Bravo et Chapeau bas Mr KOUCHNER – mais il reste un français en prison à GAZA

0
176

Clotilde Reiss à l’ambassade de France de Téhéran après sa libération
Crédit Photo : TF1/LCI

– le 17/08/2009 – 22h24
Mis à jour le 18/08/2009 – 09h18 *
En liberté conditionnelle, elle doit rester à l’ambassade en attendant le verdict de son procès. Selon Bernard Kouchner, il pourrait être rendu dans 8 jours.
*
Sortie de prison dimanche soir, l’universitaire française a fêté sa libération avec le personnel de l’ambassade, une coupe de champagne à la main.

– le 17/08/2009 – 22h24
Mis à jour le 18/08/2009 – 09h18

Libérée dimanche soir, Clotilde Reiss est assignée à résidence à l’ambassade de France où elle attend le verdict de son procès. Elle a donc passé, dimanche soir, sa première nuit en territoire français. Et a visiblement fêté sa liberté retrouvée une coupe de champagne à la main.

Clotilde Reiss à l’ambassade de France

Après sa libération son père, qui avait pu s’entretenir avec elle, avait affirmé : “Je l’ai trouvée en bonne forme, elle était très heureuse”. “C’est un grand moment pour nous, après un mois et demi d’absence. On va maintenant pouvoir travailler à sa libération définitive”.
Clotilde Reiss à l’ambassade

Comme le prévoit la loi iranienne, une caution d’environ 200.000 euros a bien été versée par la France à l’Iran en échange de la libération conditionnelle de Clotilde Reiss. Bernard Kouchner, a précisé, sur LCI que la somme serait a priori remboursée si la jeune femme, est déclarée innocente lors du verdict, dont la date n’est pas encore connue. “Nous espérons maintenant son retour rapide sur le territoire français”, avait-il ajouté. (Regardez l’intervention de Bernard Kouchner). Mardi matin, sur RTL, le chef de la diplomatie française est allé plus loin. La France espère que la justice iranienne rendra son verdict dans “les jours qui viennent” a déclaré Bernard Kouchner, évoquant même un délai de “huit jours”.

Clotilde Reiss à l’ambassade

Clotilde Reiss est poursuivie par la justice iranienne pour avoir pris part à des manifestations qui ont suivi la réélection contestée en Iran de Mahmoud Ahmadinejad. Interpellée alors qu’elle se préparait à prendre un avion pour la France, la jeune femme a fait des “aveux” le 9 août lors d’une audience du tribunal considérée comme truquée par Paris, et auxquelles n’ont pu assister que les médias officiels.
Clotilde Reiss à l’ambassade de France

Selon ces médias, elle a expliqué avoir rédigé un rapport d’une page sur la situation à Ispahan et l’avoir transmis à la section culturelle de l’ambassade de France. Elle a dit regretter de telles activités et a présenté ses excuses à la nation iranienne. Les autorités françaises parlent d’accusations “fantaisistes”, nient que la jeune femme ait été une espionne et expliquent qu’elle a seulement envoyé à titre privé des courriers électroniques et des photos des manifestations, auxquelles elle a participé deux fois, a souligné Bernard Kouchner

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.