Il n’y aura pas de lutte contre l’Antisémitisme en France

29
15949

 

IL N’Y AURA PAS DE LUTTE CONTRE L’ANTISÉMITISME EN FRANCE

 

lettre de Paris, 1

 Par Shmuel Trigano

 

A l’occasion d’un court séjour en France, j’ai découvert avec stupéfaction que, finalement, rien n’y a changé depuis le début des années 2000. Ce jugement a quelque valeur, je crois, à la lumière de ce que j’avais entrepris avec quelques amis dès le début des années 2000 avec l’Observatoire du monde juif (obs.monde.juif.free.fr) et la revue Controverses (controverses.fr) sans compter plusieurs livres d’analyse de la situation[1].

Je fais tout d’abord référence au discours médiatique sur les événements de Gaza . Inutile de dire que, vu d’Israël, on ne peut être que stupéfait par la façon française de voir les choses, ou, plus exactement, de les falsifier ou, plus sournoisement et avec perversité, de les travestir. J’ai même entendu sur BFM (“Radio Macron”) un commentateur comparer la répression israélienne des tentatives du Hamas de forcer la frontière israélienne, avec la gestion (sans mort!) par Macron de l’émeute des casseurs dans la manifestation qui venait d’avoir eu lieu çà Paris. Macron, lui même, évoque à propos des actes de guerre du Hamas, le droit de manifester!

Quelque chose ne tourne pas rond dans la tête des élites françaises. A moins qu’elles ne jouent au plus fin. On pourrait leur rétorquer que leur traitement de ces événements est “disproportionné” et qu’on attend de les voir à l’épreuve lorsque se produira une attaque de 100 000 “refugiés” qui chercheraient à forcer la frontère française pour y commettre des actes de guerre. Accueil avec des fleurs comme en Allemagne?

La source de l’AFP

Mis à part l’explication de cet état de faits qui met en lumière ce syndrome de la psyché collective qui vise à se mentir à soi même en mentant à tous les autres (une posture qui s’accompagne toujours de la désignation d’un bouc émissaire par qui le scandale arrive), un système idéologique est à l’œuvre en France qui explique comment celà se passe. Il concerne la communication publique, c’est à dire la machine qui transforme les faits bruts en récits. et dont le produit fini impulse dans les esprits et l’opinion publique une interprétation de la situation qui, pour les esprits incompétents, c’est à dire la majorité, fait corps avec les faits.

C’est une réalité que nous avons bien analysée depuis 18 ans en la démontrant par A+B.  En France, tous les médias sont informés sur le Moyen Orient par l’intermédiaire de l’AFP et cette dernière a résolument adopté dans sa façon de construire les événements le point de vue du Hamas et de l’OLP. Il y a, sur ce sujet, un code d’écriture, un modèle de narration que nous avons bien identifiés.

 

 

L’atmosphère délétère

Au bout de 20 ans de ce traitement, l’esprit public est infecté. Un fait nous le confirme, mesuré par le sondage de l’UEJF: 53% des Français associent le sionisme au “complot juif”, le schéma absolu de l’antisémitisme moderne. C’est un fait extrêmement grave, dont les Juifs français de ce jour ne semblent pas se soucier. Croient-ils qu’en ayant changé d’appartement et de quartier ils échapperont au problème? ou en se mentant à eux mêmes en rejoignant le corps idéologique global qui fait tout pour que les Juifs (officiels) ne “caftent” pas et tirent un voile consensuel sur la réalité des faits. Pour qu’ils jouent le jeu eux aussi.

L’atmosphère délétère ainsi installée crée un environnement par principe hostile aux Juifs (sans que nécessairement il y ait passage à l’acte: ouvrez simplement la télé ou la radio pour vous y baigner). Les 53% de l’opinion montrent que le milieu social concerné va bien au delà des milieux islamistes: il s’est étendu à une grande partie de la société française. Qui dit soupçon de complot, dit soupçon diffus, délégitimation, vilification de tout acte des individus juifs et bien plus, car l’idée de complot” associé à l’idée de “sionisme”, désigne en effet dans l’image même, l’idée que les Juifs font bloc, ce qui implique toute condition collective juive et donc la “communauté juive”. C’est une  accusation collective des Juifs qui est en jeu. Sionisme veut dire en fait “communauté juive française”. La chose est vraie objectivement quoique dans une autre perspective car, depuis la deuxième guerre mondiale, au sortir de Vichy, les Juifs n’ont trouvé la force de reprendre la vie juive, dans une France qui avait décrété qu’ils appartenaient à un peuple étranger, qu’en puisant des forces symboliques dans le sionisme qui démontrait au sortir de la guerre qu’il pouvait y avoir un destin collectif juif ne serait pas tragique mais digne et positif.

