Des photos montrent un entrepôt iranien rasé par une frappe israélienne en Syrie

Mais les images satellitaires ne révèlent aucune preuve d’attaque à l’aéroport de Damas, qui aurait visé un avion cargo 747 appartenant au Fars Air Qeshm de l’Iran.

Les photos satellite publiées par la société israélienne ImageSat International le 27 décembre 2018 montrent des installations endommagées en Syrie prétendument utilisées par l'Iran et visées par un raid aérien attribué à Israël. (ImageSat International)

Les photos satellite publiées par la société israélienne ImageSat International le 27 décembre 2018 montrent des installations endommagées en Syrie supposées être utilisées par l’Iran et visées par un raid aérien attribué à Israël. (ImageSat International)

Des images satellitaires montrent l’étendue des dégâts causés par une frappe présumée israélienne en Syrie cette semaine. Une photo indique qu’une grande installation de stockage a été complètement détruite, a annoncé jeudi une société israélienne d’imagerie par satellite.

Les photos, prises le 26 décembre et publiées par ImageSat International, représentent les restes d’un entrepôt iranien dans une base appartenant à la 4e division de l’armée syrienne et située à l’ouest de la capitale Damas, a annoncé la société. La structure de 900 mètres carrés (8 000 pieds carrés) semble avoir été effacée par l’attaque, a-t-elle déclaré.

Cependant, en revanche, les images ne montrent aucune preuve d’une attaque à l’aéroport de Damas. Les premières informations dans les médias faisant état de la frappe aérienne avaient laissé entendre qu’un avion-cargo 747 appartenant au groupe iranien Fars Air Qeshm avait été pris pour cible après son atterrissage à l’aéroport.

La société civile a été accusée à plusieurs reprises de faire passer en contrebande des armes iraniennes au Hezbollah, un groupe terroriste libanais soutenu par l’Iran qui a combattu Israël lors d’une guerre en 2006, et les médias ont supposé que sa cargaison avait été la cible des frappes.

Un responsable de la sécurité israélienne a confirmé mercredi à l’agence Associated Press qu’Israël avait procédé à une frappe aérienne nocturne en Syrie, affirmant qu’une série de cibles iraniennes avaient été touchées, dont des entrepôts au sein de la 4ème Division syrienne, stockant des missiles Fajr 5 destinées aux 5 milices que les Pasdaran installent et forment en Syrie pour attaquer Israël et maintenir une présence permanente dans les années à venir.

Les photos satellite publiées par la société israélienne ImageSat International le 27 décembre 2018 montrent des installations endommagées en Syrie qu’on suppose avoir été utilisées par l’Iran et visées par un raid aérien attribué à Israël. (ImageSat International)

L’armée de l’air a attaqué plusieurs cibles iraniennes à trois endroits principaux mardi et mercredi matin. Il a ajouté que les cibles étaient principalement des installations de stockage et de logistique utilisées par l’Iran, l’ennemi juré, pour envoyer des armes au Hezbollah.

Le militaire a parlé sous condition d’anonymat selon les protocoles de sécurité standard. L’armée israélienne n’a pas commenté l’incident.

Plus tôt mercredi, la Russie avait critiqué les frappes aériennes, affirmant qu’elles avaient mis en danger les vols civils. Le responsable israélien a toutefois déclaré qu’Israël avait alerté la Russie à l’avance des frappes aériennes et que les vols civils ont été menacés par les tirs anti-aériens syriens désordonnés.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konashenkov, a déclaré que les forces de défense aérienne syriennes avaient abattu 14 des 16 bombes à guidage de précision larguées par les avions israéliens, tandis que les deux autres avaient touché un dépôt militaire syrien à 7 km à l’ouest de Damas, blessant trois soldats syriens.

Mais le responsable israélien a déclaré que toutes les cibles avaient été touchées, causant parfois des explosions secondaires.

