La Charia contre les Droits de l’Homme

6
172

Déclaration de Bruxelles 2012 –

Le 9 juillet 2012, à l’initiative de l’ICLA se tenait à Bruxelles la Conférence internationale pour la sauvegarde des libertés individuelles, de la liberté d’expression et des droits de l’Homme.

Le 9 juillet 2012, peut-on parler d’une “date historique” ?

Alexandre Del Valle, géopoliticien et intervenant à cette Conférence de Bruxelles nous aide à comprendre les dangers du Processus d’Istanbul (voir notre article de la semaine dernière Le processus d’Istanbul : Charia pour tous ? )

A l’heure où l’OCI, Organisation de la Coopération Islamique, réaffirme son programme anti-liberté et théocratique soutenu à l’ONU par 57 pays musulmans et tente de contrôler le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, l’Europe réagit au Processus d’Istanbul par le Processus de Bruxelles.

Les principaux pays dirigeants de L’OCI sont l’Arabie saoudite, le Pakistan, le Koweït, la Turquie, et l’Égypte.

Dans un premier temps, le Processus d’Istanbul a pour objectif de ré-islamiser les pays musulmans et de soumettre les régimes musulmans et les populations à la Charia.

Dans un deuxième temps vient la volonté d’empêcher l’intégration des musulmans d’Europe dans leurs pays européens respectifs.

Pour parer aux violations des Droits de l’Homme en terre d’Islam l’OCI proclame à travers le Processus d’Istanbul, la Déclaration islamique universelle des droits de l’homme ou Déclaration du Caire.

De cette manière “chacun ses Droits de l’Homme” et donc pas de violation ! mais cela n’empêche aucunement les pays musulmans de siéger à L’ONU !

Bien que cette déclaration date de 1981, elle a servi et continue de servir de cheval de bataille pour l’OCI qui tente maintenant de la faire reconnaître à l’ONU.
Cette dernière (l’ONU) a d’ailleurs légitimé la Déclaration de 1981 et celle du Caire de 1990 relative aux droits civils et à la liberté d’expression.

L’OCI prône subtilement “la tolérance” en demandant au monde entier de tolérer l’Islam et de ne pas le blasphémer, de ne pas le stigmatiser.

Les gouvernements européens en ont pris acte au nom de la démocratie, mais cette tolérance est-elle réciproque ?

L’Europe, aveuglée par les “Printemps Arabes”, a fait encore mieux, elle a contribué à la mise en place de nouvelles Républiques Islamiques.

Sous couvert de “tolérance”, L’OCI nous demande de tolérer l’intolérable, à savoir le massacre de population musulmane, chrétienne, juive sans compter les multiples Fatwas en tout genre lorsque l’on ose critiquer l’Islam.

Selon L’OCI un musulman ne respectant pas à la lettre les lois de la Charia n’est pas un bon musulman. Il est stigmatisé par la communauté et mérite les plus grands châtiments.

Ceci est valable également pour les musulmans vivant en Europe.

De ce fait, nous comprenons aisément la demande croissante d’aménagement des sociétés civiles européennes pour qu’elles deviennent compatibles avec les lois de la Charia (Halal, foulard, voile, horaire de piscine homme / femme etc…).

Après 30 ans d’une lente islamisation des pays européens et une prise de conscience de notre perte de liberté d’expression et de pensée, le Processus de Bruxelles voit le jour, un jour “historique” ?

Vivra-t- il lui aussi comme le Processus d’Istanbul au moins 30 ans ? Ou sera-t-il mort-né ?

par Dan BELILTY – JForum.fr

Articles liés au Processus de d’Istanbul et de Bruxelles :

=========================

Voici le texte intégral de la Déclaration de Bruxelles 2012.

