Washington a envisagé de créer un canal de Suez alternatif à coups de bombes nucléaires.

Les États-Unis comptaient créer un canal traversant Israël grâce à 520 bombes, selon une note déclassifiée de 1963, relayée par Business Insider.

Lorsqu’un projet va dans leur intérêt, les États-Unis ne lésinent pas sur les moyens. Aussi, lorsqu’il a émis l’idée de creuser une voie de substitution au canal de Suez, au beau milieu du désert du Néguev, en Israël, Oncle Sam a envisagé d’utiliser 520 bombes nucléaires pour parvenir à ses fins, d’après une note déclassifiée datée de 1963 et relayée par nos confrères de Business Insider, jeudi 25 mars 2021. Mort-né, cet ambitieux projet aurait été fort utile à l’heure où un gigantesque cargo bloque le mythique canal de Suez.

Dans un tweet plein d’humour, l’historien américain Alex Wellerstein a publié la fameuse note, qu’il présente comme « sa modeste contribution » pour résoudre la crise actuelle. L’Égypte tente en effet de dégager un porte-conteneurs géant bloquant depuis mercredi cette route commerciale cruciale entre l’Europe et l’Asie, un incident qui pourrait ralentir le trafic maritime mondial pendant plusieurs jours, voire des semaines.

Aucune « faisabilité politique »

La note de 1963, rédigée par le département américain de l’Énergie et le Lawrence Livermore National Laboratory, proposait « l’utilisation d’explosifs nucléaires pour l’excavation du canal de la mer Morte à travers le désert du Néguev », reliant la Méditerranée au golfe d’Aqaba et ouvrant un accès à la mer Rouge et à l’océan Indien. Cette voie artificielle se serait étendue sur près de 260 kilomètres.

 

Pour justifier le recours à ces centaines de bombes atomiques, le laboratoire brandissait le « coût prohibitif » des méthodes d’excavation conventionnelles. Les auteurs assuraient également que l’utilisation d’un tel arsenal ne poserait pas de problème particulier dans cette « friche désertique et très peu peuplée ».

Mais le mémo a vite balayé cet improbable plan, appuyant sur un oubli flagrant du Lawrence Livermore National Laboratory : la « faisabilité politique » d’un tel projet. « Il est probable que les pays arabes entourant Israël s’opposeraient fermement à la construction d’un tel canal », peut-on lire.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.