Les photos satellite publiées par la société israélienne ImageSat International le 27 décembre 2018 ne montrent aucun signe de dommages à l’aéroport de Damas après des informations non confirmées faisant état d’une frappe aérienne israélienne. (ImageSat International)

Israël a précédemment confirmé avoir mené des dizaines de frappes aériennes en Syrie, qui viseraient principalement des envois d’armes présumés au Hezbollah.

Selon les médias syriens, les frappes ont débuté mardi vers 22 heures et ont été perpétrées par Israël depuis le Liban. Il a ajouté que les défenses aériennes syriennes avaient ouvert le feu sur des « cibles ennemies », les abattant. L’Observatoire syrien des droits de l’homme basé en Grande-Bretagne, un observateur de guerre, a déclaré que la frappe visait trois positions au sud de Damas, des dépôts d’armes pour le Hezbollah et les forces iraniennes.

Newsweek a rapporté mercredi matin que la supposée frappe aérienne israélienne avait frappé plusieurs hauts responsables du Hezbollah alors qu’ils montaient dans un avion à destination de l’Iran, citant une source du département américain de la Défense. La source non identifiée a déclaré au magazine qu’il avait reçu les informations de la part des hauts gradés de l’armée israélienne, et indiqué que les munitions stratégiques iraniennes étaient également visées, y compris des composants GPS avancés pour les armes.

Ce rapport a ensuite été démenti par le Libanais Al-Mayadeen, largement considéré comme un pro-Hezbollah, qui a déclaré qu’aucun membre important du groupe terroriste n’avait été blessé.

Les photos satellite publiées par la société israélienne ImageSat International le 27 décembre 2018 montrent des installations endommagées en Syrie qu’on suppose avoir été utilisées par l’Iran et visées par un raid aérien attribué à Israël. (ImageSat International)

Les médias syriens ont annoncé mercredi matin qu’Israël avait frappé une base utilisée par le Hezbollah à Al-Dimas, un dépôt d’armes situé dans une base de la 4ème division de l’armée syrienne à Sabura et le commandement de la 10ème division militaire à Qatana.

Israël a déclaré mardi qu’il avait déployé ses propres défenses anti-aériennes contre un missile tiré de Syrie alors que Damas tentait de repousser les frappes aériennes alléguées. Les forces de défense israéliennes ont déclaré que le missile sol-air tiré de la Syrie sur Israël n’avait causé aucun dommage ni blessé.

Le ministre libanais des Transports par intérim, Youssef Fenianos, a annoncé mercredi que le gouvernement libanais présenterait une plainte au Conseil de sécurité des Nations unies.

L’armée syrienne n’a pas pleinement mobilisé ses moyens de défense aérienne pour éviter de heurter accidentellement les avions de passagers, a déclaré Konashenkov. Il a ajouté que les contrôleurs aériens syriens avaient redirigé l’avion à destination de Damas vers une base aérienne russe située dans la province côtière de Lattakia en Syrie.

Moscou a accusé Israël après les tirs antiaériens syriens dirigés contre un avion israélien, qui avait abattu un avion-espion russe en octobre, provoquant une baisse des relations entre Jérusalem et le Kremlin. La Russie a prétendu que l’avion israélien avait utilisé l’avion lourd pour se couvrir, accusation démentie par Israël.

Les campagnes de bombardement israéliennes en Syrie semblent avoir été maîtrisées depuis l’incident d’octobre alors que Moscou et Jérusalem travaillaient au rétablissement d’une méthode de résolution des conflits.

JForum avec agences

1 COMMENTAIRE

  1. Finalement, l’effet escompté est qu’ils rangent définitivement leur projet genocidaire au videordure.
    Avons-nous quelque réjouissance à ce que des gens explosent en confettis humains lors de ces opérations ? On distribue des bonbons ? Des douceurs ? Des youyou ? Point du tout..
    C’est bien contris, contraints et forcés que nos soldats font leur boulot. Certainement qu’ils auraient préféré faire la fête, et réjouir leur famille…
    N’y aura-t-il pas une rebellion qui renverserait ces frappa dingues ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.