Cet environnement hostile à “Israël” (= aux Juifs)  libère naturellement, en les autorisant moralement et sociologiquement, les passages à l’acte des islamistes et une inimitié ambiante dans les milieux musulmans qui baignent par l’intermédiaire des pays dont ils sont originaires et par les télévisions moyen orientales dans un océan de haine antisémite. Ceci est de l’ordre du constat (voir le site Memri et Palestinian Media Watch) et non du jugement,  amplement démontré depuis 20 ans. Pour “venger “les enfants de Gaza” (dixit), Merah n’avait qu’à suivre les “événements” sur la télévision française pour en concevoir le projet[2]. A ce propos, avez-vous remarqué cette quête médiatique de “l’enfant victime” comme ressource théatrale du scandale moral? Quand il n’existe pas, on l’invente (comme le récit sur l’enfant Al Durah de France2). Le Juif “tueur d’enfants”, nous avions consacré 200 pages à l’analyse de ce syndrome aujourd’hui qui dans la mythologie antisémite se nomme “le crime rituel”[3]?

Ce n’est pas seulement de l’ordre de l’opinion

Sur le plan des cadres sociaux, les choses s’aggravent quand on se souvient que l’AFP est une organisation semi gouvernementale en liens avec le ministère des affaires étrangères. La ligne idéologique qu’elle impulse à l’information publique ne peut être que concertée avec le pouvoir d’Etat.  Sous ce jour-là la situation apparaît encore plus gravissime. On sait certes, par les historiens, que le Quai d’Orsay n’a pas de sympathie pour l’Etat d’Israël et a fortiori le sionisme, et qu’il tient à sa “politique arabe” comme à la prunelle de ses yeux. Mais, là, il y a un hic: “la politique arabe de la France” ne concerne plus seulement l’extérieur mais, depuis une trentaine d’années la scène intérieure, la société française elle même. De toutes façons avec l’unification européenne l’interpénétration de l’intérieur et de l’extérieur est une évidence, sous le jour notamment de la vague d’immigration des pays d’islam. Il y a forcément une interaction entre la façon dont la France gère l’islam et les populations originaires du monde arabe, en France, et sa politique arabe,envers les Etats arabes, et donc son traitement d’Israël. “Jeter du lest” sur Israël (dont on ne craint rien), en pratiquant le “Israel bashing” ne peut qu’apporter un répit  – c’est ce que les élites escomptent tout à fait erronément – sur le plan de la pression islamique (réélle ou supposée) à l’intérieur. “Israël” comme le “sionisme” permettent justement de dissocier les Juifs de l’Etat d’Israël, ce qui rend “moralement” recevable la critique abusive d’Israël. Eh quoi n’a-t-on pas le droit de critiquer Israël? La réponse est non si cette critique se fait en fonction de doubles standards de jugement.  Ainsi Mohamed Merah, un terroriste né en France, tue des enfants juifs français pour venger “Gaza”, les “enfants” de Gaza. Ainsi on peut être antisioniste sans être antisémite: l’apparence est sauve.

Que cette stratégie soit illusoire a été démontré au regard des Juifs mêmes: l’erreur capitale du gouvernement Jospin d’avoir décidé de ne pas condamner et réprimer les 500 agressions qui avaient courament lieu en France, a ouvert la voie à la révolte des banlieues puis, bien plus tard, à l’apparition d’un terrorisme islamiste français, sui generis, et demain à quoi? La fameuse (?) lettre de Pascal Boniface au parti socialiste de “laisser tomber” les Juifs pour flatter l’électorat musulman montre que ce misérable calcul est présent à tous les niveaux de la vie publique. Dans la meilleure des expressions de ce syndrome, et peut être de façon plus nocive, c’est quand on établit une équivalence des Juifs et des musulmans dans tout traitement social pour “prouver” l’égalité des musulmans à tous les Français (un besoin lui même douteux).Dans cette configuration, c’est l’élément Juif qui joue le rôle de l’égaliseur des musulmans avec les citoyens français (ce qui ne fait qu’accentuer la jalousie de l’opinion musulmane).

Y-at-il donc un antisionisme de fait dans le système politique et social français? C’est la question à laquelle il faut répondre. En quoi influe-t-il sur la condition publique des Juifs français? Se voient-ils poussés à se dissocier d'”Israël” (devenu objet mythique et délirant) pour être “légitimes”?  C’est ce que montrent objectivement depuis 20 ans  certaines figures publiques d’origine juive, des “intellectuels”, quand elles dénoncent Israël à la vindicte publique pour rester dans le cercle des “gens biens”, “invités des plateaux de télévision. En les replaçant dans le contexte que nous avons décrit, on ne peut que comprendre qu’ils s’alignent sur la pression “antisioniste” en choisissant de “jeter du lest”, eux aussi, en se dissociant de “mauvais juifs” désignés à la cantonnade, promis au lynch médiatique en un pitoyable spectacle!

