Abbas veut faire condamner la légitime défense des Juifs à la CPI! ©

1
136

logojusticebertrand-45-c0a62

Pour éviter que la Palestine reste un « non-Etat » pour un « non-peuple »

Le 30  octobre 2015, l’Autorité Palestinienne a transmis un dossier à la Cour Pénale Internationale, en vue de compléter la plainte déposée contre Israël en juin 2015, à raison des événements qui se sont déroulés dans la Bande de Gaza au cours de l’été 2014. Dans ce nouveau dossier, l’Autorité palestinienne verse des éléments sur les soit disant « violences israéliennes », exercées contre les palestiniens au cours du mois d’octobre 2015, qui seraient constitutives, pour le Ministre palestinien des Affaires Etrangères, Riyad Al Maliki, « d’exécutions extrajudiciaires », de « démolitions d’habitation, et « de sanctions collectives ». Pour ce faire, il se fonde notamment, sur un rapport d’Amnesty Internationale (publié le 27 octobre 2015) qui recenserait 4 cas de palestiniens ne présentant « pas de danger immédiat pour les vies israéliennes » au moment de leur élimination.

Tout d’abord, notons que cette nouvelle démarche palestinienne n’a aucun lien avec les événements survenus dans la bande Gaza, au cours de l’été 2014. La pauvreté du dossier transmis à la CPI concernant la bande de Gaza ne devrait donc pas être enrichie par l’élimination justifiée d’assassins palestiniens en octobre 2015. Le but recherché par l’Autorité Palestinienne n’est autre qu’une diffusion publicitaire négative sur Israël. En outre, le dossier transmis récemment confirme implicitement, que, dans 95 % des agressions palestiniennes, il y a bien eu  volonté, pour les palestiniens, de s’en prendre à la vie des juifs uniquement parce qu’ils sont juifs, ce qui n’est pas valorisant pour les auteurs des agressions. Enfin,  les éléments transmis à la CPI prouvent que les éliminations de palestiniens s’inscrivaient bien dans un cadre de légitime défense. Il est juste regrettable que le document ne fasse pas mention de l’incitation systématique à la haine et aux meurtres de juifs, ce qui illustrerait, en quoi les palestiniens ne constituent pas encore un peuple, et qu’ils sont insusceptibles de bénéficier du droit à l’autodétermination.

En effet, pendant que la communauté internationale s’évertue à rechercher les bases d’une paix durable pour les deux peuples, la presse palestinienne relate les véritables motivations de la jeunesse palestinienne. Celle-ci « combat et se sacrifie sur les sentiers de la gloire pour l’honneur et pour leur patrie ». Elle est armée de couteaux pour dire non à la « trahison d’Oslo » alors qu’elle est « lâchée par les dirigeants arabes ». Aussi, cherche t-elle à « trouver des armes pour cette troisième Intifada afin de renverser l’équilibre et de faire triompher la jeunesse palestinienne et donner naissance à l’Etat palestinien qui ne se fera que par la lutte armée » (thème classique de la charte de l’Olp et du Hamas). On peut lire également, « ce qui a été pris par les armes ne sera récupéré que par les armes, le sang des martyrs palestiniens est là pour nous rappeler cette règle d’or »… «  Tous les hommes libres de la terre sont (donc) appelés à soutenir ce mouvement historique qui aboutira inéluctablement à un État palestinien ». Voire encore, « À l’heure où le néocolonialisme et l’impérialisme assassins, tels des rapaces, dépècent des nations, il faut une mobilisation générale de tous les hommes libres pour soutenir le peuple palestinien, quoi qu’il en coûte. L’histoire s’écrit par le sang et non pas à l’encre sympathique dans les salons feutrés»….bref : aucune avancée dans la pensée palestinienne.

La question se pose donc de savoir pourquoi les palestiniens acceptent de lancer leurs enfants sur les chemins de la haine, et acceptent qu’ils se fassent tuer en brandissant des poignards sur des juifs dans une abominable déshumanisation de jeunesse en mal de repères. Pendant ce temps, la communauté internationale, naïve, écoute le discours larmoyant des responsables politiques palestiniens qui invoquent le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » (sic).

La duplicité, dans le discours palestinien, s’est encore illustrée, le 28 octobre 2015, lorsque le Président de l’Autorité Palestinienne, dénué de tout mandat (faute de respecter le résultat des élections de 2007 qui a donné la victoire au Hamas, et d’organiser des élections depuis janvier 2009), a appelé la communauté internationale à créer de toute urgence « un régime de protection du peuple palestinien », estimant inutile « de perdre du temps dans des négociations juste pour le plaisir des négociations ». Il a alors indiqué « Il est essentiel que chacun assume ses responsabilités avant qu’il ne soit trop tard, je pense notamment aux Nations unies (…) et aux Etats membres de l’ONU ». Ainsi, Mahmoud Abbas poursuit son jeu malsain qui oscille entre l’émotion d’un discours empreint d’humanité, et l’incitation d’une jeunesse que les palestiniens focalisent sur le meurtre de juifs.

