Les non-vaccinés sont plus infectés que les vaccinés.

Centre d’information de Tsahal: «Parmi les non-vaccinés, les infectés sont 1,5 fois plus nombreux».

 La nouvelle augmentation de l’incidence du corona en Israël dure depuis près d’un mois, ce qui donne suffisamment de profondeur pour tirer des conclusions sur l’efficacité du vaccin contre la variante «delta». Les analystes du Centre de renseignement de l’armée pour l’information sur la lutte contre le coronavirus ont analysé les données disponibles et sont arrivés à la conclusion que l’incidence chez les personnes non vaccinées est une fois et demie plus élevée que chez les personnes vaccinées.

La proportion de personnes infectées est de 0,12% chez les vaccinés et de 0,18% chez les non vaccinés.

Les analystes de Tsahal ont utilisé des données épidémiologiques de début juin 2021 parmi 5,19 millions de résidents vaccinés du pays et 2,13 millions de non vaccinés de plus de 12 ans. Dans le premier groupe (totalement vacciné), la proportion de personnes infectées était de 0,12 % et dans le second de 0,18 %. Le plus petit nombre de personnes infectées se trouvait dans le groupe de ceux qui s’étaient rétablis – seulement 0,01 %. Mais ces statistiques demeurent très relatives vu le faible pourcentage établi.

Sur les 124 patients COVID hospitalisés, 64% ont été vaccinés, et sur 62 patients gravement malades, 67% ont été vaccinés. 6 personnes sur 10 sous respirateur ne sont pas vaccinées.

Vaccination des jeunes à partir de 12 ans.

Parallèlement, d’après les statistiques citées par le journaliste de la 12e chaîne Keren Marciano, on sait que la quasi-totalité des patients gravement malades vaccinés ont plus de 60 ans. Sur les 4,5 millions de vaccinés âgés de 0 à 60 ans, un seul patient gravement malade est hospitalisé à l’hôpital.

Ainsi, les statistiques hospitalières ne peuvent pas être projetées sur le tableau épidémiologique dans son ensemble – elles ne s’appliquent qu’aux personnes âgées, dont beaucoup semblent avoir des maladies chroniques ou une immunité affaiblie. Amit Segal de Channel 12 a souligné l’échec du gouvernement Bennett à promouvoir la vaccination. Selon lui, le cabinet aurait dû faire comprendre à ses concitoyens que la propagation de la variante la plus contagieuse du «delta» est une raison supplémentaire pour se faire vacciner au plus vite, et ne pas refuser la vaccination.

De nouvelles recherches en Chine ont révélé la raison de la plus grande contagiosité du «delta». C’est sa charge virale la plus puissante – près de 1000 fois plus que la souche qui a déclenché la pandémie. Le Dr Oren Kobiler de la Faculté de médecine de l’Université de Tel Aviv a déclaré dans une interview à Channel 12 que cela ne signifie pas que le «delta» conduit à une évolution plus sévère de la maladie. D’autre part, le fait que le «delta» soit plus fort permet une identification plus rapide de l’infection à l’aide du test PCR. Sept jours suffisent pour identifier les personnes infectées, la réduction de la période de quarantaine en Israël semble donc tout à fait raisonnable.

JForum ‒ Infos Israel-news ‒ Divers

1 COMMENTAIRE

  1. Curieux. Ce n’est pas ce qui ressort des chiffres notamment en provenance du Royaume Uni, où les vaccinés ont nettement plus de risques de tomber gravement malades que ceux qui peuvent compter sur leurs anticorps naturels.
    Quoi qu’il en soit, du moment que des médicaments existent, et du moment que le « vaccin » est jusqu’à nouvel ordre une expérimentation sur cobayes contraints par le chantage et les menaces apocalyptiques (les non vaccinés précipiteraient la fin du monde), il faut se préserver de ce produit dangereux surtout lorsqu’il est proposé par Pfizer, déjà condamné pour corruption de médecins en 2009 aux Usa. Cette société faisait déjà dire à des médecins intéressés que des produits dangereux auraient été salutaires.
    En Israël, nous sommes passés d’un Etat fier et indépendant à un réservoir de sujets d’expérimentation. Or, l’expérience, un peu plus de six mois après son lancement, est un véritable fiasco : la vaccination de masse n’a pas mis fin à l’épidémie, bien au contraire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.