Déclaration de Bruxelles 2012

Pour sauvegarder les libertés individuelles et les droits de l’Homme – Conférence internationale pour la liberté d’expression & les droits de l’Homme

Pour préserver la liberté d’expression, les libertés individuelles, les droits de l’Homme et la Démocratie contre toutes les tentatives visant à subvertir et à attenter à ces principes universels, nous en appelons aux dirigeants de toutes les nations pour soutenir cette Déclaration de Bruxelles 2012 afin de protéger les libertés individuelles et les droits de l’Homme :

Réaffirmant en tant que principe accepté de longue, date que les droits et libertés de l’Homme sont universelles, individuelles, inaliénables, égaux pour tous et s’imposent au-delà de toute considérations philosophiques, culturelles ou religieuses;

Considérant que tout défenseur honnête de la Démocratie a le droit et le devoir de soutenir et de défendre la liberté d’expression, les libertés individuelles et des droits de l’Homme ;

Affirmant l’irréfutable fait que la Charia, telle qu’articulée et appliquée, est incompatible avec la liberté d’expression, avec les libertés individuelles et avec les droits de l’Homme.

Qu’elle les détruit et est, de ce fait, incompatible avec les principes fondamentaux de la Démocratie (comme la Cours Européenne des Droit de l’Homme l’a acté dans son jugement du 13 février 2003) ;

Prenant acte du fait que la « Déclaration du Caire des Droits de l’Homme en Islam » du 5 août 1990, communément appelée Déclaration du Caire restreint tous les droits de l’Homme aux règles liberticides et aux contraintes comportementales normatives de la charia (cf. articles 22, 23, 24 de cette déclaration) au prétexte que « Tous les êtres humains constituent une même famille dont les membres sont unis par leur soumission à Allah » (article 1) ;

Constatant que l’Organisation de Coopération Islamique (OCI) – créatrice et principale promotrice de la Déclaration du Caire – a prouvé par une activité continue et persévérante qu’elle est devenue la principale organisation internationale politico-religieuse travaillant à la restriction de la liberté d’expression, des libertés individuelles, des droits de l’Homme et à l‘imposition de la Charia dans le monde ;

Affirmant que tout soutien officiel ou toute promotion de la Déclaration du Caire ainsi que toute coopération avec l’OCI menant par «le test des conséquences», à plus d’application de la Charia où que ce soit dans le monde, identifie leur perpétrateur comme un adversaire actif de la Démocratie, de la liberté d’expression, des libertés individuelles et des droits de l’Homme ;

Notant qu’une telle identification rend illégitime toute tentative par le perpétrateur à discuter ou à négocier de questions concernant la liberté d’expression, les libertés individuelles et des droits de l’Homme dans tous les forums locaux, nationaux ou internationaux ;

Les signataires de la présente déclaration exigent solennellement de leurs gouvernements et de la société civile :

1) Qu’ils initient un processus, nommé le Processus de Bruxelles, afin de mettre en œuvre le contenu de cette déclaration grâce à des mesures éducatives et des initiatives politiques à tous les niveaux de gouvernement et dans tous les secteurs de la société civile, afin de préserver les libertés et les droits futurs de nos nations et de nos enfants, de sorte que tous les membres de la famille humaine puissent prospérer en tant que personnes libres.

2) Qu’ils déclinent toute invitation à participer à tout forum local, national ou international discutant des libertés individuelles, de la liberté d’expression ou des droits de l’Homme, si les organisateurs – personnes physiques ou organisations – sont connus comme promoteurs de la Déclaration du Caire ou tenants de l’introduction de la Charia dans la société;
à moins que la négociation ne porte sur la transition vers une mise en œuvre des droits de l’Homme tels que définis par la Déclaration universelle des droits de l’Homme par les Nations Unies, et une sortie des définitions décrites dans la Déclaration du Caire.

3) Qu’ils protestent contre toute forme de participation de personnes ou organisations connues pour leur promotion de la Déclaration du Caire ou pour l’application de la Charia à une réunion locale, nationale ou internationale consacrée aux libertés individuelles, à la liberté d’expression ou aux droits de l’Homme à moins qu’elles n’aient le statut d’observateurs ou soient en train de négocier leur entrée dans le Processus de Bruxelles.

4) Qu’ils effectuent une enquête approfondie avant toute coopération bilatérale ou multilatérale sur les libertés individuelles, la liberté d’expression, et les questions connexes aux droits de l’Homme, afin d’identifier clairement les participants qui promeuvent la Déclaration du Caire ou la Charia, ou bien qui ont coopéré ou collaboré avec l’OCI ou avec des organisations qui lui sont associées.