Le moment Macron: retour au “conflit importé”

La profession de foi répétée par le président de la République ces derniers temps, “le discours antisémite, ce n’est pas la France”, est bien gentille mais pas crédible. C’est de l’ordre d’un pieux souhait. Et on en comprend la logique quand Macron a le front de  déclarer à Whashington que “l’antisémitisme est le résultat d’un conflit importé”.

Effectivement, si l’antisémitisme n’est pas franco-français, il ne peut qu’être étranger et frapper une France innocente. Du coup, le discours de l’AFP et l’opinion publique majoritaire pensent bien et Israël est ou peut ou doit être responsable de cet état de faits. Ainsi juifs comme musulmans souffriraient de ce qu”Israël fait aux Palestiniens” “le peuple en danger”.  Il est doublement coupable (sur le terrain et sur ce qui se passe en France) et les musulmans sont ici comme là bas sans responsabilité si bien que les Juifs (français) doivent faire un effort en montrant combien ils sont “pluralistes” et conciliants (cf. le dialogue “inter religieux où l’Etat les embrigade d’office), en montrant combien ils ne se comportent pas comme les Israéliens. et se dissocient d’eux, ce qui est la condition pour se farie accepeter par les musulmans qui se sentent légitimement offensés par “ce que fait Israël”. Du coup, la chose s’accompagen du mythe mensonger de l’Andalousie islamique, proposée come modèle à la “République”. Ce qui revient à un désaveu radical de la civilisation et de l’existence israéliennes, sortie de la pseudi “convicence des trois religions” sous la houlette de la Sharia et du statut de dhimmi. Je viens de résumer en quelques lignes ce qui se trame dans la notion de “conflit importé”.

Tout celà est une belle “mécanique” idéologique bien huilée qu’on peut résumer ainsi :

1)C’est un conflit importé

2)Israël est responsable de cet état de faits

3)Les Juifs sont criticables parce qu’ils sont sionistes

4)les agresseurs français ne sont pas coupables- on peut même les comprendre (cf. Hubert Védrine en 2001)

5) les Juifs français doivent faire la preuve qu’ils sont pacifiques

6)le “dialogue des religions” va en être l’occasion

7) les Juifs donneront satisfecit et légitimation aux musulmans

8) on condamnera avec des formules toutes faites (la République ne serait pas la République…) l’antisémitisme

9)On continuera à dénigrer Israël très officiellement.

Le discours présidentiel est ainsi un véritable déni de ce qui se passe depuis 20 ans et qui indique qu’il n’y a pas de changement véritable de politique “juive” depuis Jospin, qu’il n’y aura pas de combat véritable contre l’antisémitisme si ce n’est des raccommodages, des replâtrages et beaucoup de pathos et de compassion pour les “victimes”, pas seulement juives. L’innocentement des uns se paie toujours de l’accusation des autres et il n’a pas fallu beaucoup de temps pour le voir, avec le communiqué de l’Elysée suite à l’agression du Hamas à Gaza (le 28 mai 2018)

Le Président de la République a fait part de la vive préoccupation de la France sur la situation à Gaza, à Jérusalem et dans les villes palestiniennes. Il a déploré le grand nombre de victimes civiles palestiniennes à Gaza aujourd’hui et ces dernières semaines. Il a condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants. Il a appelé tous les responsables à la retenue et à la désescalade et a insisté sur la nécessité que les manifestations des prochains jours demeurent pacifiques“. En somme, bien sûr, Israël est autant coupable que le Hamas agresseur et terroriste, mais aussi les escadrons de civils instrumentalisés ou de terroristes du Hamas déguisés en civils, lancés contre la clôture de la frontère étaient des “manifestants”! La boucle est bouclée. Autant de raisons de haïr cet Israël inhumain.

