Trump Iran: la négociation avec l’Iran est inévitable, quel que soit le président aux commandes

Abrams a clairement indiqué qu’il pensait qu’une administration Biden utiliserait toujours les sanctions Trump.

Elliot Abrams, représentant spécial pour l'Iran et le Venezuela au département d'État témoigne devant la commission des relations étrangères du Sénat lors d'une audition sur la politique américaine au Moyen-Orient, sur la colline du Capitole à Washington, DC, États-Unis, 24 septembre 2020 (crédit photo: ERIN SCHAFF / PISCINE VIA REUTERS)
Elliot Abrams, représentant spécial pour l’Iran et le Venezuela au département d’État, témoigne devant la commission des relations étrangères du Sénat lors d’une audition sur la politique américaine au Moyen-Orient, sur la colline du Capitole à Washington, DC, États-Unis, le 24 septembre 2020 (crédit photo: ERIN SCHAFF / POOL VIA REUTERS)
Le tsar de l’administration Trump sur l’Iran et le Venezuela, Elliot Abrams, a déclaré lundi, lors d’un point de presse à huis clos que «peu importe qui est président le 20 janvier dans le sens où il y aurait de toute façon une négociation avec l’Iran».

Élaborant sur les questions des journalistes, concernant ce qui se passerait, en supposant qu’une administration Biden dirige la politique américaine sur l’Iran en janvier, Abrams a déclaré qu’une négociation était «l’intention de l’administration Trump. Ce n’est pas une source de désaccord. »

«Reste à savoir s’il est possible de retourner au JCPOA signé il y a cinq ans. Le premier coucher de soleil a déjà eu lieu aux yeux de nombreux pays du monde – [l’expiration] de l’embargo sur les armes, que nous avons essayé d’éviter grâce à des sanctions de reprise », a-t-il dit.

Poursuivant, il a déclaré: « Il y aura d’autres couchers de soleil, intégrés aux niveaux de huit et 10 ans. L’Iran n’est pas en conformité avec le JCPOA. Au cours des deux dernières années en particulier, un important programme de sanctions a été mis en œuvre, qui comprend non seulement des sanctions sur le programme nucléaire, mais aussi des sanctions relatives aux droits de l’homme et des sanctions contre le terrorisme.

Abrams a clairement indiqué qu’il pensait qu’une administration Biden utiliserait toujours les sanctions Trump dans toute négociation avec la République islamique afin d’obtenir de nouvelles concessions et que leur suppression ne serait pas facile.

«Légalement, il est exact qu’un président a le droit d’annuler tout acte exécutif qu’il a pris ou qu’un président précédent a pris. Que ce soit souhaitable et politiquement possible est une autre question », a-t-il déclaré.

De plus, «Certaines des sanctions ne sont pas liées au JCPOA ou aux activités nucléaires de l’Iran … Les Sanctions résultant des droits de l’homme et les sanctions de contre-terrorisme … en théorie, elles peuvent être annulées, mais il est difficile de voir comment un président ferait vraiment cela sans un changement radical dans le comportement stratégique du pays. »

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. «Légalement, il est exact qu’un président a le droit d’annuler tout acte exécutif qu’il a pris ou qu’un président précédent a pris. Que ce soit souhaitable et politiquement possible est une autre question », a-t-il déclaré, Abrams…
    Nou?
    Donc, Biden mis en retraite anticipée (car sénile sévère), Kalamity a déjà prévu les annulations trumpiennes…
    Mais bon, comme elle est vice-présidente d’un président qui ne le sera jamais, le problème n’existe pas…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.