5) Qu’ils rejettent et interdisent tout financement public qui contribue à la promotion de la Déclaration du Caire ou à toute implémentation sociétale liée à la Charia puisque de tels actes et promotions constituent une attaque directe contre les plus fondamentaux de nos principes démocratiques et contre les droits de l’Homme.

6) Qu’ils mettent fin à toute coopération avec tous les promoteurs connus de la Déclaration du Caire, que ce soit à un niveau national ou international, lorsque cette coopération a pour but ou pour résultat de restreindre les libertés individuelles, la liberté d’expression ou les droits de l’Homme dans un pays démocratique, tant qu’ils n’ont pas répudié la Déclaration du Caire.

7) Qu’ils développent la coopération et le soutien dans tous les forums avec les anciens promoteurs de la Déclaration du Caire qui la désavouent et dénoncent la destruction que font subir l’OCI et la Charia aux libertés individuelles, à la liberté d’expression, aux droits de l’Homme et qui affirment dorénavant que les droits de l’Homme et que ses libertés sont universels, individuels, égaux pour tous les êtres humains, inaliénables, et s’imposent au-delà de toutes considérations philosophiques, culturelles ou religieuses.

8) Qu’ils engagent le dialogue avec la société civile et avec les organisations officielles qui cherchent à protéger les libertés individuelles des atteintes liées à la Charia, et tout particulièrement avec les organisations issues des pays signataires de la Déclaration du Caire ou membres de l’OCI, et ce, afin d’encourager le dialogue, l’information et la compréhension des libertés individuelles et des droits de l’Homme, tels que ces termes ont été historiquement utilisés avant la Déclaration du Caire.

Fin de la Déclaration de Bruxelles, 9 juillet 2012.

Cliquez ici pour signer la Déclaration de Bruxelles.

Article original

6 COMMENTS

  1. Oh la la, moi musulman – je suis trop méchant. Je m’insinue en occident pour en prendre le CONTRÔLE !!!
    Il s’emblerai que le peuple juif n’est retenu pas grand chose de histoire de l’antisémitisme et du racisme du siècle dernier.

    Oubliez les clichés sur les juifs, oubliez les propagandes minable déployées sur les murs de Paris envers le juif.

    Nonnnnn, je préfère retenir la haine et la xénophobie des autres envers moi mais pas envers ceux que je n’aime pas (ces arabes).

    Parce que je ne peut être xénophobe ou même raciste, je ne fais que défendre la veuve et l’orphelin, la démocratie, la liberté d’expression, la laïcité, le droit de culte… NAN j’deconne c’est surtout pour faire chier les arabes et défendre ma haine envers les musulmans.

    Si il y a un minimum de liberté d’expression dans ce forum, Please ne censuré pas mon texte…

  2. La france est et doit rester un pays libre, vous les musulmans, vous voulez nous imposer vos lois, et de vos lois, de votre charia on en veut pas en france, ici nous somme un pays chrétien pas musulmans

  3. il serait temps d’ouvrir les yeux, enfin c’est fait, j’espère que la communauté internationaleva prendre les mesures qui s’imposent, face à la charia. A lire “WAFA SULTAN” L’ISLAM EN QUESTION – elle ose dire tout ce que les musulmans ne veulent pas entendre sur leur religion, c’est édifiant !c’est son vécu.

  4. Cette déclaration est certainement due à une prise de conscience des nations non musulmanes qui pourraient se trouver rapidement dans une situation embarrassante. La démocratie est, en un sens, une bonne chose, mais cela pourrait se retourner contre ceux qui l’initient par le biais de la majorité. Il n’y a pas de système absolu. On pourrait aussi et entre autres vérifier que ceux qui se présentent pour un mandat ou qui accèdent à des responsabilités soient partie prenante de cette déclaration. Il reste que le problème actuel est l’aveuglement des masses inculquées dans des pratiques barbares, pas seulement celles vivant dans les pays musulmans. Il y a un risque réel de guerre civile pouvant déboucher sur des excès de toutes sortes et des ambigüités. L’avenir nous le dira.

