Brésil : le pro-Israélien Bolsonaro poignardé en plein meeting©

0
2261

Le candidat à la présidence brésilienne Bolsonaro a été grièvement blessé par des coups de couteau

Un candidat pro-israélien, qui a déclaré qu’il déplacerait l’ambassade du pays à Jérusalem s’il était élu, se trouve dans un état stable après avoir été presque tué lors d’une attaque lors d’un événement de campagne

Le candidat à la présidentielle Jair Bolsonaro fait la grimace après avoir été poignardé à l’estomac lors d’un rassemblement à Juiz de Fora, au Brésil, jeudi 6 septembre 2018. (AP / Raysa Leite)

Le candidat à la présidentielle Jair Bolsonaro fait la grimace après avoir été poignardé à l’estomac lors d’un rassemblement à Juiz de Fora, au Brésil, jeudi 6 septembre 2018. (AP / Raysa Leite)

RIO DE JANEIRO (AP) – Jair Bolsonaro, l’un des principaux candidats à la présidentielle brésilienne, qui a électrisé certains électeurs et provoqué la colère d’autres dans un électorat profondément polarisé, a été poignardé jeudi lors d’un événrement de campagne, jeudi, et il a dû subir une intervention chirurgicale.

Les responsables et son fils ont déclaré que le candidat de droite et pro-israélien était dans un état stable, mais son fils a également déclaré que Bolsonaro avait subi de graves pertes de sang et était arrivé à l’hôpital «presque mort».

Bolsonaro, qui a promis de sévir contre la criminalité dans la plus grande nation d’Amérique latine, a été poignardé par un couteau dans la partie inférieure de son estomac.

Au moment de l’attaque, Bolsonaro était sur les épaules d’un supporter, regardant la foule et levant la main gauche.

 

Après l’attaque, on le voit défaillir, puis disparaître. D’autres vidéos montrent des partisans l’emmenant dans une voiture et frappant sur un homme qui était apparemment l’assaillant.

Le porte-parole de la police, Flavio Santiago, a confirmé à l’Associated Press que son agresseur avait été arrêté.

Bolsonaro a été emmené dans un hôpital de la ville où il faisait campagne, Juiz de Fora, à environ 200 kilomètres au nord de Rio de Janeiro, a indiqué Santiago.

Dans cette photo publiée par la police militaire, Adelio Bispo de Oliveira, soupçonné d’avoir poignardé Jair Bolsonaro, l’un des principaux candidats à la présidentielle brésilienne, est assis après avoir été détenu à Juiz de Fora, au Brésil, le jeudi 6 septembre 2018. (Police militaire via AP) )

Santiago a déclaré que l’attaquant était identifié comme étant Adelio Bispo de Oliveira. Il a ajouté que le suspect avait été battu par les partisans du Bolsonaro après l’attentat. L’homme a été arrêté en 2013 pour une autre agression, a déclaré la police.

Luis Boudens, président de la Fédération nationale de la police fédérale, a déclaré à l’AP que l’agresseur semblait être dérangé.

“Nos agents là-bas ont dit que l’agresseur était en mission“, a déclaré Boudens. «Ils ont l’impression qu’ils ne traitent pas avec une personne stable mentalement. Il ne s’attendait pas à être arrêté si rapidement, les agents ont réagi en quelques secondes.

Dans un communiqué, l’hôpital a déclaré que Bolsonaro était en chirurgie mais n’a pas donné plus de détails.

Le fils de Bolsonaro, Flavio Bolsonaro, a initialement posté sur Twitter que la blessure était superficielle et que son père allait bien. Cependant, une heure plus tard, il a publié un autre tweet disant que la blessure était «pire que ce que nous pensions».

Flavio a déclaré que la ponction avait touché des parties du foie, des poumons et des intestins de son père et qu’il avait perdu beaucoup de sang.

Il est arrivé à l’hôpital «presque mort», écrit Flavio. «Son état semble maintenant stabilisé. S’il vous plaît, priez.”

Une déclaration de la police fédérale a indiqué que le candidat avait des gardes du corps. Dans les vidéos, Bolsonaro ne semble pas porter de gilet de protection. Ces mesures sont rares pour les candidats au Brésil.

“Cet épisode est triste”, a déclaré le président Michel Temer aux journalistes à Brasilia. “Nous n’aurons pas de respect de la loi, si nous avons l’intolérance.”

Bolsonaro, un ancien capitaine de l’armée, est deuxième dans les sondages, derrière l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva emprisonné, et empêché de participer aux élections, mais qui continue de faire appel.

Jair Bolsonaro, député avant d’être candidat et député conservateur du Brésil, prend la parole lors d’une réunion du congrès «À la défense des municipalités», à Brasilia, au Brésil, le mercredi 23 mai 2018. (AP Photo / Eraldo Peres)

En dépit qu’il soit un membre du Congrès depuis 1991, Bolsonaro se présente comme un outsider prêt à renverser l’establishment, en réprimant la corruption en politique et en réduisant la criminalité, en donnant en partie à la police une plus grande liberté dans les consignes de tir.

