© 2009 AFP (Jacques Demarthon)
Entre le nul contre la Roumanie et les remous médiatiques autour d’Henry et Domenech, l’équipe de France n’a pas préparé au mieux son déplacement mercredi en Serbie gonflée à bloc à l’idée d’un succès synonyme de qualification directe pour le Mondial-2010. Entre le nul contre la Roumanie et les remous médiatiques autour d’Henry et Domenech, l’équipe de France affronte ce soir dans des conditions délicates la Serbie, une équipe gonflée à bloc à l’idée d’un succès synonyme de qualification directe pour le Mondial-2010.

En cas de contre-performance française, la question concernant l’avenir du sélectionneur Raymond Domenech se posera inéluctablement.

Le quotidien français Le Parisien affirmait lundi que Thierry Henry avait repris de volée, à la veille de France-Roumanie et devant tout le groupe, Raymond Domenech, stigmatisant une absence de projet de jeu.

L’affaire a fait grand bruit. Henry a été obligé de démentir en direct sur la chaîne de télévision TF1 dans la soirée, tandis que Domenech assurait dans une chronique vidéo sur le site de la Fédération française de football (FFF) que l’ambiance au sein du château de Clairefontaine était « exceptionnelle ».

Loin de toute cette agitation, la Serbie se prépare pour son rendez-vous avec l’Histoire. Une victoire lui assurerait la première place du groupe et une qualification directe pour l’Afrique du Sud, soit la première phase finale pour la Serbie en tant que pays indépendant.
L’entraîneur français Raymond Domenech au centre de Clairefontaine le 2 septembre 2009

Voulant sans doute évacuer la pression pour ses joueurs, Domenech a déclaré lundi que ce match n’était « pas décisif », car il reste encore « deux matches derrière » (contre les Féroé et l’Autriche). Pourtant, une victoire relancerait les Bleus à un point de la Serbie. La qualification directe resterait hypothétique, mais possible, en gagnant les deux autres matches et en espérant un faux pas des Serbes contre la Roumanie et/ou la Lituanie. Une défaite condamnerait les Bleus aux barrages.

La cote de popularité de Domenech est au plus bas. Il a encore été conspué au Stade de France. Jean-Pierre Escalettes, président de la FFF, répète que Domenech sera maintenu en poste quoi qu’il arrive en Serbie. Mais les critiques s’ammoncellent, notamment par la voix des anciens champions du monde 1998.

Avant que « l’affaire Henry » survienne, les Bleus se raccrochaient à une première période emballante samedi au Stade de France face à la Roumanie, en dépit du peu de réussite (un seul but marqué à chaque fois lors des quatre derniers matches de qualification).
Composition probable des équipes pour Serbie – France

En face, les Serbes font monter la pression. « Je pense que nos adversaires n’auront pas beaucoup d’occasions », pronostique le défenseur Nemanja Vidic.

Le sélectionneur serbe Radomir Antic a lancé ses petites piques sur les Bleus: « Mon sentiment est que la France n’a pas de solution de rechange pour pallier l’absence de Franck Ribéry (qui a débuté samedi sur le banc et s’est remis depuis d’une blessure à un mollet). Derrière, Escudé m’a semblé assez lent ».

L’attaquant serbe Milan Jovanovic annonce « une chaude réception pour la France », avec un stade Marakana bouillant: « Nous serons soutenus par 52.000 spectateurs. Les Français ont raison de redouter l’ambiance car ce sera très très chaud ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.