© 2009 AFP (Jacques Demarthon)
Ségolène Royal a mis mardi la balle dans le camp de Martine Aubry, lui demandant de saisir la justice contre l’ouvrage qui relance la polémique sur les « fraudes » lors de l’élection à la tête du PS, tandis que la direction a contre-attaqué, demandant une confrontation avec les auteurs.Ségolène Royal a mis mardi la balle dans le camp de Martine Aubry, lui demandant de saisir la justice contre l’ouvrage qui relance la polémique sur les « fraudes » lors de l’élection à la tête du PS, tandis que la direction a contre-attaqué, demandant une confrontation avec les auteurs.

Dans une vidéo sur le site de son association « Désirs d’avenir », la présidente de Poitou-Charentes affirme « de deux choses l’une: Ou bien les faits relatés dans le livre sont faux » et « dans ce cas », elle « attend de la direction » du parti qu’elle engage une « action » en justice contre les auteurs du livre, afin « que l’honneur du Parti socialiste et de ses dirigeants soit rétabli ».
Le livre

Ou bien, les faits relatés dans l’ouvrage « Hold-uPS, arnaques et trahisons », sont « vrais, et c’est d’une extrême gravité et rien ne justifie la loi du silence », a-t-elle poursuivi, parlant de « fraudeurs », « nommément cités » dans le livre.

Solennellement, elle lance: « J’attends de la direction du Parti socialiste qu’elle fasse toute la lumière et qu’elle prenne les sanctions qui s’imposent pour que cela ne recommence jamais ».

Sur TF1, l’ex-candidate à la présidentielle s’est dite « prête à (se) joindre à un recours que ferait Martine Aubry contre les auteurs du livre si ces faits sont faux ».

« Je demande la vérité car je n’accepte pas que le Parti socialiste soit ainsi abîmé », a martelé celle qui avait été battue en novembre 2008 par seulement 102 voix.

« La passivité serait un aveu de culpabilité », a-t-elle prévenu.

De leur côté, cinq dirigeants proches de Martine Aubry, mis en cause dans l’ouvrage pour des fraudes présumées, ont affirmé pouvoir « engager » des actions en justice « tant la diffamation et la diffusion de fausses nouvelles sont évidentes ». « Mais chacun sait qu’elles prennent beaucoup de temps ».
La première secrétaire du PS, Martine Aubry, le 15 septembre 2009 à Paris

Ces dirigeants, Claude Bartolone, Christophe Borgel, Jean-Christophe Cambadélis, François Lamy et Christian Paul proposent aux deux auteurs, Karim Rissouli (Canal+) et Antonin André (Europe 1) « d’organiser sans délai une confrontation devant des journalistes ». Ils entendent démontrer « point par point que les allégations et accusations portées par ce livre sont mensongères ».
Ségolène Royal a demandé mardi sur son site Désirs d’avenir au PS de réagir aux accusations de fraude. Durée: 1mn20

Les deux auteurs du livre n’ont pu être joints.

« Nous ne pouvons accepter de voir ainsi sali le Parti socialiste », ont ajouté les 5 hommes, en écho à la Première secrétaire qui avait prévenu samedi: « Je ne laisserai pas abîmer ce Parti socialiste de l’intérieur, je ne laisserai pas le Parti socialiste insulter de l’extérieur ».

Mme Royal a qualifié, sur TF1, d' »échappatoire » la proposition des cinq leaders.

Mme Aubry a répondu laconiquement mardi soir aux journalistes qui lui demandaient à sa sortie du Bureau national si elle avait vu la vidéo de Mme Royal: « non, moi je vais préparer le projet des socialistes pour la France et les Français (…) j’aurai le temps de la voir ».

Mme Royal a en outre affirmé ne pas demander un « nouveau vote » au parti car pour elle, « cette page est tournée ».

Elle a dénoncé un « des coups les plus durs qu’elle ait eus à assumer » en « 30 ans de vie politique ».

« Fermeté et responsabilité », a commenté un proche, le député-maire de Laval, Guillaume Garot, tandis que nombre de ses soutiens au congrès de Reims lui conseillaient depuis une semaine de « tourner la page ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.