La technologie qui assurera que nous n’oublions jamais

1
974

La technologie qui assurera que nous n’oublions jamais

Les technologies de l’information de pointe, le cyberespace, les réseaux sociaux et la tâche de préserver et de léguer la mémoire collective de l’État d’Israël doivent être étroitement liés pour que le jeune public le plus large, parlant différentes langues et représentant différentes cultures, apprenne à connaître, à rappeler et transmettre les leçons de la Shoah. Opinion

Participants à la Marche des vivants, Pologne (photo d’archive: AP)

Il y a quelques années, j’ai dirigé la délégation de l’ISA en Pologne. Plus de 100 employés sélectionnés ont participé à ce voyage émotionnel et émouvant. Pour une organisation telle que ISA, qui traite des questions délicates de violation de la vie privée et qui utilise des outils et des capacités uniques, le voyage en Pologne est un moment propice à la réflexion personnelle et en groupe, ainsi qu’à une introspection sur de nombreuses questions diversifiées.

Nous nous sommes engagés à préserver notre mémoire collective, à léguer notre héritage aux jeunes générations, dont certaines sont membres de la quatrième (et à venir – la cinquième) depuis l’Holocauste.

Nous devons faire appel à la technologie et à la cybernétique pour accomplir cette tâche. C’est un défi de taille pour une génération dont les membres sont connectés en permanence à leur smartphone, passent le plus clair de leur temps sur Instagram et participent à divers chats, vivent le moment présent et n’ont pas tendance à fouiller dans les événements passés, mais photographient une histoire qui disparaît au bout de 24 heures, et qui sont obsédés par les “selfies” mais moins intéressés par les vieux albums photo.

Les technologies de l’information de pointe, le cyberespace, les médias sociaux et la tâche de préserver et de léguer la mémoire collective de l’État d’Israël doivent être étroitement liés pour que le jeune public le plus large, parlant différentes langues et représentant différentes cultures, apprenne à connaître, à se souvenir des leçons de la Shoah et à transmettre, en préservant ainsi la continuité des générations et en respectant le décret suivant: «Ce jour-là, tu expliqueras à ton fils».

Tout au long de cette initiative, nous devons maintenir les normes les plus strictes et éviter tout manque de respect pour la mémoire de la Shoah, car nous devons garder à l’esprit que ce n’est pas un jeu d’ordinateur ou une plate-forme de divertissement. Nous devons également comprendre que le rôle de l’enseignant, du guide et du chef de groupe devrait changer et être adapté à l’esprit du temps.

Alors, que peut-on faire?

Premièrement, un concept opérationnel et une stratégie visant à conserver la mémoire et à la rendre accessible aux générations futures, devraient être consolidés. Le concept et la stratégie doivent être élaborés conformément aux objectifs principaux et aux messages éducatifs et éthiques souhaités. Outre les spécialistes du contenu et de l’instruction et les autres experts professionnels, l’équipe de projet doit également comprendre des spécialistes des systèmes de technologie, d’information et d’instruction, parfaitement informés des capacités et des outils diversifiés présentés dans ce document.

Systèmes d’information à la pointe du progrès avec options de récupération diversifiées

Le projet proposé dans cet article devrait intégrer un certain nombre de systèmes d’information, comme indiqué ci-dessous.

Un système de recherche d’informations à la pointe de la technologie permettra au grand public de trouver rapidement tout contenu ou élément d’information qui l’intéresse. Les systèmes d’information actuellement disponibles ne sont pas suffisamment intégratifs. Ils ne couvrent pas tout le spectre des intérêts et il est difficile d’obtenir l’information complète par une opération en un clic. Par exemple, si nous recherchons des informations sur le ghetto de Varsovie et spécifions les années d’intérêt et même les noms des personnes concernées, le moteur de recherche fournira toutes les informations pertinentes : supports écrits, témoignages personnels, films, enregistrements audio, etc. des chansons, des poèmes, des références à des expositions de musée, etc., tout cela conformément à notre enquête. Maintenant, aucun des musées d’Israël ou à travers le monde ne possède de tels systèmes d’information (Yad Vashem dispose d’une solution partielle), et la plupart des systèmes de recherche requièrent un processus chronophage, du fait du manque d’intégration des données.