Cependant, le déni de la réalité de l’antisémitisme en France s’adosse à un autre déni de la situation globale de la France sous la menace terroriste islamiste qui recrute dans le milieu de l’islam français et pas à l’international, ce qui est la chose la plus grave pour la France.  On pourrait définir cet état de fait comme une guerre interne, une guerre civile dans laquelle une partie de la population prend les armes (de guerre) contre une autre partie de la population, en fait toute la population française. Le déni de cette sombre réalité, sans doute trop dure à affronter pour une élite défaillante, vise à éviter la confrontation, voire même éviter de nommer l’ennemi comme on le remarque de plus en plus tant c’est évident. Il n’existe pas! Ici aussi il est “importé”. En ne ciblant pas l’identité de l’assaillant, en ne l’identifiant pas mais aussi en adoptant la raison qu’il invoque pour “légitimer” ses agressions ( à savoir l’inhumanité d’Israël) – tout en condamnant le passage à l’acte (à savoir le terrorisme) ! – on croit “arrondir” les angles alors qu’on ne fait qu’aggraver le comportement (le terrorisme) qui va avec  la raison invoquée pour le légitimer. L’ancien ambassadeur d’Israël à Washington, désormais député du parti Koulanou, Michael Oren a bien compris la contradiction interne à la position française, toutefois sans en comprendre la nature “dialectique”:  « Honte à la France pour apporter son soutien à cela. Le gouvernement français ne peut pas dire qu’il est contre l’antisémitisme et voter en faveur de cette décision antisémite (la résolution du Conseil de sécurité sur Gaza) ».

On se demande ce qui est le plus grave, cette auto-tromperie des élites françaises, ce déni de la réalité française ou le déni de l’antisémitisme. Car ce dernier se manifeste dans une société qui choisit l’esquive et l’abandon plutôt que la confrontation avec le réel. C’est à dire inéluctablement la désignation d’un bouc émissaire…

Par Shmuel Trigano

Photos journal

 

————————

[1] Cf. Le dernier en date sur ce sujet, Quinze ans de solitude, Juifs de France 2000-2015, Editions Berg international, 2015.

[2] Voir l’impact aujourd’hui même (autour du   29 mai 2018 ), dans un communiqué du BNVCA qui relate les faits suivants ( visibles via le lien   http://europalestine.com/spip.php?article14346&debutencart4=1 ) rapportés par Le Monde Juif: ” Un homme se disant musulman exerce un scandaleux chantage sur le personnel de Carrefour et déclare  “C’est inadmissible! […] On est des consommateurs de longue date, ça fait des années qu’on est là, on à un mot à dire il n y a pas que la légalité, il y a aussi l’éthique. Mettre ces produits (les dattes de marque SUN supposée israélienne) est un affront aux consommateurs de confession musulmane”, a-t-il affirmé dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux. “Carrefour ne fait pas de politique”, s’est alors défendu le chef de rayon.“Carrefour fait aussi de la politique en prétendant ne pas savoir, je veux être sûr que ce soit enlevé ! Ils sont en train de fusiller des Palestiniens comme des lapins, je ne suis pas là pour financer la tuerie israélienne ou l’occupation israélienne. C’est le minimum qu’on puisse faire en tant que consommateur responsable”, a poursuivi ce musulman pro-BDS. Des faits semblables se sont produits dans d’autres magasins commis par un autre musulman au Carrefous Bobigny  ou par Capjpo http://www.europalestine.com/spip.php?article14231 (fin du communiqué du BNVCA.

[3] Controverses, n°10, mars 2009, cf. tout le dossier: http://controverses.fr/Sommaires/sommaire10.htm

29 COMMENTS

  1. Victor Hugo qui toute sa vie, a eu de véritables principes humanistes, a eu pourtant beaucoup d’admiration pour Napoléon 1er Bonaparte.

    Je précise «pourtant », parce que maintenant c’est à la mode et cela fait partie de la pensée unique de prétendre que Napoléon fut un Dictateur avec toutes les guerres qu’il a faites.

    Ce qu’oublient ces gauchistes (parce que bien entendu, il s’agit de gauchistes), c’est que les guerres que Napoléon a faites, ont été pratiquement imposées par des alliances Européennes hostiles à la France, et que si Napoléon ne les avait pas pris de cours en faisant toutes ses guerres, la France d’aujourd’hui ne serait pas aussi forte, en Europe.

    Et puis c’était une autre époque.

    Même quand il dut s’exiler, car la Français n’étant pas fidèles et brûlant ce qu’ils ont adoré – Victor Hugo, néanmoins n’en a pas perdu son admiration pour lui.

    En revanche, pour Napoléon III qui serait son neveu, (une rumeur dit qu’il n’est pourtant que fils illégitime du frère de Bonaparte)…
    Victor Hugo a eu une franche détestation qui l’on amenée à écrire l’énorme ouvrage qui s’appelle « les châtiments », et où le prétendu neveu en prend pour son grade. N’oublions pas que c’est sous le règne de celui-ci que « l’insurrection de la Commune de Paris, a eu lieu).

