La négation de la Shoah, essence même du narratif palestinien.

0
198

Lorsque le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas (Abu Mazen) fint par dire que “la Shoah est le crime le plus horrible jamais commis contre l’humanité à l’époque moderne” et accepte le fait que la Journée du Souvenir de la Shoah est “un jour particulièrement consacré au deuil”, il lui revient la lourde charge d’apporter la preuve qu’il ne fait pas que bredouiller quelques remarques convenues pour qu’on le laisse tranquille.
Hypocrite s’abstenir.

L’expérience palestinienne, vous devriez le savoir, a, durant des années, émis des messages contradictoires, et même, parfois l’antithèse complète à ce genre de déclarations.

Et c’est dans ce cadre que la partenaire d’Abbas à Gaza met en scène des pièces de théâtre pour enfants, où sont exhibés des fours « montrant comment Israël brûle les Palestiniens à l’intérieur » ; des mots croisés du journal officiel de l’AP, définissent Yad Vashem comme « le centre servant à perpétuer la Shoah et d’autres mensonges à l’avenant » ; et même Jibril Rajoub, interlocuteur populaire dans les médias israéliens, s’est fait prendre à provoquer des incidents restés historiques, au sujet de la Shoah. Le secrétaire-adjoint du Comité Central du Fatah –et le grand espoir de pas mal d’Israéliens benêts – a expliqué, récemment (le 4 avril 2014) sur la télévision officielle de l’Autorité Palestinienne, que « si Hitler revenait en visite, il aurait beaucoup de choses à apprendre des Israéliens, concernant l’oppression humaine, … ainsi que sur les camps de concentration et d’extermination de masse ».

Les Israéliens n’ont pas le temps, au cours de leur semaine de travail, de se consacrer à ce qui se passe du côté palestinien, mais le matériel fourni par des organes de presse comme Palestinian Media Watch Article original, qui a apporté, au fil des années, de la documentation sur les mensonges propagés et l’incitation à la haine contre Israël et le Sionisme, dans le discours interne palestinien, sème le plus grand doute sur la sincérité de la totalité des déclarations d’Abbas. Le travail de PMW et d’autres montre à quel point la négation de la Shoah et les distorsions qui en découlent font partie intégrante du narratif palestinien.

Concernant de telles négations de la Shoah, il n’y a même pas l’ombre d’une différence entre le Hamas et l’Organisation de Libération de la Palestine. Le système éducatif palestinien supprime toute trace de la Shoah dans les pages d’histoire. Alors que les livres scolaires du Ministère palestinien de l’éducation couvrent certainement la Seconde Guerre Mondiale de long en large, la Shoah est reléguée dans la plus totale indifférence. Les résidents palestiniens de Jérusalem Est qui se rendent en voyages scolaires à Auschwitz représentent une minorité bienvenue, mais ils ne sont guère plus qu’une « bonne nouvelle » et l’exception qui confirme la règle.

Lorsqu’un historien palestinien peut se permettre de déclarer sur un réseau social palestinien que “Ni Dachau ni Auschwitz n’ont jamais existé”, “qu’il s’agissait de sites de désinfection” et que le ciel ne va pas, pour autant, s’écrouler, cela ne devrait pas constituer une surprise que même « Hitler » ne porte pas la marque de Cain, dans l’esprit des Palestiniens. Certains Palestiniens se font même prénommer « Hitler ». Des journaux, appartenant aussi bien au Hamas qu’au Fatah ont publié des louanges à la gloire du dictateur nazi. Même la propre thèse de doctorat d’Abbas spécule en ce sens, dans « L’autre côté : les Relations Secrètes entre le Nazisme et les Cercles Dirigeants du Mouvement Sioniste ».

Celui- là même qui veut à tout prix imprimer des cartes de la région sans qu’on n’y trouve aucune trace d’Israël, appelant Haïfa, Lod et Acre comme des « implantations » (colonies de peuplement), n’a guère plus de place dans son imagination, concernant son point de vue personnel sur la Shoah. Les commentaires d’Abbas ne seront crédibles que le jour où l’AP organisera un débat sur le négationnisme concernant la Shoah et les tentatives d’anéantissement du peuple juif, dans ses propres livres scolaires. Comme ce n’est pas prêt de se produire, tout ce que dit Abbas doit, à tout le moins, faire l’objet de la plus grande suspicion.

israelhayom.com Article original

Adaptation : Marc Brzustowski.

1 COMMENT

  1. Ce genre d’hommage dans la bouche d’un aussi mauvais bougre, est destiné à démontrer aux Occientaux combien il est sensible aux tourments des Juifs. Et le pire de tout cela, c”est qu’il a visé juste puique sur France Inter, le journaliste du journal parlé a qualifié cette phrase comme un geste fort à l’égard des Israéliens. On croit rêver losqu’on apprend que cet homme a obtenu son diplôme universitaire au moyen d’une thèse negationiste.

  2. Je n’oublierai jamais non plus les youyous de joie de ces crevards après les attentats du 11 septembre 2001. Ils sont vraiment ignobles et l’addition reste salée pour les lâches qui n’ont pas voulu assumer cette réalité….

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.