Un petit échantillon de l’incitation antisioniste en Hollande

(à la veille de la visite de Netanyahu)

ANP-25700415

Au début du mois de septembre, le Premier Ministre Binyamin Netanyahu se rendra en visite aux Pays-Bas. Un résumé succinct sur l’incitation anti-israélienne qui s’y donne libre cours pourrait l’aider,ainsi que son équipe rapprochée à mieux comprendre à quel point la réalité néerlandaise diverge de l’image positive déformée que beaucoup de personnes ont encore : celle fondée sur le  récit très médiatisé d’Anne Frank et de son journal intime.

Le récit d’Anne Frank a entièrement recouvert de son ombre une histoire beaucoup plus importante : le désintérêt total du gouvernement hollandais à Londres, au cours de la Seconde guerre Mondiale, quant au sort réservé à ses citoyens juifs sous le joug de l’Occupation allemande. Les trois-quarts des 140.000 Juifs vivant aux Pays-Bas ont été assassinés dans les camps de la morts allemands en Pologne. Les Pays-Bas sont, à présent, le seul pays d’Europe occidentale qui n’a jamais reconnu la défaillance de l’attitude de son gouvernement en temps de guerre envers les Juifs. Même le Luxembourg et Monaco l’ont récemment fait[1].  En outre et bien que les archives contiennent les informations suffisantes depuis des décennies, ce n’est que récemment qu’il a été rendu public que les volontaires SS hollandais ont bien participé à des meurtres de masse des Juifs en Europe de l’Est[2].

Au début de ce siècle, l’ attitude antisioniste majoritairement rencontrée dans beaucoup de cercles hollandais s’est encore renforcée. L’incitation continuelle contre l’Etat Juif pratiquée par de nombreux hommes politiques néerlandais – principalement à l’extrême-gauche et au centre-gauche – qui dirigent les médias, les ONG pseudo-humanitaires et ainsi de suite, a largement influencé les citoyens hollandais. Une étude de l’Eurobaromètre en 2003 demandait quels pays sont les plus dangereux pour la paix dans le monde. Israël a été situé en deuxième position, juste après l’Iran – 59% des Européens soutenaient cette position. De tous les pay sondés, les Pays-Bas détenaient le score le plus élevé à 74%. Cette opinion peut largement s’expliquer par l’étendue de l’incitation néerlandaise contre Israël[3]. Une étude de 2011 de l’Université de Bielefeld en Allemagne démontrait que plus de 38% de la population hollandaise s’accorde sur la déclaration prétendant qu’Israël commet une guerre d’extermination contre les Palestiniens[4].

Le parti politique le plus dangereux pour Israël, de nos jours, est le parti travailliste, second partenaire de l’acutel gouvernement conduit par le Premier Ministre libéral Mark Rutte. Le parti travailliste incite contre Israël de bien des façons. Au cours de sa première conférence sur le Moyen-Orient en 2013, le dirigeant du parti, Diederik Samsom a singularisé le conflit palestino-israélien comme le seul pour lequel la patience est à bout. Il imputait alors l’entière responsabilité de la résolution du conflit sur Israël uniquement[5] 

Le parti travailliste, le D66 Démocrates et les Chrétiens Démocrates ont aussi promu une motion parlementaire qui vise à déboucher sur des sanctions contre Israël[6]. Au début de l’année, le Ministre travailliste des Affaires étrangères Bert Koenders a tenté de tromper ses homologues israéliens en disant que, bien que ce soit la liberté d’expression qui prédomine aux Pays-Bas, le gouvernement néerlandais, en revanche, s’oppose à BDS[7]. Il n’a pas fait mention du fait que le gouvernement hollandais offre des subventions à l’organisation catholique d’aide et de développement Cordaid, qui fait la promotion de BDS, avec un demi-milliard d’euros entre 2007 et 2011, et avec des montants un peu moindres depuis. Le soutien de Cordaid à l’incitation extrémiste contre Israël remonte à plus de 15 ans.

