L’UNESCO soutient désormais un antisémitisme d’Etat

0
259

En acceptant en son sein une organisation antisémite, raciste et prônant l’anéantissement d’un autre Etat, membre de la même structure, l’UNESCO  se comporte comme si l’antisémitisme avait franchi les dernières réserves et n’éprouvait plus la nécessité de se déguiser  pour apparaître, tel quel, à la face du monde en pratiquant désormais un antisémitisme d’Etat !
En dépit de ses promesses à François Mitterand et à Bill  Clinton,  Yasser Arafat n’a jamais fait ratifier les révisions  promises de la Charte  Palestinienne qui est toujours valide et en vigueur.  La Palestine qui fait donc  partie, depuis peu,  de l’UNESCO est donc une entité où :

EXTRAITS DE LA CHARTE PALESTINIENNE TOUJOURS EN VIGUEUR :

Seuls les Juifs dont la famille était installée avant 1917 seront autorisés à demeurer en Palestine (article 6) ;

– la libération de la Palestine a pour but de « purifier » le pays de toute présence sioniste (article 15) ;

– le partage de la Palestine en 1947 et la création de l’État d’Israël sont des événements nuls et non avenus (article 19).

– les Juifs ne forment ni un peuple, ni une nation (article 20), contrairement aux Palestiniens dont l’identité est « authentique, essentielle et intrinsèque » (article 4).(wikipedia)

Le racisme annoncé du futur Etat de Palestine par Shmouel Trigano.

«  Si les exigences officielles des Palestiniens pour un règlement sont connues (engagement préalable d’Israël à se retirer sur les frontières de 1967, l’arrêt de la construction dans les implantations, y compris à Jérusalem, la division de cette ville – l’est, y compris la Vieille Ville, devant revenir à la Palestine -, la solution du problème des “réfugiés”, conforme aux exigences arabes et à la résolution 194 (1) de l’Assemblée des Nations unies) (2), c’est l’intention qui fonde le principe, énoncé déjà à maintes reprises par Abbas ou Saeb Erekat, son “ministre” des affaires étrangères, de ne jamais reconnaître en Israël un Etat juif, qui prend sa véritable signification, à savoir une véritable épuration ethnique des Juifs, de la part de l’Etat de Palestine, et la submersion arabo-musulmane de l’Etat d’Israël.

La Palestine, elle, sera arabe et musulmane. C’est ce qui est inscrit en toutes lettres dans le projet de constitution du futur Etat (4) : « Cette constitution se fonde sur la volonté du peuple arabe palestinien » (Art. 1), « le peuple palestinien est une partie des nations arabes et islamiques » (Art. 2), « la souveraineté appartient au peuple arabe palestinien » (Art. 10), « le caractère légal du peuple arabe palestinien sera incarné par l’Etat » (Art. 13).
« L’islam sera la religion officielle de l’Etat » (Art. 6) »

Que le Secrétariat Général de l’ONU (dont dépend l’UNESCO) n’ait pas exigé avant l’entrée officielle de la Palestine dans cet organisme, l’éradication de ces mentions infâmantes,  en dit long sur ce qu’on est en mesure d’attendre d’un organisme  pratiquant l’imposture à visage découvert.

La morale onusienne revient aux amours frelatés de la SDN où les Nations cédèrent au premier coup de force. Sachons, dans les événements graves qui, à l’évidence, se préparent prendre les mesures conservatoires de protection et de sauvegarde. 

Arnold Lagémi

Arnold Lagémi.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.