Est-ce vrai que les millionaires français quittent en masse la France pour Israël? Quelques raisons d’être sceptique. 

People gather to show solidarity with the victims of the Paris attacks in Tel Aviv's Rabin Square, Nov. 14, 2015. (Lior Mizrahi/Getty Images)

PeopleLes gens se rassemblent pour montrer leur solidarité avec les victimes des attentats de Paris au Square Rabin de Tel Aviv, le 14 novembre 2015.. (Lior Mizrahi/Getty Images)

(JTA) — Les millionnaires juifs de France déferlent sur Israël par milliers, selon les nouvelles données offertes par une agence de Consulting qui suit la prospérité du monde à la trace.

Ce rapport sur les migrations internationales de millionnaires, publié jeudi dernier par le New World Wealth affirme que 10.000 millionnaires ont quitté la France en 2015. Andrew Amolis, le directeur de reches de cet institut, a déclaré au Newsweek que 20 à 25 % de ces migrants français étaient des Juifs très liés à Israël. Cela voudrait dire que plus de 2.500 millionnaires nouveaux immigrants français auraient immigré en Israël l’an dernier.

« Le vaste exode des millionnaires de France est notable -La France est lourdement impactée par l’aggravation des tensions religieuses entre Chrétiens et Musulmans, particulièrement en zones urbaines », affirme ce rapport.

Un tel exode de Juifs possédant beaucoup d’argent serait certainement une excellente nouvelle pour Israël – aux dépends de la France, bien sûr. La France subit une augmentation de l’émigration à cause de la stagnation financière et d’impôts trop élevés, la violence antisémite aidant de surcroît les Juifs à trouver la porte de sortie. Mais les estimations du New World Wealth sont dures à réconcilier avec ce que l’on connaît des Juifs de France et de l’Aliyah ou de l’émigration juive vers Israël.

5702b346c4618867158b456f

« La migration des Millionnaires en 2015 » est le troisième rapport annuel de ce genre publié par cette société anglaise basée en Afrique du Sud. Ce document de 8 pages définit les millionnaires comme « des individus avec des atouts financiers nets d’1 million de $ et plus, à l’exclusion de leur résidence principale ». Le terme d’immigration n’est, quant à lui, pas défini.

Amolis n’a pas pu être immédiatement contacté pour répondre aux questions soulevé »es par ce rapport.

Parmi les 7.900 Juifs de France qui ont immigré en Israël l’an dernier, 15% proviennent de zones résidentiels difficiles ou déshéritées comportant une forte population musulmane, selon l’Agence Juive pour Israël. Ces immigrants ne font sûrement pas partie des millionnaires pressentis. Si ce rapport du NWW est exact, alors, près d’un sur trois, parmi les 6700 immigrants français, serait millionnaire.

M’étant un peu mêlé aux immigrés français en Israël, lors de foires pour l’Aliyah, ainsi qu’à leurs domiciles et dans leurs synagogues en France et en Israël, je n’ai pas eu l’impression que beaucoup d’entre eux étaient particulièrement opulents.

Cette idée qu’un paquet de milliers ou plus de millionnaires français se soient relocalisés en Israël l’an dernier paraît totalement exagéré, pour Avi Zana, directeur de l’association à but non-lucratif AMI Israël, qui travaille depuis plus de 20 ans à aider les immigrants français à s’intégrer dans la société israélienne.

« Oui, il y a une augmentation certaine dans le nombre de personnes aisées qui viennent en Israël », dit-il. « Les impôts élevés en France et une économie stagnante ont ramené des gens riches vers l’Etat Juif, mais parler d’un tel mouvement comme représentant des milliers, voire même plusieurs centaines – ce la semble grandement exagéré, selon moi ».

Au-delà même du cas de la France, le rapport New World Wealth parle de 4.000 millionnaires immigrants en Israël l’an dernier en provenance du monde entier – ce qui apporterait un supplément d’environ 6%, à 71.700 du nombre de millionnaires présents en Israël (une autre estimation du Crédit Suisse a trouvé un nombre de 88.321 millionnaires en Israël en 2015).

Dans le tableau des pays, mentionnés dans le rapport, dans l’ordre du nombre de millionnaires affluant en Israël, l’Etat hébreu se situe au 4ème rang mondial – après l’Australie, les Etats-Unis et le Canada. Les Emirats Arabes Unis et la Nouvelle Zélande sont 5ème et 6ème, respectivement. Environ la moitié des nouveaux millionnaires en Israël en 2015, se sont installés à Tel Aviv, selon ce rapport.

En regardant à nouveau les statistiques officielles de l’Alyah, cela voudrait dire que plus de 10% des 31.013 nouveaux immigrants (Olim Hadashim) en Israël étaient des millionnaires – et ceci bien qu’il n’y ait à peine que 13.000 immigrés qui proviennent de pays riches d’Europe Occidentale et d’Amérique du Nord.

L’Aliyah totale a augmenté de 10% par rapport à 2014, après avoir plus que doublé l’année précédente. Pour la deuxième année à suivre, la France a été le principal fournisseur unique d’immigrants en Israël en 2015.

L’augmentation la plus fulgurante en matière d’Aliyah, cependant, est restée le fait de la Russie, où 6.600 immigrants ont quitté le pays, en comparaison de 4.900 l’année précédente, au beau milieu d’une crise financière qui a réduit de moitié la valeur du rouble face au dollar, en juste une année et d’une inquiétude grandissante au sujet des politiques non-démocratiques de son Président Vladimir Poutine.

Une autre arrivée de 7.000 nouveaux arrivants vient d’Ukraine, qui fait aussi l’expérience d’une crise financière à la suite d’une révolution sanglante qui a mené à un changement de régime et une sécession de la part des séparatistes pro-russes dans deux anciennes provinces de l’Est.

Le rapport du Nouveau Monde dit que ses estimations sont arrondies aux milliers entiers. Les sources citées sont des données-maison, des statistiques sur les visas d’investisseurs (qui ne sont pas indispensables en Israël pour les Français ni communément recherchés) et des interviews avec des experts.

jta.org

 

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.