Sarkozy “ennemi de Netanyahu” reçoit en “ami” les représentants du Congrès Juif Européen.

0
176

Le président Sarkozy s’entretient pendant 90 minutes avec une délégation de dirigeants juifs, il tente de rassurer sur son engagement à l’égard d’Israël.

Mais à lire les comptes-rendus faits sur ce sujet, on peut s’étonner de l’absence d’un discours plus direct de la part des dirigeants du Congrès Juif Européen face à l’insulte faite au Premier ministre de l’État Juif, et les sourires dans le cas d’espèce ne sont pas de mise. Ses dirigeants doivent comprendre qu’ils ont pour mission de porter la parole de la Communauté Juive Européen, qui n’a pas du tout apprécié ni LE VOTE à l’UNESCO, ni l’INSULTE faite à Netanyahu, ni l’ABSTENTION promise –qui n’est pas sûr d’être tenue — à l’ONU, alors que c’est un vote contre en toute logique qui devrait avoir lieu.PARIS (EJP)—“La France sera toujours aux côtés d’Israël pour s’opposer à un Iran qui le menace en développant des armes nucléaires”, a déclaré mercredi le président français Nicolas Sarkozy au cours d’un entretien qualifié de “franc” avec une délégation du Congrès juif mondial (CJM), dirigée par son président Ronald Lauder, et le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Richard Prasquier.

L’entretien, qui a duré 90 minutes, a permis à la délégation juive de soulever la menace d’un Iran doté d’armes nucléaires.

Ronald Lauder voulait notamment demander au président français de prendre la tête et pousser d’autres pays occidentaux à agir vite pour contrer les projets militaires nucléaires de l’Iran.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a publié mardi un rapport jugé “accablant” par le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, sur le programme iranien.

Le chef de l’Etat a souligné qu’Israël n’avait pas de meilleure partenaire que son gouvernement en matière de sécurité et a mis en garde contre des mesures unilatérales à l’encontre du régime de Téhéran.

Une frappe contre les sites nucléaires iraniens ne pouvaient être qu’une solution de dernier recours et auraient des conséquences extrêmement lourdes, a-t-il déclaré.

Selon Richard Prasquier, Nicolas Sarkozy a promis de plaider pour un renforcement des sanctions internationales contre Téhéran.

“Les sanctions envisagées visent à rendre de plus en plus difficiles les transactions avec la Banque centrale iranienne et les exportations de pétrole de l’Iran”, a indiqué le président du CRIF.

Selon le CJM, le président Sarkozy a également tenté de rassurer les dirigeants juifs sur son engagement inconditionnel à l’égard du bien-être d’Israël qui tout au long de sa carrière politique a toujours été proche de son cœur.

Selon des propos entendus par accident par des journalistes, le président Sarkozy a qualifié le Premier ministre Benjamin Netanyahou de “menteur” et affirmé qu’il ne pouvait “plus le voir” lors d’une conversation privée avec le président américain Barack Obama la semaine dernière en marge du sommet du G20 à Cannes.

Richard Prasquier a assuré qu’il n’en avait pas parlé avec Nicolas Sarkozy.

En revanche, a-t-il dit, “le président nous a assuré de son amitié pour l’Etat d’Israël et nous a dit que la France faisait tout pour favoriser la paix”.

Le président a appelé Israéliens et Palestiniens à reprendre immédiatement les négociations directes. Interrogé par les dirigeants du Congrès Juif Mondial, Nicolas Sarkozy a dit que la direction palestinienne devrait entériner pleinement le principe de “deux Etats pour deux peuples” et accepter Israël comme État-nation du peuple juif tout comme Israël avait accepté le droit des Palestiniens à vivre dans leur propre État-nation.

On a appris à ce propos que le président de la République recevera le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas la semaine prochaine à Paris.

Le CJM a soulevé la question de l’unilatéralisme palestinien à l’ONU et a mis en garde contre les dangers de la stratégie des Palestiniens comme en témoigne leur admission en tant que nouveau membre de l’UNESCO.