Bien que Bolsonaro ait une forte popularité, il est également un personnage profondément polarisant (clivant). Il a été condamné à une amende et même à des accusations pour des déclarations désobligeantes envers les femmes, les noirs et les gays.

En août, Bolsonaro a annoncé qu’il fermerait l’ambassade palestinienne à Brasilia et déplacerait l’ambassade de son pays de Tel-Aviv à Jérusalem s’il était élu.

La Palestine est-elle un pays? La Palestine n’est pas un pays, alors il ne devrait pas y avoir d’ambassade ici », a t-il déclaré à l’époque. “Vous ne négociez pas avec les terroristes”, a-t-il ajouté.

Des manifestants juifs devant un événement mettant en vedette le politicien de droite Jair Bolsonaro au club Hebraica de Rio, le 3 avril 2017. (Hebraica)

Surnommé le Trump Brésilien, le politicien conservateur a déclaré qu’il chercherait à élargir le dialogue avec Israël, les États-Unis et l’Europe.

Comme les politiciens évangéliques et profondément conservateurs aux États-Unis, Bolsonaro divise les électeurs juifs, qui ont tendance à être socialement libéraux mais veulent que leurs représentants soient fortement pro-israéliens.

“Mon cœur est vert, jaune, bleu et blanc”, a déclaré Bolsonaro à une audience de 400 personnes au club Hebraica de Rio en 2017, en référence aux drapeaux israélien et brésilien.

Il a été applaudi en saluant l’État juif pour sa puissance et son système de protection sociale, affirmant qu’il devrait inspirer la plus grande nation d’Amérique latine.

Il parle aussi avec nostalgie de la dictature militaire de 1964-1985 et a promis de constituer son gouvernement de dirigeants militaires actuels et anciens. Son candidat à la vice-présidence est un général à la retraite.

Plus tôt cette semaine, M. Bolsonaro a déclaré, lors d’une campagne, qu’il aimerait tirer sur des membres corrompus du Parti des travailleurs de gauche, ce qui a fait de Da Silva son candidat. Le commentaire a provoqué une réprimande immédiate du procureur général, qui a demandé à Bolsonaro d’expliquer ce commentaire.

Signe de la polarisation de la politique brésilienne, les gens ont énormément utilisé Twitter jeudi soir, soit pour dénoncer l’attaque et demander des prières pour Bolsonaro, soit pour dire que le candidat s’y était exposé (par ses déclarations) soit même avait mis l’incident en scène.

Les cinq principaux sujets tendances au Brésil étaient liés aux coups de couteau, et quelqu’un a même créé un compte dédié au couteau, dont les tweets ont été retweetés des milliers de fois quelques heures à peine après l’attaque.

Les autres candidats à la présidentielle ont rapidement dénoncé les coups de couteau.

«La politique se fait par le dialogue et par la persuasion, jamais par la haine», a tweeté Gerado Alckmin, ancien gouverneur de Sao Paulo, qui s’était précédemment fait remarquer par des propos négatives sur Bolsonaro.

Fernando Haddad, qui devrait prendre la place de da Silva sur le ticket du Parti des travailleurs, a qualifié cette attaque d’absurde et de regrettable.

L’attaque survient à un moment où la rhétorique est de plus en plus vive et parfois violente, en lien aux campagnes et aux candidats.

En mars, alors que Da Silva était en tournée de campagne dans le sud du Brésil avant son emprisonnement, des coups de feu ont été tirés sur des bus dans sa caravane. Personne n’a été blessé et Da Silva, qui est en prison pour une condamnation de corruption, n’était pas dans les véhicules qui ont été touchés.

L’ancien président brésilien Luiz Inacio Lula Da Silva lors du 12ème Congrès du Syndicat des travailleurs brésiliens (CUT) à Belo Horizonte, au Brésil, le 28 août 2015. (AFP / DOUGLAS MAGNO)

Toujours en mars, Marielle Franco, conseillère noire à Rio de Janeiro, a été abattue avec son chauffeur après avoir assisté à un événement sur l’autonomisation des femmes noires.

On ne voit pas très bien comment l’attaque de Bolsonaro pourrait transformer une course présidentielle en cours, avec le favori, Da Silva, en prison. À bien des égards, l’incident alimente le récit de Bolsonaro selon lequel le Brésil est dans le chaos et a besoin d’une main forte pour le stabiliser [encore faudrait-il parer les coups].

“Il est probable que Bolsonaro utilisera l’attaque pour faire valoir que ses adversaires sont désespérés, qu’ils n’avaient pas d’autre moyen de l’arrêter”, a déclaré Mauricio Santoro, professeur de sciences politiques à l’université de Rio de Janeiro.

Aujourd’hui, 2h59

JTA a contribué à ce reportage.

Adaptation: Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.