“Suicidez-vous” ont lancé des manifestants aux forces de l’ordre

0
193

Un journaliste a filmé un moment de tension place de la République, faisant référence aux récents suicides au sein de la police. Christophe Castaner a réagi.

Alors que le sujet de la fatigue des forces de l’ordre est de plus en plus d’actualité et que la police doit faire face une vague de suicides sans précédent, des manifestants ont provoqué les policiers présents place de la République lors de l’Acte 23 des « gilets jaunes » ce samedi 20 avril.

Encerclés sur la place, plusieurs d’entre eux ont en effet lancé des « suicidez-vous » à l’encontre des forces de l’ordre vers 17h00 comme a pu en témoigner le journaliste Lucas Burel:

Pendant environ deux heures, les forces de l’ordre ont réalisé à de rapides incursions sur la place et ont procédé plusieurs interpellations.

Ce « slogan » est une référence directe aux drames récents de Nancy et de Montpellier, où un gardien de la paix s’est donné la mort à son domicile et un capitaine s’est suicidé sur son lieu de travail. Sur Twitter, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner a dénoncé une « ignominie »:

Christophe Castaner
Honte à ceux qui se sont livrés à une telle ignominie ! Soutien total à nos forces mobilisées, et à leurs familles. L’immense majorité des Français sait ce qu’elle leur doit.

Le maire de Nice Christian Estrosi, ex ministre de Villepin et Fillon, a également réagi, qualifiant également ces paroles « d’ignobles »:

Christian Estrosi
Entendre « suicidez-vous » scandé contre les policiers est ignoble alors qu’on déplore 28 suicides de policiers nationaux depuis le 1er janvier. A cette situation dramatique pour nos forces de l’ordre s’ajoute l’abject de ces voyous

28 suicides en 2019 dans la police

Depuis le début de l’année 2019, 28 policiers se sont donnés la mort, le double de l’année 2018 à la même époque. « C’est l’hécatombe depuis le début de l’année, du jamais vu », témoignait Denis Jacob, secrétaire général du syndicat Alternative police sur BFMTV. La semaine dernière, des moments de recueillements avaient eu lieu dans plusieurs villes de Franc et sur le parivs de la Direction des ressources et des compétences de la police nationale (DRCPN) afin de dénoncer des conditions de travail éprouvantes. Selon un rapport sénatorial datant de juin 2018:

« Conséquence directe de l’augmentation importante de l’activité opérationnelle des services, le stock d’heures supplémentaires non récupérées par les personnels de la police nationale et non indemnisées s’élevait, à la fin 2017, à 21,82 millions d’heures, niveau jamais atteint à ce jour, indique que les forces de l’ordre ont accumulé 21,82 millions d’heures supplémentaires, soit, en moyenne, 158 heures par agent »

En cause, les nombreuses mobilisations des forces de l’ordre depuis plusieurs années (euro de foot, attentats, gilets jaunes…).

« Aujourd’hui il n’y a pas de différence entre un commissaire de police, un officier ou un gardien de la paix, c’est toute la police qui est en deuil. Le suicide dans la police est une urgence nationale, cela doit devenir une des priorités du gouvernement » prévenait Yves Lefebvre, secrétaire national d’Unité SGP Police FO dans Le Parisien.

L’Obs

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.