Le député Uri Maklev [Déguel Ha-Torah] sur le rejet de la loi sur les Dayanim/Juges rabbiniques.

Tumultes en plénière: le président de la Knesset s’est trompé dans le vote, la loi de la coalition sur les Dayanim n’est pas passée.

Après une nouvelle nuit blanche à la Knesset, la loi « Dayanim », promue par la coalition, est passée en deuxième et troisième lecture au petit matin.

Suite à une erreur dans le vote du président de la Knesset, Miki Levy, le vote s’est soldé par un nul, ce qui est une défaite pour la coalition. Dans l’opposition on a pavoisé, le gouvernement devra promouvoir à nouveau la loi.

La loi Dayanim qui est passée en troisième lecture a conduit à un tumulte en plénière à la Knesset, après que le président de la Knesset Miki Levy a voté contre par erreur, contrairement à la position de la coalition dont il est membre ‒ qui a conduit à l’annulation de la loi [qui n’est pas passée] et s’est traduit par un échec  pour la coalition. Le vote a été examiné juridiquement, il ressort que le mauvais vote ne pouvait pas être changé. L’opposition a célébré sa satisfaction en plénière.

La loi Dayanim, qui a fait grand bruit parmi les partis ultra-orthodoxes et a conduit à une mobilisation quasi totale de l’opposition, s’est soldée par un vote nul – 51 pour,  51 contre.

La loi Dayanim a été adoptée en 2e lecture.

Après son mauvais vote, le président de la Knesset a annoncé qu’il s’était trompé et a demandé de modifier son vote afin que la loi soit adoptée comme en troisième lecture. Après un examen juridique par les partis à la Knesset, il a été décidé que le vote ne pouvait pas être modifié. La coalition devra maintenant représenter la loi depuis le début.

Un échec de plus pour la coalition, après l’embarras de ne pas approuver les grandes lignes de la loi sur la citoyenneté. Ce dernier vote est intervenu après une autre nuit blanche ‒ comme le précèdent ‒ mené par l’opposition, dans une tentative de contrecarrer les projets de loi privés que la coalition tente de promouvoir.

Le député Uri Maklev [Déguel Ha-Torah] sur le rejet de la loi sur les Dayanim/Juges rabbiniques: « S’il n’y avait pas eu le rejet de la loi, la coalition aurait pour la première fois désigné des juges inaptes aux tribunaux rabbiniques tout en limitant leurs prérogatives. « Cette loi aurait empêché la moitié du peuple d’élire ses représentants et aurait violé l’équilibre convenu entre la Torah classique ‒ et la représentation halakhique [Loi juive] ‒ et la représentation politique, en sélectionnant des juges appropriés pour servir dans les tribunaux rabbiniques. » [L’objectif avoué étant de nommer des Juges de gauche et des reformés afin de « libéraliser » la législation juive en acceptant des femmes rabbins et des rabbins hors normes].

Le député Bezalel Smotrich [de Sionisme religieux] a écrit: «Une décision correcte du Président de la Knesset de ne pas changer les précédents et de ne pas se permettre de changer le vote sur la loi Dayanim après la publication des résultats. Cela aurait été très mauvais s’il y avait eu une décision différente concernant son propre vote: « C’est vital pour la démocratie israélienne. Cette mauvaise loi a été rejetée et c’est bien qu’elle soit tombée ».

JForum ‒ N12-mako.il.news

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.