“Viole qui tu veux” : le non des Irakiennes à une vieille loi inique

En Irak, la loi permet un important allégement de peine pour les hommes reconnus coupables de viol s’ils viennent à épouser leurs victimes. Une disposition légale contre laquelle des militantes féministes se battent depuis des années, et qui se décline sous différentes formes dans d’autres pays arabes, raconte “Vice Arabia”.

L’article 398 du Code pénal irakien prévoit que l’auteur d’un viol bénéficie de circonstances atténuantes s’il vient à épouser sa victime. Alors qu’il risque une condamnation pouvant aller jusqu’à la réclusion à perpétuité, il peut ainsi voir sa peine très largement réduite, jusqu’à échapper à la prison. “Viole qui tu veux et la loi te la fera épouser”, résume Vice Arabia.

Cette phrase, que le média panarabe a choisie comme titre pour un article consacré à cette loi inique, est inspirée d’une vidéo qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux, où l’on voit une voiture sur laquelle est apposé un autocollant disant : “Viole celle que tu aimes et la loi te fera l’épouser conformément à l’article 395”. En se trompant d’article, donc.

Cette vidéo a relancé le débat relatif à cette question sur les réseaux sociaux, où a fleuri le mot-clé “Abrogation de l’article 398”. Comme l’explique Vice Arabia, “ce n’est pas la première fois” que le sujet revient sur le devant de la scène. “Depuis des années, des appels à l’abrogation de cette loi ont été lancés, mais sans succès.”

Une alternative au crime d’honneur

Parmi les opposants à cet article, les militantes pour le droit des femmes ; et, en première ligne, l’une des plus suivies d’entre elles sur les réseaux sociaux, Massa Ramadi.

“Lorsqu’on lit cet article de loi, on ressent comme une humiliation et de la honte. Qu’en est-il des victimes [de viol] ? Cette loi est en rapport avec la façon dont la société objective la femme et lie son corps au concept d’honneur.”

Mais, note Vice Arabia, “ce qui diffère cette fois, c’est la tentative de certains de trouver de nouveaux arguments justifiant le maintien de cette loi”. En effet, “des juristes estiment que cet article est le seul outil pour protéger la victime des coutumes et des traditions, ainsi que des féminicides que l’on appelle les crimes d’honneur”.

Interrogé à la télévision irakienne sur cette question, le très controversé responsable de la section des droits humains au sein de l’ordre des avocats irakiens, Safa Al-Lami, a dit ceci :

“[Après avoir subi un viol,] une victime peut-elle se marier avec quelqu’un d’autre [que son violeur] ? Peut-elle s’intégrer à une société attachée aux us et coutumes ?”

L’Irak n’est malheureusement pas le seul pays de la région à avoir une loi similaire dans sa législation. Elle existe aussi en Algérie et en Libye, en Afrique du Nord, mais aussi au Bahreïn, au Koweït ou en Syrie, au Moyen-Orient.

FRANCE

en l’espace de 3 jours

Seine-Saint-Denis. Une adolescente de 14 ans violée dans un parking souterrain

Une adolescente de 14 ans aurait été victime d’un viol dans un parking souterrain de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), dans la nuit du lundi 8 au mardi 9 août 2022. Elle aurait rencontré son agresseur sur les réseaux sociaux. Une enquête est en cours.

Selon une information du Figaro, une adolescente de 14 ans aurait été violée dans un parking souterrain de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, non loin de l’arrêt de métro « Front Populaire », mardi 9 août 2022 vers 1 h du matin.

Les deux internautes se seraient rencontrés à Saint-Denis dans l’après-midi puis rendus dans un parking de l’avenue du président Wilson, selon une source policière relayée par le journal. D’après le témoignage de la jeune fille, après l’avoir embrassée, l’homme lui aurait proposé des relations sexuelles qu’elle aurait refusées. Malgré cela, il lui aurait imposé plusieurs rapports et l’aurait violée avant de quitter le parking, laissant deux préservatifs sur place.

L’auteur présumé du viol toujours recherché

D’après les informations du Figaro, une enquête a été ouverte dans la foulée. Les préservatifs ont été saisis et placés sous scellés par les enquêteurs. Les vêtements de la victime ont également été récupérés pour analyses. Le Parisien, à qui une source policière a confirmé les informations relatées par Le Figaro, précise que le parking en question est fermé depuis lundi pour permettre l’installation de la passerelle olympique.

AFP
——————————————

Un homme en garde à vue après le viol d’une jeune américaine à Paris.

Une Américaine a été violée samedi soir dans le 4e arrondissement de Paris. Un homme de 23 ans a été interpellé et est toujours en garde à vue indique le parquet de Paris.

Une jeune américaine de 27 ans a été violée dans la nuit de samedi à dimanche vers 1h30 du matin dans le 4e arrondissement de Paris a rapporté Actu17. Un homme de 23 ans a été placé en détention provisoire et mis en examen, selon le parquet de Paris.

Enquête pour viol en état d’ivresse

Une enquête pour viol en état d’ivresse, une circonstance aggravante, a été ouverte et confiée au 1er District de police judiciaire (1er DPJ). Selon Actu17, la jeune femme était partie aux toilettes quand l’un de ses amis, surpris qu’elle ne soit pas encore revenue, a découvert qu’elle se faisait agressée.

L’auteur présumé, un homme de 23 ans, a tenté de fuir mais a été rattrapé par les agents de sécurité et des policiers du commissariat du centre. Il a été mis en examen du chef de viol aggravé par l’état d’ivresse et placé en détention provisoire, confirme le Parquet de Paris.

AFP

——————————————

Fêtes de Bayonne : Le parquet fait appel de la remise en liberté de deux frères suspectés de viol.

Deux frères suspectés de viol lors des Fêtes de Bayonne ont été placés sous contrôle judiciaire. Le parquet a fait appel, réclamant leur placement en détention provisoire. La chambre d’instruction de Pau rendra sa décision le 12 août prochain

La chambre d’instruction de Pau rendra sa décision le vendredi 12 août. Le parquet a fait appel de la décision du juge des libertés et de la détention de remettre en liberté sous contrôle judiciaire deux hommes suspectés du viol d’une jeune femme de 27 ans lors des Fêtes de Bayonne, rapporte France Bleu Pays Bleu.

Deux frères âgés de 19 et 25 ans ont été mis en examen le 30 juillet dernier, pour viol en réunion sur une jeune femme de 27 ans commis dans un appartement durant les Fêtes de Bayonne. Ils ont été laissés en liberté sous contrôle judiciaire, contre l’avis du parquet de Bayonne. L’accusation considère qu’ils n’ont pas de garantie de représentation.

L’aîné des deux frères accusés reconnaît sa participation, le plus jeune conteste les faits.

AFP.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.