fbpx
Accueil International Panama : une société liée au fils d’Abbas prise au filet ©

Panama : une société liée au fils d’Abbas prise au filet ©

Le Fond d'Investissement Palestinien, qui a des liens très resserrés avec le Président Abbas de l'AP, détient 18% de ses stocks.

27 vues
2

Tarek, le fils de Mahmoud Abbas détient 1 million de $ au sein d’une société d’investissement directement liée à l’Autorité Palestinienne. 

« Les fameux « Panama Papers » révèlent l’étendue de l’implication de Tareq Abbas dans une entreprise lourdement impliquée dans l’économie palestinienne. 

Palestinian Authority President Mahmoud Abbas gestures as he speaks during a Christmas lunch with members of the Christian Orthodox community on January 6, 2016 in the West Bank city of Bethlehem. (AFP Photo/Thomas Coex)

PMahmoud Abbas s’agite en parlant avec les membres de la Communauté orthodoxe chrétienne le 6 janvier 2016 à Bethlehem. (AFP Photo/Thomas Coex)

Le fils du Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbad détient au moins 1 million de $ de parts dans une entreprise palestinienne d’investissement  qui développe des liens très puissants avec l’Autorité Palestinienne, selon le Haaretz de jeudi soir.

Ces révélations proviennent de documents obtenus grâce aux données qui ont fuitées à partir des « Panama Papers », qui fournissent des détails des portefeuilles d’actions occultes détenus par une dizaine de dirigeants mondiaux actuels et passés, ainsi que d’hommes d’affaires, de criminels, de célébrités et de vedettes des sports.

Selon le Haaretz, la Compagnie Arabe Palestinienne d’Investissement (APIC), inaugurée en 1995, est aujourd’hui un acteur majeur du monde financier, au coeur de l’économie palestinienne, avec des parts dans l’industrie alimentaire, médicale et pharmaceutique, automobile, ainsi que dans les relations publiques et toute une chaîne de centres commerciaux.

L’Autorité Palestinienne elle-même, ne détient pas de parts directes dans l’APIC, mais le Fond d’Investissement Palestinien, qui a des liens très resserrés avec le Président Abbas de l’AP, détient 18% de ses stocks. Le Bureau des dirigeants de l’APIC a historiquement fait siéger des membres ayant les relations les plus étroites avec le chef de l’AP, Mahmoud Abbas – et précédemment, Yasser Arafat.

Le fils d’Abbas, Tareq,a été nommé à sièger à ce conseil en 2011, un fait qui est de notoriété publique. Cependant, son investissement personnel dans cette société – 982. 000 $ en septembre 2015 – restait inconnu.

The involvement of Tareq and his brother Yasser in business tied to the PA, as well as the question of the legitimacy of said business, has been reported upon in the past.

L’implication de Tareq et de son frère Yasser dans les affaires concernant l’AP, ainsi que les questions de légitimité de ces dites « affaires commerciales » ont déjà fait l’objet de controverses par le passé.

La fuite de 11, 5 millions de documents de la société d’avocats Mossack Fonseca basée au Panama, a provoqué des scandales en série à travers le monde. Jusqu’à présent, ils ont fait chuter le Premeier Ministre Islandais et soulevé desquestions sur les échanges en affaires entre les Présidents d’Argentine et d’Ukraine, des hommes politiques chinois de haut rang, des acteurs célèbres,des athlètes et les cercles d’amis autour du Président Vladimir Poutine,que certains pensent qu’ils ont profité indirectement de ces comptes occultes. Jeudi, le Premier Ministre David Cameron a reconnu avoir profité des investissements offshore de son père dans ce paradis fiscal avant d’être élu.

Israël, de son côté, a lancé une enquête sur des entreprises et des individus exposés par ces révéléations disant qu’ils disposent de comptes occultes dans ces banques.

L’Autorité Fiscale d’Israël a annoncé lundi avoir ouvert une enquête contre 600 entreprises israéliennes et 850 actionnaires israéliens, dont les noms apparaissent sur les listes des documents rendus publics de Mossack Fonseca.

Among the Israeli names found in the leaked documents are those of top attorney Dov Weisglass, former bureau chief of the late prime minister Ariel Sharon; Jacob Engel, a businessman active in the African mining industry; and Idan Ofer, a member of one of Israel’s wealthiest families, according to Haaretz.

Parmi les noms israéliens qu’on a retrouvés dans ces documents ont trouve ceux de l’avocat de haut vol Dov Weisglass, ancien chef de Bureau de l’ancien Premier Ministre Ariel Sharon ; Jacob Engel, un homme d’affaires actif dans l’industrie minière africaine et Idan Offer, membre de l’une des familles plus prospères du pays, selon le Haaretz.

Une filière de la Banque Leumi -la deuxième grande banque israélienne- dans les îles anglo-normandes, qui fournit un abri fiscal à ses clients, est aussi mentionné dans ces fuites.

Apparaître dasn ces documents n’est pas en soi forcément la preuve d’une malfaisance, mais cela prouve, en certains cas disposer de possessions et utiliser les services de paradis fiscaux.

AP et Raoul Wootliff ont contribué à ce reportage.

 8 avril 2016, 4:08 am 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.