Côté palestinien, il est difficile de savoir si la troisième Intifada trouve sa justification dans la poursuite des implantations juives de Judée Samarie où dans le besoin de préserver l’Esplanade des Mosquées, des prières juives. Sur ce point, deux thèses s’affrontent : Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël en France, a expliqué dans les colonnes du Figaro de ce 28 octobre 2015, que les jeunes palestiniens « enfants de Facebook … produit de l’atomisation de la société palestinienne, elle-même reflet et effet de l’occupation sont partis en mission suicide pour défendre la mosquée Al-Aqsa », comme si l’extension des implantations juives en Cisjordanie était le moteur de leur revendication. Pour sa part, Maître Gilles William Goldnadel (qui lui répondait dans le même article), place l’islamisme au cœur de leur détermination : « C’est l’islamisme et non les « colonies » en Cisjordanie qui est à l’origine des assassinats d’israéliens ».

Pour l’heure, le premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu tente de calmer le jeu en se prononçant pour le maintien de ce qui est couramment appelé le « statut quo » décidé avec la Jordanie en 1967, à savoir l’interdiction pour les juifs de venir prier sur le Mont du Temple (siège du temple de Salomon). Un système de caméra vidéo est donc censé vérifier que le site est bien utilisé à la seule prière des musulmans, tout comme le suggérait le Ministre de la défense Moshe Dayan, le 17 juin 1967 : «  Les Juifs seront autorisés à le visiter mais pas à y prier ».

Bien évidemment, le conflit entre israéliens et palestiniens ne trouvera sa solution que dans une réforme globale de l’Islam, tout comme l’Eglise l’a entreprise avec Vatican II. La religion de Mahomet n’a pas vocation à prendre la place des systèmes de foi qui l’ont précédés, contrairement à ce qui est enseigné aux musulmans en général, et aux palestiniens en particulier. Le Coran doit rester un cadre de foi et être expurgé de tous les propos dépréciatifs à l’endroit des juifs et des chrétiens (qui inondent les esprits de la jeunesse), au profit d’un discours de tolérance et d’ouverture à l’autre.

Lorsque tel sera le cas, il n’y aura nul besoin de maintenir ce statu quo absurde sur le Mont du Temple qui prive les juifs de venir y prier. L’Islam, réformé, pourra alors s’ouvrir aux messages religieux qui l’ont précédés. Les enfants d’Isaac et d’Ismaël prieront alors ensemble sur le site sacré pour les deux religions, dans une formidable dynamique pour la paix. Il en va de la paix dans le monde. Les palestiniens qui se cherchent un moteur existentiel, doivent participer à cette réconciliation entre les cousins fâchés. S’ils refusent de la faire, la Palestine restera un « non Etat » pour un « non peuple.

Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

1 COMMENT

  1. la vrai question est; qu’est-ce que dieu pense de cela?
    la réponse est dans les ecritures.
    dieu n’est pas divisé et il ne s’est pas révélé dans 36 religions.
    il dit que ce qu’il a fait pour israel il ne l’a pas fait pour une autre nation.
    où voyez vous qu’il est question, dans les écritures , tanah,voir meme les évangiles, que plusieurs religion vont venir priez sur le mont du temple???
    voir toutes les religions venir priez ensemble sur le mont du temple, c’est de l’humanisme, de l’oecuménisme, si c’est votre but c’est perdu d’avance. ce n’est pas la volonté de dieu, ce n’est pas son programme.
    tous ceux qui regarde ce conflit d’une maniere humaine, sans le regarder a la lumiere des écritures,(tora, prophetes,etc…) n’ont pas la bonne vision et la bonne analyse de se qui se passe, et par conséquence n’ont pas de solution.
    ce conflit est d’abord d’ordre spirituel, qu’on le veuille ou non; se sont les puissances des ténébres et du mensonge, contre la splendeur de la vérité. et la vérité c’est la parole de dieu.
    israel est lié a son dieu , son histoire c’est la bible, tout y est.
    ce n’est pas la politique qui delivrera israel de ces ennemis, ni les conpromis, ni les concessions, mais c’est dieu lui-meme. aussi c’est vers lui qu’il faut se tourner, comme le faisait les grands rois d’israel quand ils étaient confrontés a des menaces de destruction majeur.
    dieu dit que les hommes ne connaissent pas le chemin de la paix, mais lui si.
    on le chante pourtant , IL fera la paix , il fera la paix…..mais est-ce qu’on le croit?
    en tout cas les affaire d’israel ne se régleront pas sans lui.
    amen.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.