Selon un document que s’est procuré Le Figaro, le service juridique de la compagnie a informé son personnel qu’il pouvait interdire le port du voile intégral dans les salles d’embarquement mais pas dans l’avion.


L’affaire est un casse tête pour la compagnie. Interrogée par un commandant de bord qui a eu en septembre une passagère en burqa sur un vol AF7662 Paris CDG – Marseille, Air France a diffusé une note interne rappelant à son personnel navigant la conduite à tenir dans ce cas amené à se reproduire puisque 2000 femmes environ portent la burqa en France.

Le «mémo» rédigé par la direction des affaires juridiques de l’entreprise et dont Le Figaro s’est procuré une copie, joue la prudence faute de cadre précis pour le cas d’un compagnie aérienne. «Les équipages confrontés à une personne qui dissimule son visage ne peuvent, à notre sens, contraindre la personne à découvrir son visage, explique le document rédigé en avril 2011 soit tout juste une semaine après l’entrée en vigueur de la loi sur le port du voile intégral. Les textes relatifs aux lieux publics ne l’exigent pas et ne le permettent pas». Libre ensuite à l’équipage de déclarer ou non «l’infraction» aux autorités.

Le document justifie cette position en rappelant que la loi concerne les services publics où «l’agent est fondé à refuser l’accès au service à toute personne dont le visage est dissimulé» mais qu’Air France ne peut être considérée comme «chargée d’un service public», à plus forte raison depuis 2004 et sa privatisation. «En conséquence, en l’absence d’indication précise sur la conduite à adopter dans tous les lieux publics hors service public, il conviendra de garder à l’esprit que tout contraite, menace ou intimidation vis-à-vis de personne dissimulant son visage est à proscrire».

Des masques pour dormir

Autrement dit, faute de précision de la loi, une femme aura l’interdiction de porter un voile intégral à Roissy mais pourra remettre son voile dès son arrivée à bord de l’avion. Sur un vol court-courrier, tel que le Paris-Marseille, elle devra se redécouvrir pour sortir de l’avion en arrivant à destination. Interrogé sur le sujet, un pilote d’Air France ne semblait pas gêné par l’interprétation de sa direction. «Nous n’avons aucun problème avec le port du voile intégral, explique-t-il. Tant que les contrôles de sécurité ont été fait avant l’embarquement, nous n’avons rien à dire».

Plus surprenant, le document rappelle également qu’il «ne semble pas que les exigences de sécurité à bord de l’avion (sauf usage des masques en cas de dépressurisation) imposent aux passagers de découvrir leur visage. D’ailleurs, il est courant, sur des vols long courrier, de voir des passagers revêtir un masque occultant délivré par la compagnie destiné à leur permettre de se reposer».

Fabrice Amedeo

Le Figaro.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.