Du fond de ma détresse, j’ai invoqué D-ieu 2e partie. Par Rav Adin Even Israël (Steinsaltz)

Le Rav Adin Even-Israël (Steinsaltz) s’est adressé à ses élèves à plusieurs reprises dans des moments de détresse, notamment lors d’événements tragiques, comme le décès d’un de ses élèves et l’assassinat de trois jeunes élèves de sa Yéchiva Mekor ‘Haïm enlevés par des terroristes palestiniens.

Nous publions ici des extraits de ses interventions en trois parties avec l’espoir que le lecteur y trouvera inspiration en cette période difficile d’épidémie mondiale que traverse Israël et le monde entier.

Traduit et adapté de l’hébreu par Michel Allouche, Jérusalem

Deuxième partie

Renforcer les trois piliers sur lesquels le monde repose

En quoi nous est-il donné d’agir malgré tout ? Souvenons-nous, tou en y contribuant, que « le monde repose sur trois piliers : [L’étude de] la Torah, le service [de D-ieu] et les actes de bienveillance » (Pirké Avot I, 2).

Chacun, hommes, femmes et enfants, selon ses possibilités et l’endroit où il se trouve, se doit d’étudier la Torah un peu plus. Un tel ajout permet-il de fortifier le monde de manière considérable ou non ? Cette question ne doit pas entrer en jeu ici.

Renforçons-nous aussi dans cette forme de service de D-ieu qui demeure entre nos mains, c’est-à-dire dans la prière. Récitons les Psaumes de David : que l’on comprenne tout ou non, nous servons D-ieu. C’est d’ailleurs en cela que se résume le service de D-ieu : détenons-nous vraiment la connaissance, comprenons-nous ?

Cela est aussi vrai de ceux qui prient selon les kavanot, les intentions kabbalistiques du Ari-zal ou les autres qui, à l’instar de Rabbi Chimchon de Kinon, prient comme un tout jeune enfant. Et plût à D-ieu que nous soyons pour le moins en mesure de prier comme un tout jeune enfant et nous adresser à D-ieu ainsi ! La chose est possible.

Les actes de bienfaisance comptent eux aussi et de la même manière chacun peut faire un effort dans ce sens en donnant aux œuvres de tsédaka, selon ses moyens que ce soit quelques pièces de monnaie ou de grandes sommes d’argent. Et même lorsqu’on ne dispose pas de grands moyens, l’on peut effectuer des actes de bienfaisance autrement en aidant notre prochain, fût-ce seulement en lui souriant.

Le repli sur soi, la misère et la mortification ne suffisent apparemment pas à ouvrir toutes les portes. Ces portes s’ouvrent au contraire quand je souris. Parfois, je ne parviens pas à faire plus que cela. Essayons donc au moins d’agir dans ce sens. Nul doute qu’un simple sourire apporte parfois un certain soutien à une personne en détresse. Nous créons alors chez elle ne serait-ce qu’un instant de joie, fût-elle minime, mais au moins avons-nous pu procéder à un quelconque changement autour de nous.

Servir D-ieu dans la joie

Il me semble que la voie vers le salut et la délivrance passe par le service de D-ieu dans la joie. Je suis bien sûr conscient que le temps n’est parfois pas à la joie et à l’exaltation. Mais nous pouvons essayer de faire un cadeau peu ordinaire au Saint-béni-soit-Il. Certes nous sommes plutôt experts en lamentations et en pleurs lorsqu’on s’adresse à Lui. Peut-être devrions-nous pour une fois venir au Maître du monde en citant le verset (Ecclésiaste II, 1) : « Allons! Je veux te faire faire l’expérience de la joie! ». L’un des commentaires se trouve être le suivant : « Après m’être tourné vers Toi avec pleurs et de larmes, permets-moi d’essayer au travers de la joie ! ».

Comment est-ce possible ? Le prophète Amos (III, 2) peut nous y aider lorsqu’il affirme au nom de D-ieu : « C’est vous seuls que J’ai distingués entre toutes les familles de la terre, c’est pourquoi Je vous demande compte de toutes vos fautes ».

Chaque fois que D-ieu nous donne une gifle, même au travers d’un émissaire, nous pouvons nous consoler : « De toute évidence, cela nous fait mal, mais cela veut bien dire que j’ai un père ! ». Cet orphelin qui ne reçoit jamais de gifle de son père n’est-il pas malheureux ? Lorsque c’est mon père qui me gifle, cela a beau me faire mal et me rendre triste, je ne m’en réjouis pas moins quelque part car j’y vois la preuve qu’il m’aime et s’intéresse à moi.

La fin du verset précédemment citée : « C’est pourquoi je vous demande compte de toutes vos fautes » s’efface en quelque sorte devant la première partie : « C’est vous seuls que j’ai distingués entre toutes les familles de la terre », comme si nous ne cherchions même pas à savoir quelles ont les fautes qui nous sont reprochées.

L’on peut revenir à D-ieu, faire téchouva au travers de chemins douloureux, empreints de mortifications  et de déprime. Cependant, il existe d’autres voies, lorsque notre retour vers D-ieu est motivé par notre volonté de Lui offrir un cadeau.

Un peu comme lorsqu’un jeune enfant revient de la campagne et vous offre une feuille d’un arbre voire une limace qu’il a trouvées. Vous vous réjouissez de ce petit cadeau, non pas qu’il vaille quelque chose mais parce que son geste montre qu’il cherche à vous faire plaisir. Il en est de même lorsque nous venons vers D-ieu et lui offrons quelque chose qui, objectivement, ne revêt à Ses yeux que peu d’importance. Pourtant c’est aussi une façon de faire téchouva.

Il est écrit que (Jérémie XIV, 9) « le nom de D-ieu est associé au nôtre »…Imaginez qu’une bande d’enfants, au milieu d’un parc de jeux, décident qu’il leur faut trouver un roi pour continuer à jouer. C’est alors qu’ils se dirigent vers une personne dans la rue pour lui demander d’accepter de régner sur eux. La plupart des adultes refuseront. Le Saint-béni soit-Il, quant à Lui, accepte « d’associer Son nom au nôtre » et d’être notre Roi. Nous sommes Ses enfants, bons ou méchants, voire « une race de malfaiteurs, enfants dégénérés » (Isaïe I, 4) mais, en dépit de tout nous demeurons Ses enfants et en tant que tels nous Le voulons parmi nous.

Aussi bien nous faut-il servir D-ieu dans l’allégresse, justement lors des moments difficiles que nous traversons, redoubler d’actes dans la joie, y compris lorsqu’il s’agit des rapports avec notre prochain : là réside le meilleur moyen de progresser et de nous élever vers D-ieu.

Rav Adin Even Israël (Steinsaltz)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.