La subversion de Ruth

Le livre de Ruth, d’après le professeur du Séminaire Théologique de Chicago, André Lacocque, est “… une brillante performance polémique sous le couvert d’un conte antique et inoffensif.” 

La raison la plus évidente pour justifier une telle affirmation est la flagrante contradiction entre Ruth et ce qui est commandé dans Deutéronome 23: 4: 

Les Ammonites et les Moabites ne seront jamais admis dans l’assemblée de l’Éternel — pas même leurs descendants de la dixième génération.

Qu’il y ait un conflit entre ce que le livre du Deutéronome exige, et ce qui se passe dans Ruth, a été reconnu par les anciens rabbins. Les rabbins du Talmud ont été contraints d’interpréter la condamnation de Moab dans le Deutéronome s’appliquant seulement aux hommes, pas aux femmes.

Cependant, les efforts des rabbins d’harmoniser deux textes bibliques qui divergent ne surmonte pas un autre obstacle qu’oblige au professeur Lacoque, et d’autres, à voire Ruth comme

“Une protestation, une subversion du système juridique d’Israël.”

Cette autre loi contredite par Ruth se trouve dans le livre d’ Esdras 9: 12

« Ne donnez donc point vos filles à leurs fils et ne prenez point leurs filles pour vos fils, et n’ayez jamais souci ni de leur prospérité ni de leur bien-être; ainsi vous deviendrez forts, vous mangerez les meilleures productions du pays, et vous le laisserez pour toujours en héritage à vos fils. » 

Et dans le livre de Néhémie 13: 1, 23 s.

« Dans ce temps, on lut en présence du peuple dans le livre de Moïse, et l’on y trouva écrit que l’Ammonite et le Moabite ne devraient jamais entrer dans l’assemblée de Dieu »

Il est vrai que les rabbins ont cherché à s’immuniser contre cet argument, en postulant que l’auteur de Ruth était Samuel qui avait vécu longtemps avant Esdras et Néhémie. Cependant, puisque non seulement le livre de Ruth ne mentionne pas Samuel qui était mort bien avant David qui a finalement été couronné, la paternité de Samuel est peu probable. 

La possibilité que Ruth a été écrit, dans un but polémique, contre les interdictions d’Esdras et Néhémie peut être soutenue.

Le livre de Ruth présente Naomi âgée et la jeune Ruth dans une lutte pour la survie dans un environnement patriarcal. Comme Jack Miles, professeur de religion à l’UC Irvine, le souligne :

« Ce que les hommes font, la plupart du temps dans le livre de Ruth, c’est mourir, laissant les femmes faire face à la vie par elles-mêmes; ” 

Ensuite, il ajoute:

“Le livre de Ruth ne porte qu’une attention très mesurée vers le Seigneur Dieu. Il est beaucoup plus concerné par un changement dans la dignité et le respect mutuel dû aux femmes “. 

Et puis, le livre termine par un arbre généalogique qui culmine avec le roi David.

La généalogie dans Ruth chapitre 4 a-t-elle été écrite pour renforcer l’autorité de David? Ou, au contraire, cette généalogie de David trouve t-elle son origine dans un environnement hostile à sa dynastie-  parmi les partisans de Saül, par exemple ?

D’une façon ou d’une autre, son utilisation est ici clairement subversive. 

En fin de compte, la proposition de Ruth est remarquablement résumée par le rabbin Jacob Neusner:

“La féminité de Ruth est donc fondamentale pour l’ensemble de la compréhension du texte, comme l’est son origine moabite. Les deux modes de l’anormal (du point de vue d’Israël), sont invoqués – l’étranger envers Israël, les femmes israélites par rapport aux hommes, et à la fois, avec le même but : montrer comment, par la Torah, toutes choses deviennent Un ». Il ajoute: “Si par la Torah, Ruth peut surmonter ses origines et l’inégalité, par la Torah tout israélite peut devenir plus que ce qu’il ou elle considérera comme possible”. “

Par Moshe Pitchon

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.