    Tout cela pour vous poser un extrait de l’ouvrage de Victor Hugo . Ouvrage de plus de 400 pages écrits tout en vers.
    J’ai choisi cet extrait parce qu’il définit bien nos dirigeants, les médias et toutes les élites, valets du Pouvoir.

    « « Titre : À ceux qui sont petits
    Poète : Victor Hugo (1802-1885)

    Est-ce ma faute à moi si vous n’êtes pas grands ?
    Vous aimez les hiboux, les fouines, les tyrans,
    Le mistral, le simoun, l’écueil, la lune rousse ;
    Vous êtes Myrmidon que son néant courrouce ;
    Hélas ! l’envie en vous creuse son puits sans fond,
    Et je vous plains. Le plomb de votre style fond
    Et coule sur les noms que dore un peu de gloire,
    Et, tout en répandant sa triste lave noire,
    Tâche d’être cuisant et ne peut qu’être lourd.
    Tortueux, vous rampez après tout ce qui court ;
    Votre œil furieux suit les grands aigles véloces.
    Vous reprochez leur taille et leur ombre aux colosses ;
    On dit de vous : – Pygmée essaya, mais ne put.
    Qui haïra Khéops si ce n’est Lilliput ?
    Le Parthénon vous blesse avec ses fiers pilastres ;
    Vous êtes malheureux de la beauté des astres ;
    Vous trouvez l’océan trop clair, trop noir, trop bleu ;
    Vous détestez le ciel parce qu’il montre Dieu ;
    Vous êtes mécontents que tout soit quelque chose ;
    Hélas, vous n’êtes rien. Vous souffrez de la rose,
    Du cygne, du printemps pas assez pluvieux.
    Et ce qui rit vous mord. Vous êtes envieux
    De voir voler la mouche et de voir le ver luire.
    Dans votre jalousie acharnée à détruire
    Vous comprenez quiconque aime, quiconque a foi,
    Et même vous avez de la place pour moi !
    Un brin d’herbe vous fait grincer s’il vous dépasse ;
    Vous avez pour le monde auguste, pour l’espace,
    Pour tout ce qu’on voit croître, éclairer, réchauffer,
    L’infâme embrassement qui voudrait étouffer.
    Vous avez juste autant de pitié que le glaive.
    En regardant un champ vous maudissez la sève ;
    L’arbre vous plaît à l’heure où la hache le fend ;
    Vous avez quelque chose en vous qui vous défend
    D’être bons, et la rage est votre rêverie.
    Votre âme a froid par où la nôtre est attendrie ;
    Vous avez la nausée où nous sentons l’aimant ;
    Vous êtes monstrueux tout naturellement.
    Vous grondez quand l’oiseau chante sous les grands ormes.
    Quand la fleur, près de vous qui vous sentez difformes,
    Est belle, vous croyez qu’elle le fait exprès.
    Quel souffle vous auriez si l’étoile était près !
    Vous croyez qu’en brillant la lumière vous blâme ;
    Vous vous imaginez, en voyant une femme,
    Que c’est pour vous narguer qu’elle prend un amant,
    Et que le mois de mai vous verse méchamment
    Son urne de rayons et d’encens sur la tête ;
    Il vous semble qu’alors que les bois sont en fête,
    Que l’herbe est embaumée et que les prés sont doux,
    Heureux, frais, parfumés, charmants, c’est contre vous.
    Vous criez : au secours ! Quand le soleil se lève.
    Vous exécrez sans but, sans choix, sans fin, sans trêve,
    Sans effort, par instinct, pour mentir, pour trahir ;
    Ce n’est pas un travail pour vous de tout haïr,
    Fourmis, vous abhorrez l’immensité sans peine.
    C’est votre joie impie, âcre, cynique, obscène.
    Et vous souffrez. Car rien, hélas, n’est châtié
    Autant que l’avorton, géant d’inimitié !
    Si l’œil pouvait plonger sous la voûte chétive
    De votre crâne étroit qu’un instinct vil captive,
    On y verrait l’énorme horizon de la nuit ;
    Vous êtes ce qui bave, ignore, insulte et nuit ;
    La montagne du mal est dans votre âme naine.

    Plus le cœur est petit, plus il y tient de haine.