Le secrétaire général de l’organisation juive, Dan Diker, a aussi mentionné que le chef de l’OLP Mahmoud Abbas dans son récent discours à l’ONU avait nié qu’Israël est la patrie ancestrale du peuple juif.

“L’UNESCO pourrait devenir une plate-forme pour déraciner le lien juif avec Israël vieux de 3000 ans par un nouveau récit palestinien fabriqué”, a-t-il déclaré.

Le président Sarkozy a expliqué que le vote français en faveur de l’adhésion palestinienne à l’UNESCO avait été le moindre de deux maux, mais il a réitéré que son gouvernement ne soutiendrait pas la demande palestinienne au Conseil de sécurité de l’ONU.

La France, comme la Grande-Bretagne, a annoncé qu’elle s’abstiendrait lors du vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur une admission, demandée par le président palestinien Mahmoud Abbas, de la Palestine en tant que membre à part entière de l’ONU.

Nicolas Sarkozy propose pour sa part d’octroyer à la Palestine un statut intermédiaire d’Etat observateur, qui passe par un vote de l’Assemblée générale de l’ONU, acquis aux Palestiniens, et non par le Conseil de sécurité.

Il a aussi été question de Jérusalem “capitale éternelle d’Israël et du peuple juif” qui selon les dirigeants juifs “ne doit pas être considérée comme une implantation”. Selon le CJM, le président Sarkozy a dit qu’il l’a bien compris.

par: Joseph Byron

Source EJP Article original

==================

Sarkozy parle de l’Iran avec des dirigeants juifs

Paris et Londres pour de nouvelles sanctions contre l’IranLes organisations juives contre “l’unilatéralismepalestinien”Mahmoud Abbas reçu la semaine prochaine par Sarkozy ? (Actualisé avec nouveaux élements)

Nicolas Sarkozy a reçu mercredi après-midi les présidents du Congrès juif mondial, Ronald Lauder, et du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, pour parler de l’Iran et de la situation au Proche-Orient, a-t-on appris auprès de ces organisations.
Ronald Lauder voulait notamment demander au président français de prendre la tête de nouveaux efforts des Occidentaux pour contrer les projets militaires nucléaires de l’Iran.

Selon Richard Prasquier, Nicolas Sarkozy a réaffirmé qu’il ne permettrait pas qu’Israël soit mis en danger par l’Iran et promis de plaider pour un renforcement des sanctions internationales contre Téhéran.

“Les sanctions envisagées visent à rendre de plus en plus difficiles les transactions avec la Banque centrale iranienne et les exportations de pétrole de l’Iran”, a précisé le président du Crif, joint au téléphone par Reuters.
Le président français a en revanche réaffirmé qu’une frappe contre les sites nucléaires iraniens ne pouvaient être qu’une solution de dernier recours et auraient des conséquences extrêmement lourdes.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) vient de publier un rapport jugé “accablant” par le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, sur le programme iranien.

Dans un communiqué du Groupe de haut niveau sur la coopération franco-britannique en matière de défense, qui s’est réuni mercredi à Londres, la France et la Grande-Bretagne expriment leur “très vive préoccupation” concernant la dimension militaire du programme nucléaire iranien.

Les deux partenaires ont redit leur “claire détermination à rechercher des sanctions nouvelles et fortes si l’Iran refuse de coopérer” au démantèlement de son programme nucléaire.

PALESTINE ET ONU

Selon le Congrès juif mondial, Ronald Lauder et Richard Prasquier voulaient aussi demander à Nicolas Sarkozy de renouveler son soutien à Israël et de s’opposer à “l’unilatéralisme palestinien aux Nations unies”.

La France, comme la Grande-Bretagne, a annoncé qu’elle s’abstiendrait lors du vote du Conseil de sécurité de l’Onu sur une admission, demandée par le président palestinien Mahmoud Abbas, de la Palestine en tant que membre à part entière de l’Organisation des nations unies.

La plupart des diplomates de l’Onu pensent que les Palestiniens n’obtiendront pas les neuf voix sur 15 nécessaires et que les Etats-Unis n’auront pas à faire usage de leur véto.

Nicolas Sarkozy propose pour sa part d’octroyer à la Palestine un statut intermédiaire d’Etat observateur, qui passe par un vote de l’Assemblée général de l’Onu, acquis aux Palestiniens, et non par le Conseil de sécurité.