  5. Les Grecs ont inauguré un aspect de la démocratie : la démocratie publique dans l’agora . Mais celle ci ne concernait ni les Étrangers ni l’ensemble des… Plébéiens . En fait, elle était orale et ne coïncidait pas forcément avec les décisions et les actions des dirigeants car , ne l’oublions pas ,il y avait déjà des dirigeants , des rois et des seigneurs dans les cités et des… militaires .

    Mais la parole , quand elle ne menaçait pas l’ordre et les équilibres sociaux ,s’exprimait et circulait. ce qui était positif même immense pour l’époque.

    La démocratie était lancée , prometteuse et le vent d’une liberté embryonnaire commença à souffler .

    Lorsqu’elle réapparut , avec force, au 18 ème siècle , en Angleterre , en Hollande ou en France avec les grands penseurs du droit, Pufendorf, Locke , Hobbes ,Montesquieu ou Rousseau , il faut dire que nombre de corporations ou de villes avaient gagné une relative autonomie dans leurs activités et dans leurs choix professionnels ou économiques .

    Parallèlement, durant tout le Moyen Age , une bataille fit rage dans les grandes universités européennes , Paris , Oxford, Fribourg , entre prêtres , entre philosophes . Cette bataille avait un nom “La querelle des universaux ” et ne se termina qu’au 16 ème siècle ;elle avait plusieurs pôles ;le nom , l’attribut, la substance , le genre … autant de catégories conceptuelles posées par Aristote , reprises par d’autres dont Porphyre . La philosophie de cette époque ne se voulait plus , pour reprendre le mot de Saint Thomas D’Aquin “la servante de l’Eglise ”

    Et cette dernière problématique prit le pas sur toutes les autres dans le monde pensant et intellectuel en raison d’un contexte et d’un climat tout européen.

    La notion d’identité , dans un monde dominé par la Communauté , la famille ,la religion , D. fit son chemin en profondeur, telle une taupe pour apparaitre toujours en filigrane à la fin du 18 ème siècle chez les premiers préromantiques ,surtout chez J. J. Rousseau .

    L’enjeu , en était ce violent désir de liberté _ générée par un monde se développant , rempli de contradictions _ qui donne sa force au projet démocratique ou plus largement au projet républicain .

    Le monde musulman , situé lui, dans une aire de sous développement économique et culturel , aire marquée par l’idée d’omniscience divine , corrélat du crédo de soumission (sens du mot islam ) est à des lieues d’un tel souci . Au contraire , les minorités y sont implacablement persécutées quelles qu’elles soient .Les textes grecs anciens (traduits par des Coptes ou Chrétiens byzantins ), peu reçus par le clergé ou par les penseurs musulmans , à part quelques lettrés comme Avicenne ou Averroès , coupés des masses_ ne produisirent pas ce bouillonnement intellectuel tel qu’il avait eu lieu dans le Moyen Age européen . Le monde musulman n’eut pas ses Abélard , Duns Scott ou Guillaume d’Ockham qui firent avancer tant l’idée d’identité , avec elle celle de liberté .

    La démocratie est une donnée européenne , qui fit accélérer son histoire mais ne pourra pas s’improviser , ni avoir une profondeur dans le monde musulman pris par d’autres horizons de pensée et de réflexion

  6. C’est simple: l’Al Quran est un manuel d’instructions pour le terrorisme, l’assassinat, la soumission, la mégalomanie de quelques individus religieux minoritaires, réclaqués, frustrés et complexés voulant maintenir leur contrôle sur des masses et populations misérablement ignorantes, illétrées, analphabètes. D’ailleurs, examinant bien cet Al Quran, on verra que c’est une copie déturpée et manipulée de la Bible et de la Torah. C’est une invention créée para un individu dopé, sous l’influence de son hashish, avec des idées de grandeur mal placées.Le grand danger ce sont ces populations ignorantes qui cherchent à responsabiliser quelqu’un de spécifique pour leur état misérable, et ce quelqu’un -le Juif- leur est servi sur un plateau d’argent par les mullahs, imams, muftis, et autres. Il faut éliminer cette menace qui chaque jour avance plus, et avant que ce soit trop tard et nous nous trouverons tous sous le joug de vagabonds assassins à part être jetés des milliers d’années de retour chez les cromagnons et néanderthals.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.