    Victor Hugo.» »

  2. Finalement, c’est nous, Juifs, qui avons voulu voir une rémission dans cette maladie infectieuse qu’est l’antijudaïsme. Elle est toujours là, et elle a ses poussées fiévreuses, et nous rappelle , simplement, que nous sommes en exil. Voilà singulièrement de quoi devait être fait le quotidien des enfants d’Ysraël, quand Pharaon et son gouvernement, ne “connaissant pas Joseph” disait : “Ingenions nous contre ce Peuple à…”.
    Le resultat, nous le savons, et le recitons le soir de chaque Paque, d’années en années : nous sommes _ceux qui ont cru_ sortis d’Égypte.
    Puis de Babylonie, 1000 ans plus tard.
    Et répétons, à l’envie, l’An prochain à Jérusalem…
    Et comment faudra-t-il qu’Il s’y prenne, l’Eternel, pour nous faire rentrer à la Maison ?
    Hier après midi, des milliers de policiers, gendarmes et CRS ont été mobilisés pour quelques centaines de manifestants profaklestiniens sur les Champs Elysée… Une première pour une avenue interdite de manif. Il n’y a plus d’etincelles à récupérer dans cette France en naufrage. Ni même en Europe. Nous avons été choisis pour être les Prêtres du Seigneur, pas les béliers ni les boucs de l’Autel.

  3. La partie est finie pour les juifs en France et vouloir y rester démontre une bêtise et une lâcheté crasses. 2 de mes enfants sont partis le dernier nous lui donnons toutes les armes pour avoir le choix de partir car il est hors de question de raser les murs. Autour de moi les parents juifs font de même et malheureusement il n’y a pas d’autres alternatives.

  4. Tout dépend de ce que l’on cherche, si m’on Cherche la sécurité alors ici ou ailleurs quand on est juif visible on est toujours en risque , si on cherche de façon essentielle une communauté de destin nationale alors oui Israël est la solution mais je pense qu’il faut être honnête avec soi même et se poser les bonnes questions et y apporter les vraies réponses car tous les juifs n’ont pas le même vécu certains ont des parcours personnels chaotiques et sont vulnérables sont-ils en mesure de partir et de construire de nouveau.

  5. En France, cher Monsieur Trigano, nous, juifs, avons la chance d’avoir un CRIF qui concocte un menu très apprécié de ses invités (toujours choyés) du Dîner annuel qu’il organise. On y voit tout le monde se câliner, et s’embrasser, comme dans les grandes familles un soir de Bar-Mitsva.
    “Nos représentants” se félicitent des beaux discours et de professions de foi dont elles se suffisent et qui devraient, aussi, nous suffire, n’est-ce pas ?
    Trêve d’ironie, je pense qu’il serait temps que quelqu’un se lève et clame haut et fort que les juifs devraient quitter ce pays, quitter ses “valeurs” dont ils font les frais et une “République” qui n’a jamais fait le moindre geste pour empêcher qu’ils se sentent trahis.
    La France anti-dreyfusarde n’était pas la France, ni celle de Vichy, ni celle qui laisse Israël broyée par le pilon médiatique et condamnée, au plan international, par un État qui n’a d’autre morale que celle de l’arithmétique.
    Nous n’avons plus la patience, ni l’illusion, d’attendre de vivre dans une France qui serait tout sauf ces France qu’elle n’était pas !

    • Vous avez parfaitement raison ! Malheureusement nos dirigeants communautaires nous emmènent droit dans le mur. J’ai assisté il y a 3 semaines au diner du CRIF Est et exceptée la première minute le discours de Francis Kalifat témoignait d’une servilité à l’égard de la France, car cette servilité conditionne l’obtention de subventions pour les diverses associations communautaires et c’est pourquoi nos dirigeants communautaires ne veulent pas parler d’alya (même s’ils y sont favorables pour leurs enfants…). Seul Meyer Habib a dit ce qu’il fallait dire (le maire de Strasbourg et Manuel Valls étaient blêmes…).
      Plutôt que de construire des centres communautaires, nos dirigeants communautaires et religieux feraient mieux de créer des fonds d’aide et de soutien à l’alya…

  6. Il faut se rendre a l’évidence, les médias et les élites intellectuelles encouragent et promeuvent volontairement et non par ignorance l’antisémitisme et la haine d’Israël orchestres par les autorités françaises parce que sans cela la réalité apparaîtrait au grand jour et cette réalité c’est la haine qu’ont les musulmans de la France et des français chrétiens. Si cela arrivait les uns et les autres se trouveraient alors face a face.