Système d’information géographique (SIG)

Un système d’information géographique (SIG) est un système d’information permettant d’extraire et d’analyser des données? grâce à l’intégration de contenus utilisant des couches de données. De nombreuses archives contiennent des quantités massives de données sur les cellules de population et de zone, ainsi que des cartes, des dessins d’architecture, etc. La collecte de toutes ces informations et leur fusion pourraient créer des couches d’informations qui offriraient des options d’apprentissage et des informations uniques sur la population, des cellules spécifiques et des «polygones» importants. Ce processus rendra l’information accessible sous un format différent d’une carte numérique. Plusieurs couches de données et de contenus diversifiés produisant de nouvelles idées, des contenus éclairants et différentes perspectives concernant les événements et les processus, à l’aide d’outils innovants.

Carte de liaison

Ce système d’information présente les liens entre les personnes, ainsi qu’entre les personnes et les institutions ou autres entités. De nombreuses organisations, y compris les services de renseignement, utilisent actuellement de tels systèmes. Une quantité énorme de données est actuellement disponible sur les familles, les proches, les liens qui existaient entre les victimes de l’Holocauste et leurs meurtriers avant les atrocités, la structure interne et la composition humaine des communautés juives, des villes, des quartiers et des camps spécifiques, des cartes généalogiques s’étendant du passé lointain à nos jours et à l’analyse d’un large éventail de liens et d’interactions pouvant découler de ce qui précède. Toutes ces options constituent un outil extraordinaire pour comprendre le lien qui unit chacun de nous à notre nation et à notre patrimoine national. Si un jeune garçon ou une jeune fille peut accéder, en un seul clic, à une carte de liaison de sa famille, datant de décennies éloignées dans le passé, et découvre des relations familiales dont il ou elle n’était pas au courant – tout cela dans un format attractif et interactif sur le plan visuel – cela conduira, sans l’ombre d’un doute, à une connexion encore plus profonde entre l’individu et la communauté.

Capacités de réalité virtuelle et augmentée

Les capacités de réalité virtuelle doivent être utilisées pour offrir une expérience d’apprentissage unique dans des domaines d’intérêt complexes. Par exemple, la vie de la communauté juive à Varsovie avant la guerre. En utilisant des outils de réalité virtuelle, nous pouvons offrir aux enfants et aux jeunes une expérience d’apprentissage attrayante, intéressante et interactive, en leur permettant de vivre une expérience réaliste de la vie telle qu’elle était à l’époque. Même aujourd’hui, un utilisateur peut parcourir un programme de réalité virtuelle en répondant à des questions de connaissance comme condition préalable à la poursuite de l’activité.

La réalité augmentée est une combinaison de fonctionnalités de réalité virtuelle et de l’environnement réel de l’utilisateur. Grâce aux fonctionnalités de réalité augmentée, les participants peuvent se voir, communiquer et même coopérer dans l’environnement du contenu. L’histoire des enfants de contrebandiers du ghetto peut être un exemple d’utilisation de cette technologie pour assurer un haut degré de solidarité avec les différents personnages de l’histoire de la part des participants.

Noir & Blanc à Couleur

Les films en noir et blanc, en particulier les vieux films, ne sont pas attrayants pour les jeunes et souvent pour les adultes. Utilisant des technologies de pointe, les vieux films noir et blanc peuvent être «peints» dans les teintes authentiques de ces années. La couleur laisse une impression plus durable. C’est plus intéressant et fait un effet plus dramatique. Les contenus des films ne doivent pas tous être en couleur et les films disponibles doivent être adaptés aux caractéristiques des participants.