La Palestine a été admise le 31 octobre, avec le soutien de la France et à la colère d’Israël et de Washington, en tant que membre à part entière de l’Unesco, organisation culturelle de l’Onu qui a son siège à Paris.

La France, qui plaide pour une reprise rapide des négociations de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne, a condamné la décision israélienne d’accélérer son programme de construction de logements dans ses colonies de Cisjordanie.
Un fragment d’entretien entre Nicolas Sarkozy et son homologue américain Barack Obama en marge du sommet du G20, entendu par accident par des journalistes, a révélé l’état d’exaspération de ces deux dirigeants à l’égard de l’actuel gouvernement israélien et de son Premier ministre.

Selon les propos rapportés, le président français a ainsi qualifié Benjamin Netanyahu de “menteur” et affirmé qu’il ne pouvait “plus le voir”.

Richard Prasquier a assuré qu’il n’en avait pas parlé avec Nicolas Sarkozy. En revanche, a-t-il dit, “le président nous a assuré de son amitié pour l’Etat d’Israël et nous a dit que la France faisait tout pour favoriser la paix”.

Les Echos Article original

1 COMMENT

  1. Rassurez-moi monsieur le président.

    “Le président nous a assuré de son amitié pour l’Etat d’Israël et nous a dit que la France faisait tout pour favoriser la paix”.

    Assuré de son amitié pour l’Etat d’Israël ? De quel états d’Israël s’agit-monsieur le président puisque vous dites … qu’Israël ne peut être qualifié d’état juif à cause de la présence de 20%d’arabes dans ses frontières… Au fait, seriez-vous en train de nous dire que, l’lorsque la France comptera parmi sa population 20% de musulmans elle ne pourra plus prétendre d’être qualifiée de république laïc?
    Israël n’a sa raison d’être qu’en tant qu’état juif.
    Et puisque vous faites tout pour favoriser la paix, dites-moi monsieur de quelle paix s’agit-il? Si c’est entre juifs et palestiniens, il y a un petit souci… nous juifs sommes justement ces palestiniens, quelqu’un
    d’autre l’a dit avant moi … nous sommes des palestinien depuis plus de 2000 ans alors permettez-moi de vous signaler que nous ne sommes pas en guerre entre nous. En revanche, les arabes sont en guerre contre nous, et si vous voulez nous aider allez dans les chancelleries arabe, dites-leur qu’il est grand temps qu’ils nous reconnaissent d’abord en tant que tels, dites leurs que le peuple juif s’est affranchi, et qu’il ne leurs est plus possible leurs croire qu’ils pourraient encore exercer leur “dhimitude” à notre encontre. En ce qui nous concerne nous les juifs, il est grand temps que l’on se mette au travail, et que l’on dénonce avec force cette réalité. De même qu’il est grand temps de crier que l’on reconnait à tout nouveau venu le statut de peuple, tandis que l’on dénigre aux juifs ce qualificatif. Monsieur le président dites-nous une bonne fois pour toute de qui êtes-vous l’ami

  2. J’ai déjà répondu à quelqu’un que Sarkozy était tout juste capable d’envoyer des Sandwiches Jambon-Beurre Non Irradiés à Israël…Vous rigolez…? Que voulez vous que l’armée française fasse pour “aider” une armée trois fois plus nombreuse, dix fois plus équipée, et 40 fois plus compétente?* je donne ces chiffres au pif. mais je ne vois pas une équipe du GIGN faire mieux que le {{combattant de bonne qualité}} israélien; ne parlons pas des groupes d’élite…

    NOS diplomates sont les mêmes “couilles-molles” que ceux d’en face et je n’attends plus depuis fort longtemps que les {{Juifs d’en Haut}} se comportent de façon décente et courageuse! Ces concepts n’appartiennent ni à leur monde ni à leur agenda!

  3. Et du bla-bla, toujours du bla-bla et pas d’actions, celle-ci arrivera quand il sera trop tard et même qu’elle deviendra impossible, nous aurons a “subir”!!!!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.