  7. Je souhaiterai dire aux juifs français et européens qui s’enorgueillissent de n’être ni pro-israëliens, ni sionistes et qui espèrent ainsi être à l’abri et ne jamais être persécutés qu’au Moyen-Age, à l’époque de l’antijudaïsme, même les juifs non religieux et non pratiquants étaient brûlés sur les bûchers pour expier le péché d’appartenir au peuple déicide et que pendant la Deuxième Guerre Mondiale, même les petites communiantes juives étaient déportées vers les camps d’extermination : une vieille femme de la petite ville du Sud-Ouest où j’ai vécu il y a 27 ans m’a raconté en plusieurs fois l’histoire de cette petite fille juive que les nazis allemands étaient venus chercher en robe de communiante pour la déporter et que les villageois avaient eu beau dire qu’elle avait été baptisée et que c’était le jour de sa communion, rien n’y avait fait. A ces juifs qui s’imaginent que de se réjouir avec les antisionistes et les anti-israëliens les protégeront, je dis qu’ils se leurrent, qu’ils se mettent le doigt dans l’oeil, qu’ils croient aux contes de fées et peut-être même qu’à ce moment-là, s’ils ont publiquement dit leur rejet de la politique d’Israël, l’Etat Hébreu refusera de les accepter ou les prendra en dernier s’il reste une place, ce qui ne sera pas le cas. Leurs copains antisionistes comme les villageois catholiques d’il y a 75 ans pour la petite communiante juive, ne pourront pas non plus empêcher que les nouveaux nazis islamistes ne les emmènent et ne les exterminent.

  8. Il est bien traducteur que les gens chargés du – et de – pouvoir(s) ( exécutif et législatif ) fassent le constat de l’existence d’un antisémitisme – càd la haine du Juif – et de l’antisionisme quand en réalité c’est à eux de prendre les mesures adéquates. Leur déclaratif est bien significatif reflétant une hypocrisie qui va s’enracinant; il y en a même qui signent des pétitions contre sa montée quand lorsqu’ils étaient aux affaires ( comme dit la formule consacrée) non seulement ils n’ont rien fait de sérieux pour le combattre efficacement mais certains ont récompensé pas mal de ces entrepreneurs de haine ( création de parti ou association politique, musée, manifestations violentes et attaques de Synagogues et meurtres de Juifs, galas, mondanités, voyages, corruptions diverses, places de membres à l’unesco, voire à l’onu, et initiative ou appui total à une litanie de résolutions anti-israéliennes, révisionnisme de la culture et vols de l’Histoire juives, etc…).
    Ayant hérité de tout cela, Macron n’a osé ni rupture ni au moins changement de cap dans le combat contre l’antisémitisme de façon crédible et continue; l’on se demande d’ailleurs si vraiment il a voulu de l’une ou de l’autre vu ce que leur rapporte l’inverse !

  9. L’ affaire Dreyfus n’ a rien change pour les Juifs de France ou d’ailleur. Au plus les choses bougent au moins elles changent.

  10. Malheureusement Rachel fait un bon résumé. Mais je ne crois pas qu’il est pertinent de dire que le pays est nauséabond et pestilentiel. Il y a en France de vrais amis d’Israël et de vrais amis de leurs compatriotes juifs. Ces amis connaissent la perversion des media et savent s’informer ailleurs que dans mes media dits main stream. Même dans les périodes les plus difficiles des juifs menacés ont pu trouver refuge et protection auprès de certains de leurs compatriotes non juifs.
    La décolonisation d’Israël survenue en 1947 , bien que partielle, a réjoui en France nombre d’amis du
    peuple juif.

      • Très chère le peuple juif a été fondé pour fructifier les autres pays et de ce fait le monde..Il est incontestable de voir .et de constater que tout pays JUDENREIN perd son attraction économique…ex. ( je me réserve)…Quant a vos frères juifs qui se pensent citoyens d’un pays avant et en oubliant leur Judaïcite seront une proie plus facile du justement a leur juiverie..Quant aux GOYS ils comprendront tôt tard que, remplacer 6 millions de juifs assassinés et ou brûlés, par 50 millions de migrants éparses. Preparera leur tombes sans CRUCIFIX.

  11. Il aurait été plus simple Monsieur Trigano de citer toutes les phrases d’Emmanuel Macron à Washington pour faire comprendre aux juifs français que l’antisémitisme n’est pas reconnu par le Président actuel de la France. Dans la capitale américaine devant presqu’une centaine d’étudiants, Emmanuel Macron a utilisé par deux fois le verbe FALLOIR concernant l’antisémitisme en France : “Il FAUT le reconnaître” (we have to recognize it ) et non “nous le reconnaissons” (we recognize it), ce qui signifie clairement qu’Emmanuel Macron ne reconnait pas l’antisémitisme en France et la responsabilité des français dans cette haine anti-juive : mon gendre américain a été extrêmement choqué de cette réponse de Macron devant ces jeunes américains. Et pourquoi ? Parce que Macron le dit juste avant : cet antisémitisme en France vient d’un conflit importé, donc d’Israël, des juifs d’Israël, parce qu’il ne pense pas une seule minute que ce sont les palestiniens musulmans et chrétiens qui importent cet antisémitisme; non, les martyrisés palestiniens, selon la France depuis De Gaulle, ne sauraient en aucun cas être les importateurs de cette haine anti-juive sur ce cher sol français mais les juifs israëliens, oui par contre, à 100 % .
    Tout ceci est plus qu’à vomir et je suis pour la rupture totale des relations diplomatiques, culturelles, économiques, militaires entre la France et Israël donc tout à fait opposée à la venue du PM israëlien en France mardi.

