German Foreign Minister Heiko Maas gives a joint press conference with his counterpart from Montenegro on January 15, 2021 at the Foreign Ministry in Berlin, amid the novel coronavirus / COVID-19 pandemic. (Photo by Kay Nietfeld / POOL / AFP)

L’Allemagne et la Hongrie rejoignent les États qui s’opposent à l’enquête du Tribunal de la Haye contre Israël

 

L’Australie, l’Allemagne, la République tchèque, la Hongrie, l’Autriche, le Brésil, l’Ouganda et le Canada ont exprimé leur opposition à une enquête de la CPI sur Israël avant la décision, et Jérusalem espère gagner leur soutien public par la suite.

Ashkenazi a continué à appeler les alliés d’Israël mardi à renforcer son argumentation contre une enquête de la CPI, s’entretenant avec ses homologues canadien, hongrois et chypriote.

Le ministre chypriote des Affaires étrangères, Nikos Christodoulides, a laissé la CPI en dehors de sa déclaration sur l’appel avec Ashkenazi, affirmant qu’ils avaient eu un «échange de vues opportun et utile» et «discuté de la coopération bilatérale, y compris COVID-19, et des derniers événements dans notre région».

Ashkenazi s’est entretenu avec le ministre canadien des Affaires étrangères, Marc Garneau, mardi après-midi, après la déclaration de Garneau en faveur de la position d’Israël.

Hier soir, Garneau a déclaré : «La création d’un État palestinien ne peut être réalisée que par des négociations directes entre les parties. Tant que ces négociations n’auront pas abouti, la position du Canada demeure qu’elle ne reconnaît pas un État palestinien et ne reconnaît donc pas son adhésion à la CPI. « 

Plus tôt cette semaine, Ashkenazi s’est entretenu une deuxième fois avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken, le remerciant pour son soutien public après que la Cour pénale internationale a décidé qu’elle pouvait enquêter sur Israël pour des crimes de guerre présumés, une décision que Ashkenazi a qualifiée de «scandaleuse».

« J’ai souligné au secrétaire d’État que la décision du tribunal est erronée dans son essence et met en péril la rare opportunité de promouvoir la paix dans notre région », a tweeté Ashkenazi après l’appel.

Samedi soir, le porte-parole du département d’Etat américain Ned Price a déclaré : « Nous ne pensons pas que les Palestiniens soient un Etat souverain… Nous sommes très préoccupés par les tentatives de la CPI d’exercer sa juridiction sur le personnel israélien ». Les États-Unis ont toujours soutenu que la compétence de la cour devrait être réservée aux pays qui donnent leur consentement ou qui sont renvoyés par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

La ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, a exprimé sa « profonde inquiétude » face à la décision de la CPI et a demandé que la Cour ne s’implique pas dans le conflit israélo-palestinien.

« L’Australie ne reconnaît pas un » État de Palestine « , soulignant que les problèmes liés au territoire et aux frontières ne peuvent être résolus que par des négociations directes entre Israël et les Palestiniens », a déclaré Payne samedi. «Nous avons clairement indiqué dans nos observations à la Chambre préliminaire que l’Australie ne reconnaît donc pas le droit de tout prétendu « État de Palestine » d’adhérer au Statut de Rome. La [CPI] ne devrait pas exercer sa compétence en la matière ».

Via: Le Jerusalem Post

Lire plus
 https://infos-israel.news

L’Allemagne et la Hongrie dénoncent la décision de la CPI et apportent leur soutien à Israël

i24NEWS dernière modification 10 février 2021, 13:47

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, lors d'une conférence de presse à Berlin, le 25 janvier 2021.
Kay Nietfeld / POOL / AFPLe ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, lors d’une conférence de presse à Berlin, le 25 janvier 2021.

L’Allemagne et la Hongrie ont dénoncé mardi la décision de la Cour pénale internationale (CPI) prise la semaine dernière, selon laquelle elle s’estime être compétente pour juger des faits survenus en Cisjordanie et à Gaza, ouvrant ainsi la voie à une enquête pour des présumés « crimes de guerre » qu’aurait commis Israël à l’encontre des Palestiniens.

Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a assuré que « la Cour n’a pas compétence en raison de l’absence d’Etat palestinien, requis par le droit international ».

Ce dernier a toutefois assuré que la position de l’Allemagne sur la CPI et sur le processus de paix au Moyen-Orient « restait inchangée », et que Berlin « soutenait l’établissement d’un futur Etat palestinien dans le cadre d’une solution à deux Etats négociée par les Israéliens et les Palestiniens ».

Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a également apporté son soutien à l’Etat hébreu contre la décision de la CPI.

« À l’instar d’Israël, la Hongrie n’est pas d’accord avec cette décision. Conformément à notre position, nous avons déjà signalé que la Palestine n’a pas de juridiction pénale sur les citoyens israéliens », a-t-il déclaré.

« Nous avons toujours soutenu le droit d’Israël à se défendre », a ajouté M. Szijjártó. « Et nous pensons que la paix dans la région ne peut être obtenue que par des négociations fondées sur le respect mutuel. »

« La décision de la CPI ne nous rapproche pas de cet objectif », a conclu le ministre hongrois.

https://www.i24news.tv/fr/actu/international/1612938307-l-allemagne-et-la-hongrie-denoncent-la-decision-de-la-cpi-et-soutiennent-israel

3 Commentaires

  1. N’y a t-il pas un TRAITE qui interdit de créer un « autre Etat » dans l’ ETAT d’ ISRAEL ? (article 80 ) !!!!
    Alors le 93 en FRANCE pourra un jour , créer un ETAT dans la banlieue parisienne …?
    ou encore le Nord de Marseille, pourquoi pas .
    Et pourquoi y aurait-il 2 poids , 2 mesures ???

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.