, estiment que cette invitation sans l’accord de Barak Obama bafoue le protocole et insulte le locataire de la Maison Blanche. Un boycott qui va pas entamer l’affluence au Congrès. Selon le bureau du président de la Chambre John Boehner, « la demande de billets pour venir l’écouter est impressionnante.  Je n’ai jamais rien vu de tel. Tout le monde veut être là.  »

En effet, les demandes de billets seraient dix fois supérieures au nombre de places dans la salle.

John Kerry défend Israël au Conseil des droits de l’homme de l’Onu

Roi Abraham, GPO
Roi Abraham, GPO« Benyamin Netanyahou et son épouse Sara »
 

Un haut responsable israélien, proche du Premier ministre Benyamin Netanyahou a confié à i24news qu’Israël détient une quantité importantes d’informations fiables et crédibles concernant l’accord en vue entre les Etats-Unis et l’Iran.

Selon cette source, l’accord comporterait une série de compromis de la part des grandes puissances dont certains iraient à l’encontre des intérêts d’Israël.

« Nous allons tenter de compléter les lacunes », a-t-il déclaré, évoquant des « concessions et des renoncements dangereux ».

Selon le membre de la délégation israélienne qui s’est confié à i24news, le Premier ministre Netanyahou est persuadé que les membres du Congrès américain ne sont pas au courant de tous les détails de l’accord qui serait sur le point d’être signé entre les grandes puissances et l’Iran.

Toujours selon cette source qui accompagne le Premier ministre à Washington, Netanyahou aurait eu une conversation téléphonique samedi soir avec le secrétaire d’Etat John Kerry au sujet de la crise entre Washington et Jérusalem et d’autres hauts fonctionnaires israéliens se seraient entretenus ces dernières semaines avec leurs homologues américains, comme le directeur de la Sécurité nationale israélien Yossi Cohen avec Susan Rice.

Yossi Cohen aurait fait savoir à Susan Rice que Netanyahou n’avait aucunement l’intention de porter atteinte aux relations entre Israël et les Etats-Unis, son but étant uniquement de mettre en garde contre un accord mauvais et dangereux en particulier concernant les délais d’application.

« Nous sommes en faveur d’un bon accord, d’un accord qui privera l’Iran de ses capacités nucléaires. Il n’est pas exact d’affirmer que Netanyahou est opposé à tout accord diplomatique avec Téhéran. Nous voulons mettre en garde le Congrès contre des concessions étendues dans l’accord qui se dessine, puisque le Congrès est la dernière barrière avant un mauvais accord », a expliqué le responsable israélien qui a ajouté que la date du discours de Netanyahou devant le Congrès américain avait été fixée en fonction de la date butoir des pourparlers avec l’Iran (le 31 mars) et sans aucun rapport avec celle des élections législatives israéliennes (le 17 mars).

Le haut fonctionnaire a également déclaré que tout accord élaboré ne serait pas appelé « traité » ou « accord », mais plutôt « plan global d’action conjoint », ou une expression similaire pour éviter à l’administration Obama de devoir demander l’accord du Congrès par une ratification de ce traité de la part des parlementaires américains.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou, qui est arrivé cette nuit à Washington, doit s’adresser lundi à 17h00 (heure d’Israël) aux membres de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee). Le chef du gouvernement israélien prononcera mardi à 18h00 (heure d’Israël) son discours au Congrès des Etats-Unis en l’absence de principaux responsables de l’administration Obama et de nombreux parlementaires démocrates.

Le secrétaire d’Etat John Kerry a quitté Washington pour Genève où il s’entretiendra lundi avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif.

Il s’envolera pour Israël dans la nuit de mardi à mercredi.

John Kerry défend Israël au Conseil des droits de l’homme de l’Onu

Saul Loeb (AFP/File)
Saul Loeb (AFP/File)« US Secretary of State John Kerry speaks to the press at the State Department in Washington, DC »
 

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a accusé lundi le Conseil des droits de l’homme de l’Onu de se focaliser de manière disproportionnée sur les allégations d’atteintes aux droits de l’homme imputées à Israël.

Dans un discours devant le conseil, à Genève, le chef de la diplomatie américaine a évoqué « le passé profondément préoccupant » de l’institution onusienne à l’égard d’Israël et estimé que cette attitude sapait l’efficacité de l’organisation dans son ensemble.

« Nul dans cette pièce ne peut nier qu’un accent déséquilibré est mis sur un pays démocratique », a-t-il poursuivi.

(Avec AFP)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.