Témoignages de témoins

Nos témoins vivants ont dépassé l’âge de quatre-vingts ans et, malheureusement, leur nombre diminue avec le temps. Un hologramme associé à une intelligence artificielle peut constituer une solution pour maintenir le dialogue entre les témoins et des groupes de jeunes et de soldats. Aujourd’hui, les hologrammes sont très avancés en termes de capacité «humaine» et, grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle, les participants peuvent dialoguer avec l’hologramme du témoin – comme nous l’avions déjà fait lorsque nous avons posé nos questions au témoins vivants durant le voyage en Pologne ou lors de réunions dans des écoles le jour du souvenir de la Shoah.

Applications et la sagesse de la foule

Une application mobile intelligente et accessible permettra aux enfants de se promener dans le musée ou le site avec leurs écouteurs branchés sur leur téléphone portable, d’écouter des explications, de répondre à des questions, de participer à un questionnaire de connaissances et d’interagir avec certains des personnages des expositions par un système automatisé intégrant des technologies de localisation et de positionnement dans l’exposition ou la présentation.

Les applications mobiles offrent de nombreuses autres fonctions utilisables. L’une de ces fonctions est l’utilisation de cette plate-forme technologique en tant qu’outil de «sagesse de la foule» pour le public, grâce auquel tout le monde peut enrichir la base de données, les documents et les expositions existants au moyen de photographies, de films et d’enregistrements audio disponibles pour leurs familles et leurs proches.

Ces exemples ne représentent qu’une petite sélection des fonctionnalités déjà disponibles. Naturellement, tout ce qui est écrit et documenté sur la mémoire de la Shoah est tout aussi important que notre capacité à nous souvenir et à illustrer la bravoure des combattants israéliens tués au cours de diverses opérations avant et depuis la création de l’État d’Israël. À mon avis, le domaine de la commémoration bénéficiera également d’initiatives novatrices et modernes.

La technologie permet d’améliorer et de mettre à niveau des contenus et des sujets diversifiés. Une utilisation appropriée des différentes capacités actuellement disponibles, une gestion et un contrôle efficaces des processus et une mise en œuvre progressive soumise à des essais et à des retours d’expérience pourraient produire des résultats de grande qualité pour l’ensemble du contexte de la mémoire de la Shoah.

Malheureusement, le conservatisme et les préoccupations empêchent l’introduction de technologies de pointe et de systèmes d’information / cybernétiques dans de nouveaux domaines d’activité. Les obstacles qui empêchent la progression de ces activités sont essentiellement humains. Nous devrions surmonter ces obstacles, qui découlent souvent du fossé entre les générations et des préoccupations selon lesquelles la technologie pourrait entraîner un manque de respect pour le contenu ou saper le statut du guide ou de l’enseignant. Pour ces raisons, il est important que les processus novateurs suggérés dans le présent document soient gérés de manière mesurée et contrôlée et grâce à un effort de coopération de toutes les parties impliquées dans cette entreprise importante.

***

Arik Brabbing (“Harris”), ancien chef de la division ISA Cyber, a dirigé la délégation de l’ISA en Pologne en 2014

Adaptation : Marc Brzustowski

israeldefense.co.il

1 COMMENT

  1. Nous avons tous un devoir de mémoire, devant nos familles devant le Peuple Juif, mais aussi devant toute l’humanité, devant tous les membres de l’humanité victimes, cibles de la haine, de la violence, des effets de meute, de foule, qui relaient les délires paranoïaques de certains gouvernants.
    Il est de notre devoir, à nous enfants de parents pourchassés, de grands parents assassinés, de transmettre à nos enfants, nos petits enfants, et leurs descendances cette mémoire, mais pas seulement, il nous faut aussi transmettre une réflexion, des outils pour un plus jamais ça, il nous faut aussi lancer la question rhétorique à chaque membre des forces de l’ordre, des forces armées de chaque pays, de chaque état de savoir s’il obéirait aujourd’hui encore aveuglément à des ordres criminels, assassins, s’il engagerait son âme, sa conscience …
    Là est la question… !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.