Un énorme scandale s’est propagé en 2002, quand on a appris que la Fondation Ford avait partiellement financé les incitateurs anti-israéliens de l’organisation palestinienne LAW, qui avait dû être démantelée à cause des pratiques répandues de corruption. On n’avait, alors, pas prêté attention au fait que Cordaid n’a donné à cette occasion, qu’encore plus d’argent à LAW. L’actuelle Ministre Travailliste de la Coopération, du Développement et du Commerce Extérieur, Liliane Ploumen, a détenu des positions surplombantes au sein de Cordaid, entre 2001 et 2007. D’autres organismes hollandais favorables à BDS ont aussi reçu de vastes sommes de financements de la part du gouvernement hollandais[8]Koenders a été particulièrement suractif dans l’a politique européenne de stigmatisation des produits  provenant de la Bande Occidentale de Judée-Samarie [9]

La liste des invités juifs lors du dîner en 2013 où le Roi des Pays-Bas Willem Alexander recevait le Président israélien Shimon Peres en visite n’a jamais été publiée. Les représentants des deux plus grandes communautés juives, celle Ashkénaze Orthodoxe et celle libérale, n’ont pas été invités. Le chef du modeste groupe juif extrêmement anti-israélien, EAJG, l’était.

Pour la première fois dans l’histoire des Pays-Bas indépendants – si on laisse de côté la période de l’occupation allemande – un certain nombre d’hommes d’affaires juifs ont dû embaucher des gardes du corps en 2014, en conséquence des menaces[10]. L’incident antisémite le plus grave aux Pays-Bas, a été un cambriolage, l’an dernier (commis par des criminels qui sont être d’origine arabe- marocaine) d’un couple âgé de survivants de la Shoah à Amsterdam. La femme est une survivante d’Auschwitz. Les voleurs les ont insultés en les traitant de « sales Juifs » et les ont cognés sévèrement [11].

Le plus récent scandale lié à cet antisionisme galopant est une allégation rédigée dans le quotidien NRC, que le Mossad menacerait un militant des droits de l’homme aux Pays-Bas[12].

De temps en temps, le Premier Ministre Rutte se rend en visite en Israël avec une délégation d’hommes d’affaires hollandais. Il est accompagné de deux Ministres travaillistes qui se rendent dans les territoires palestiniens. Peut-être que la prochaine fois, le Premier Ministre Netanyahu pourrait inviter Rutte et ses ministres à une réunion du souvenir sur les lieux de l’attentat terroriste de la Pizzeria Sbarro à Jérusalem, où un terroriste-suicide palestinien s’est fait exploser en 2001. Parmi les quinze tués, se trouvaient cinq membres de la famille Schijveschuurder. Deux parents et leurs enfants ont été tués et trois autres ont été blessés.[13]. Ils étaient tous les enfants et petits-enfants, respectivement, de survivants hollandais de la Shoah. 

 Tout ce qui précède n’est qu’un bref échantillon de l’incitation qui est très répandue contre Israël aux Pays-Bas. Ce sujet pourrait facilement occuper la place d’un livre entier. 

hqdefault_473_316 (1)

 Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.


[1] http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/17483

[2] https://www.historischnieuwsblad.nl/tweedewereldoorlog/artikelen/nederlandse-ss-ers-en-de-holocaust/index.html

[3] European Commission, “Iraq and Peace in the World,” Eurobarometer Survey, Flash Eurobarometer 151, November 2003, 81.

http://ec.europa.eu/public_opinion/flash/fl151_iraq_full_report.pdf

[4] library.fes.de/pdf-files/do/07908-20110311.pdf.

[5] www.dagelijksestandaard.nl/2014/12/mini-erdogan-diederik-samsom-hitst-op-tegen-israel/

[6] file:///D:/Users/user/Downloads/kst-23432-434.pdf

[7] www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/19105

[8] Ibid.

[9] Ibid.

[10] www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/15481

[11] www.niw.nl/wrede-beroving-heemstedestraat-566/

[12] www.nrc.nl/nieuws/2016/08/10/ze-dacht-dat-nederland-veilig-was-3652144-a1515668

[13] www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4106884,00.html

6 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.