Benyamin Netanyahou entre le marteau et l’enclume.

Vont-ils arrondir les angles? Netanyahou  a rencontré les dirigeants des partis de droite pour tenter de former un gouvernement

Après avoir reçu le mandat du président Rivlin, Netanyahou  tente de persuader les dirigeants du sionisme religieux [de droite] d’être plus souple quant à  leur veto sur la participation du parti arabe RAAM. A un gouvernement de coalition.

Le Premier ministre Benyamin  Netanyahou  a rencontré Jeudi soir le président du sionisme religieux, Bezalel Smotrich, et plus tard le président de Yamina, Naftali Bennett.

Bezalel Smotrich, président du Sionisme religieux.

Avant de participer à une réunion avec Netanyahou, Bennett a déclaré: « Depuis l’élection, d’innombrables Israéliens m’ont interpelé, en me suppliant littéralement, de sortir l’Etat d’Israël du chaos actuel où il se trouve. Donc je suis venu avec beaucoup de bonne volonté et je m’engage à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour sauver Israël du chaos. « Il est temps d’apporter une responsabilité nationale ».

Naftali Bennett, Président de Yamina [Droite].

Comme vous vous en souvenez peut-être, depuis qu’il a reçu le mandat du président Rivlin de former un gouvernement, Netanyahou  a essayé de « arrondir les angles » et concilier le moindre mal pour former un gouvernement de droite. Pour le moment, cela semble impossible car tout dépend du soutien ou du refus de la participation du parti arabe RAAM – une condition catégoriquement inacceptable pour Smotrich, Ben Gvir et Bennett.

Selon divers témoignages, l’idée de former un gouvernement qui sera soutenu de l’extérieur à la fois et par le Sionisme religieux et la RAAM ‒ contournant ainsi le boycott imposé par chacun de ces partis vis-à-vis du parti rival ‒ est née ces derniers jours

Rejet catégorique de toute possibilité de soutenir un gouvernement avec RAAM.

Le député Itamar Ben Gvir, président de Otzma Yéhoudite [Puissance juive] et [co-partenaire] membre de la faction Sionisme religieux, a été interrogé sur cette possibilité dans une interview sur Kikar haShabbat et a refusé de s’engager explicitement à voter contre un gouvernement qui porterait sur un soutien extérieur selon le vœu du Premier ministre.

Itamar Ben Gvir, président d’Otzma Yéhoudite [Puissance juive] et [co-partenaire] de Sionisme religieux

Par contre, Ben Gvir a clairement fait entendre que le Sionisme religieux ne serait en aucun cas membre d’un tel gouvernement, et le président de la liste, Bezalel Smotrich, a rejeté catégoriquement toute possibilité de soutien extérieur ou interne à un gouvernement qui cautionnerait le soutien de RAAM.

Selon les estimations du système politique actuel, l’option initiale préférée du président de Yamina [Droite] Bennett en faveur de la mise en place d’un gouvernement de centre-gauche dans lequel il servira d’abord dans le cadre d’une rotation avec Yaïr Lapid, mais en s’appuyant sur les membres de la liste [arabe] commune serait très difficilement soutenable pour lui.

Les ultra-orthodoxes et leurs membres à la Knesset penchent plutôt à droite

Dans l’entourage de Bennett et de Gideon Saar, on a envisagé la possibilité de surmonter ce problème en adjoignant le Judaïsme de la Torah ou tout au moins une partie de celui-ci à une coalition alternative « sauf Bibi ». Le plan consiste à récupérer le président de la liste, Moshé Gafni, qui est considéré comme « de gauche » compte tenu de ses opinions politiques vis-à-vis Netanyahou  suite au soutien du Premier ministre au Sionisme religieux lors des élections, aux dépens des partis ultra-orthodoxes.

Dans le même temps, ce plan risque également de rencontrer des difficultés importantes, car la plupart des électeurs des partis ultra-orthodoxes et leurs membres à la Knesset penchent plutôt à droite et seraient de ce fait hostiles à une coopération avec Méretz et Yesh Atid [laïc] de Yaïr Lapid.

Traduit de l’hébreu par Eliézer Zis pour JForum ‒ à partir de Israel Hayom

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.