Dans une initiative sans précédent, 60 Eurodéputés exhortent Federica Mogherini qu’elle marginalise -financièrement et politiquement – les groupes antisionistes comme BDS

 

Dans le cadre d’une initiative sans précédent, 60 membres du Parlement Européen ont appelé la responsable des affaires étrangères de l’U.E Federica Mogherini à arrêter tout financement de l’U.E et à isoler politiquement le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) anti-israélien. Ce groupe transpartisan de 60 eurodéputés a exhroté Mogherini à marginaliser, autant financièrement que politiquement ces organisations comme BDS qui deviennent de plus en plus une source virulente dans la propagation de l’antisémitisme sous le masque de l’antisionisme, sous le prtexte d’exercer leur liberté d’expression et d’association. 

BRUXELLES —Lors d’une initiative sans précédent, 60 membres duParlement Européen ont appelé la cheffe des Affaires Etrangères de l’Union Européenne, Federica Mogherini à stopper tout financement et à isoler le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) anti-israélien.

Dans une lettre, le groupe transpartisan de 60 membres du Parlement Européen a exhorté Mogherini à marginaliser, à la fois financièrement et politiquement les organisations comme BDS qui deviennent une source de plus en plus virulente de propagation de l’antisémitisme et de l’antisionisme sous prétexte d’exercer leur liberté d’expression et d’association.

Ce mouvement a pour fer de lance les représentants des quatre groupes politiques majoritaires, Christian Dan Preda du PMP roumain, Ioan Mircea Pascu (S&D, Roumanie) et un Vice-Président du Parlement Européen, Petras Austrevicius (ALDE, de Lituanie), Arne Gericke (ERC, Allemagne).

Il appelle « à s’assurer q’un financement public n’aille à ces organisations appelant au boycott de l’Etat d’Israël à ordonner aux agences européennes de ne rien entreprendre avec ces associations, organisations ou autres formes d’entités impliquées dans le mouvement BDS ».

L’Eurodéputé Christian Dan Preda, coordinateur pour les affaires étrangères du groupe politique le plus important, le Parti du Peuple Européen, et co-initiateur de la lettre a souligné l’opposition de son parti aux appels à la suspension des accords bilatéraux avec Israël, alors que certains de ses collègues d’extrême-gauche font directement écho au manuel de BDS. « C’est dans l’intérêt de cette Maison et de tous nos citoyens, de voir une amélioration des accords de partenariat avec Israël. Nous ne devrions pas autoriser l’actuelle immobilité dans le processus de paix à dicter les termes de notre relation avec Israël ».

Lars Adaktusson – Député suédois et Président du Bureau Politique des Affaires Publiques entre l’Europe et Israël (EIPA) -cosignataire – a souligné que « L’Union etle Parlement sont en danger d’être désigné comme incompétent en tant que médiateur pour la paix si ces organisations ne parviennent même pas à répondre à l’incitation contre Israël sur son propre sol ».

Le Vice-Président du Parlement Européen,  Ioan Mircea Pascu a indiqué que boycotter les relations stratégiques avec Israël, pays dominant en matières de renseignements internationaux et dans la communauté de la Défense, s’avérerait contre-productif pour les intérêts sécuritaires communs, à la fois pour l’U.E et Israël.

Les 60 signataires, avec parmi eux la Présidente de la Commission Sécurité et Défense, Anna Fotyga (ECR, Pologne), le Vice-Président Pavel Telicka (ALDE, République Tchèque), Dietmar Koster (S&D, Allemagne), la Vice-Présidente des Droits de l’Homme Beatriz Becerra (ALDE, Espagne) ont exhorté la Cheffe des Affaires Etrangères à « répondre à l’incitation à la haine, à la violence et à la discrimination pratiquée lors des appels aux boycotts, aux Désinvestissements et aux sanctions contre l’Etat d’Israël ».

Le Fondateur du Centre d’Intérêts Publics Europe-Israël, le Rabbin Menachem Margolin a accueilli cette initiative de ces 60 représentants avec enthousiasme : « Israël se sent parfois incompris par l’Europe et cela mène à une aggravation des tensions dans les relations. Le Parlement européen tire fierté de sa diversité et nous sommes heureux de percevoir un soutien aussi large pour l’investissement, plutôt que pour le désinvestissement, dans ce qui s’est avéré être, depuis plus de trois décennies une relation bilatérale mutuellement avantageuse », a t-il déclaré.

Date: Nov 28, 2017, 04:49 PM

ejpress.org

Adaptation : Marc Brzustowski

4 Commentaires

  1. BRUXELLES —Lors d’une initiative sans précédent, 60 membres duParlement Européen ont appelé la cheffe des Affaires Etrangères de l’Union Européenne, Federica Mogherini à stopper tout financement et à isoler le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) anti-israélien.

    Si vous demandez à un pompiste d’éteindre un feu avec son pistolet à essence. Vous aurez plus de chance qu’il éteigne ce feu. Ce sera plus facile que si vous demander à Frederica MOGHERINI d’œuvrer pour Israël, contre BDS.

    • Pas d’œuvrer pour Israël, d’œuvrer pour le respect des règles internationales d’échanges économiques appliquées, notamment dans l’OCDE dont fait partie Israël. D’œuvrer contre le deux poids deux mesures. Le problème de BDS c’est son exclusivité sur Israël qui du coup le condamne lui-même, à moyen terme. Tout le reste n’est qu’affaire de mauvaise foi.

      Ce qui fait le groupe des 60, c’est l’émiettement actuel de l »‘Union » : si on ajoute Visegrad (Pologne-Tchéquie-Hongrie-Slovaquie), certains pays baltes Lituanie, l’Autriche anti-Merkel : qui ont des positions pro-israéliennes, Mogherini en tant que telle, représentante de Bruxelles-Paris-Berlin est, plus ou moins, à terme contrainte de suivre le mouvement…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.