“Le texte voté à un ..faible nombre de voix” (Le Monde)

7
584

L’Assemblée nationale française a voté la loi: La haine d’Israël punie comme l’antisémitisme

InfoEquitable @InfoEquitable
12:01 AM · 4 déc. 2019Twitter for iPhone

«Le texte a été voté à un très faible nombre de voix.» Au contraire,  @lemondefr : sur ~700 scrutins publics ordinaires soumis à l’AN depuis déc. 2018, c’est même celui qui a obtenu le plus de voix! Vérifiez… www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/liste         lemonde.fr/politique/arti

 

154 législateurs ont voté en faveur du projet de loi et 72 contre

154 législateurs ont voté en faveur du projet de loi et 72 contre
( Photo: Miriam Legard )

L’Assemblée nationale française a voté la loi: La haine d’Israël punie comme l’antisémitisme

External views of National Assembly on November 3, 2011 in Paris, France. National Assembly is the main French parliamentary building. (Photo by Franck Prevel/Getty Images)

L’Assemblée nationale doit se prononcer aujourd’hui sur un projet de résolution qui appelle la haine d’Israël comme une forme d’antisémitisme.

Les 577 membres de l’Assemblée nationale devraient se prononcer mardi sur le projet, qui appelle également le gouvernement à se joindre à d’autres nations européennes pour adopter la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale de la mémoire de l’Holocauste.

La définition de l’IHRA indique que certaines formes de vitriol contre Israël, notamment en le comparant à l’Allemagne nazie, sont des exemples d’antisémitisme, bien que critiquer la politique d’Israël ne le soit pas.

Le législateur Sylvain Maillard du parti centriste au pouvoir, le LREM, Président du Président Emmanuel Macron, a lancé avec son projet de résolution des semaines de débats dans les médias français.

Résultat de recherche d'images pour "Sylvain Maillard"

Sylvain Maillard

 

En octobre, 39 organisations ont adressé une lettre ouverte au président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, mettant en garde contre l’adoption de la résolution.

La lettre plaidait contre une définition distincte de l’antisémitisme, car elle «affaiblirait l’approche universaliste» de la lutte contre toutes les formes de racisme »et compromettrait ” la défense de la liberté d’expression et de réunion pour des groupes et des militants qui doivent être autorisés à défendre leurs droits des Palestiniens et critiquer la politique d’Israël sans être faussement accusé d’antisémitisme “.

Malik Salemkour, président de la Ligue française des droits de l’homme, est une organisation créée en 1898 pour lutter contre la persécution antisémite et montrer le procès du capitaine de l’armée franco-juive Alfred Dreyfus.

Maillard a défendu le projet en affirmant à La Croix qu’en France aujourd’hui, “sale sioniste”… “signifie” sale juif “”.

Le projet dénonce « les manifestations de haine à l’égard de l’Etat d’Israël justifiées par la seule perception de ce dernier comme collectivité juive » rappelle le texte de M. Maillard.

Repères et éléments de compréhension à propos de la définition de travail de l’antisémitisme endossée officiellement par la France lors du discours du Président de la République le 20 février 2019.
La définition de travail a été produite et adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’holocauste (IHRA). L’IHRA est une organisation intergouvernementale, fondée en 1998 et qui regroupe gouvernements et experts dans le but de renforcer et promouvoir l’enseignement de la Shoah, la recherche et la mémoire. Elle compte 31 membres, majoritairement des Etats membres de l’UE dont la France mais aussi les Etats-Unis, Israël et le Canada.

France: 127 universitaires juifs contre une définition plus large de l’antisémitisme

i24NEWS

“L’antisémitisme est une haine à part, génocidaire, qui se réinvente en permanence” (Sylvain Maillard)

Un collectif de 127 intellectuels juifs a appelé les députés français à s’opposer à une proposition portée par le député LREM Sylvain Maillard pour lutter contre de “nouvelles formes” d’antisémitisme, qui doit être examinée mardi à l’Assemblée.

Nous, universitaires et intellectuels juifs, d’Israël et d’ailleurs, dont beaucoup de spécialistes de l’antisémitisme et de l’histoire du judaïsme et de l’Holocauste, élevons notre voix contre cette proposition de résolution”, écrit ce collectif dans une tribune au Monde daté de mardi.

La résolution est “hautement problématique”, affirme le collectif dans sa tribune, parce qu’elle “assimile (…) l’antisionisme à l’antisémitisme”.

Or “pour les nombreux juifs se considérant antisionistes, cet amalgame est profondément injurieux”, affirme le collectif.

Parmi les signataires, dont l’historien israélien Zeev Sternhell, figurent plusieurs professeurs – ou ex-professeurs – en poste à Paris, Oxford (Royaume-Uni), Princeton (États-Unis) ou encore Jérusalem.

Invité d’i24NEWS lundi soir dans “Conversations avec Benjamin Petrover”, le député LREM a défendu sa résolution en affirmant que “remettre en cause l’existence même d’Israël, en vue de nuire à nos compatriotes juifs, en disant finalement qu’un Français de confession juive est un Israélien, ça c’est de l’antisémitisme”.

“L’antisémitisme est une haine à part, une haine génocidaire, qui se réinvente en permanence”, a-t-il ajouté.

La résolution portée par Maillard suggère de reprendre la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), déjà validée par plusieurs pays et appuyée par le président français Emmanuel Macron en février devant le Conseil représentatif des institutions juives de France.

 

7 COMMENTS

  1. Il y a eu de nombreux courants sionistes, des religieux, des marxistes, des Révisionistes, de Sionistes Généraux, etc.. mais tous réunis sur un fondamental: le Droit inaliénable du Peuple Juif à vivre sur sa Terre, dans son Etat Nation. Exprimer de l’antisionisme c’est refuser ce Droit aux Juifs en tant que Juifs, comme si on refusait aux Français, Allemands, Italiens, etc.. le Droit de vivre sur leur terre, dans leur état Nation? Être antisioniste c’est donc être antijuif, comme l’on serait antifrançais, anti allemand, ou anti-italien, et l’exprimer publiquement c’est de l’antisémitisme indiscutable. Il est donc déplorable que 127 “intellectuels” juifs et 72 députés français qui ont voté contre la loi, n’aient-pas compris ce point. Y-aurait-il donc 127 juifs et 72 députés français publiquement antisémites? En octobre 1940, 41 millions de pétainistes ne l’étaient-ils pas quand en France le sang Juif coulait par rigoles?

  2. L’im-Monde reste droit dans ses bottes, comme d’hab.
    Journal subventionné avec nos deniers. Plus des 2 tiers des votants à plébisciter le texte, c’est une tres faible quotité, bien sûr ! Le fondateur de ce journal se fait sur lui dedans sa tombe…

  3. Le journal “Le Monde” toujours aussi lamentable . “Infoéquitable” fait un bon travail pour démonter toutes ces déformations de l’information.

  4. “Encore une manoeuvre des Faux-juifs kabbalistes contre leur sang !” : copie de mon commentaire sous l’article de sputniknews du 03.12.2019 :
    Appel de 127 universitaires “juifs” contre une résolution LREM sur l’antisionisme.

  5. QUI PEUT AUJOURD HUI DOUTER QUE TRAITER DE « SALE SIONISTE » NE SIGNIFIE PAS SALE JUIF.
    EST CE QUE « SALE MELON » S ADRESSE T IL A UN TIBÉTAIN?
    ALORS UN CHAT NOIR. BLANC OU TIGRE SERA TOUJOURS UN CHAT.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.