  12. Il aurait été plu simple Monsieur Trigano de citer toutes les phrases d’Emmanuel Macron à Washington pour faire comprendre aux juifs français que l’antisémitisme n’est pas reconnu par le Président actuel de la France. Dans la capitale américaine devant presqu’une centaine d’étudiants, Emmanuel Macron a utilisé par deux fois le verbe FALLOIR concernant l’antisémitisme en France : “Il FAUT le reconnaître” (we have recognize it ) et non “nous le reconnaissons” (we recognize it), ce qui signifie clairement qu’Emmanuel Macron ne reconnait pas l’antisémitisme en France et la responsabilité des français dans cette haine anti-juive : mon gendre américain a été extrêmement choqué de cette réponse de Macron devant ces jeunes américains. Et pourquoi ? Parce que Macron le dit juste avant : cet antisémitisme en France vient d’un conflit importé, donc d’Israël, des juifs d’Israël, parce qu’il ne pense pas une seule minute que ce sont les palestiniens musulmans et chrétiens qui importent cet antisémitisme; non, les martyrisés palestiniens, selon la France depuis De Gaulle, ne sauraient en aucun cas être les importateurs de cette haine anti-juive sur ce cher sol français mais les juifs israëliens, oui par contre, à 100 % .
    Tout ceci est plus qu’à vomir et je suis pour la rupture totale des relations diplomatiques, culturelles, économiques, militaires entre la France et Israël donc tout à fait opposée à la venue du PM israëlien en France mardi.

  13. […] A l’occasion d’un court séjour en France, j’ai découvert avec stupéfaction que, finalement, rien n’y a changé depuis le début des années 2000. Ce jugement a quelque valeur, je crois, à la lumière de ce que j’avais entrepris avec quelques amis dès le début des années 2000 avec l’Observatoire du monde juif (obs.monde.juif.free.fr) et la revue Controverses(controverses.fr) sans compter plusieurs livres d’analyse de la situation[1]. […]

  14. comme d’habitude , S. Trigano en écrit des tonnes ….si bien que découragée par la longueur de l’article , j’abandonne …
    ce qui se conçoit bien s’énonce clairement …et brièvement ;

  15. PAS BESOIN DE 100 LIGNES POUR DIRE QUE LA FRANCE, SON PEUPLE, SES ARCHEVEQUES ET SES MONARQUES “REPUBLICAINS” OU NON ONT TOUJOURS ETE ANTISEMITES DEPUIS LE CONCILE D’ORLEANS EN 538 JUSQU’A MACRON EN 2018 : ENTRE ANTIJUDAISME AVEC DES CENTAINES DE POGROMS TOUT AU LONG DU MOYEN-AGE ET DES MILLIERS DE PROPOS ANTI-JUIFS DE VOLTAIRE ET DE TOUS LES PHILOSOPHES A L’EPOQUE DES “LUMIERES”, ET ANTISEMITISME AVEC AU XIXEME ET XXEME SIECLE, L’AFFAIRE DREYFUS, LE PETAINISME, LE GAULLISME DONT LE REPRESENTANT DE GAULLE DISAIT QUE LES JUIFS SONT UN PEUPLE DOMINATEUR LORS DE LA GUERRE DES SIX JOURS EN 1967 CREANT DU MEME COUP UN NOUVEL ANTISEMITISME SOUS UNE FORME DIABOLIQUE, L’ANTISIONISME QUI A FABRIQUE DES KELKAL, MERAH, NEMMOUCHE, COULIBALY, LA FRANCE A ETE, EST ET SERA LA BETE NOIRE DES JUIFS DEPUIS DES SIECLES ET DES SIECLES. CE QUI EST ETONNANT ET CONSTERNANT, CE SOIT QUE DES JUIFS RESTENT ENCORE DANS CE PAYS NAUSEABOND ET PESTILENTIEL.

  16. La France a été le pays qui a le mieux coopèrè avec l’Allemagne nazi, finalement elle a mis cette capacité particulière au service des islamogauchistes nazillons….rien de nouveau sous le soleil…Dommage que ceux qui y restent ne le voit pas…je suis triste pour eux…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.