Israël est un pays inhabituellement difficile et déroutant à évaluer en termes de forces et de faiblesses. Cela devient clair quand on le compare à un pays d’Europe occidentale avec une population de taille plus ou moins similaire, comme la Belgique. Ce dernier est membre de l’alliance militaire de l’OTAN : sa puissance militaire est intégrée au sein de l’OTAN et la force du pays dans ce domaine en dépend. Le pouvoir politique de la Belgique découle en grande partie de son appartenance à l’UE. Dans une large mesure, il en va de même pour son soft power.

 Aucune analyse concise similaire n’est possible pour Israël. La puissance militaire du pays s’exprime rarement dans des guerres à part entière. Ses conflits armés avec les organisations terroristes palestiniennes et arabes au Liban et à Gaza sont mieux décrits comme des campagnes. Israël entreprend de temps à autre des actions militaires en Syrie, visant en partie les forces iraniennes qui y sont stationnées. Il réagit également aux roquettes et autres tirs de Gaza. Seule une petite partie de la capacité militaire d’Israël est utilisée dans ce dernier conflit.

Israël est cependant menacé à plusieurs reprises de génocide et d’extermination par le gouvernement iranien. C’est une menace de grande envergure. Israël doit être pleinement préparé à empêcher un tel effort s’il devait être tenté.

La cyber-technologie, utilisée à la fois pour l’attaque et la défense, est une nouvelle forme de ce que l’on pourrait appeler une puissance semi-militaire. L’attaque du ver informatique Stuxnet 2009-2010 sur plusieurs sites atomiques iraniens en est un exemple. Beaucoup pensent que cette action a été menée par les États-Unis et Israël. Une autre cyber-attaque qui, selon les experts, a été menée par Israël est l’attaque contre l’Iran qui a entraîné un arrêt brutal et inexplicable du terminal portuaire de Shahid Rajaee, le 9 mai 2020.

Un autre aspect du pouvoir qui contient un aspect militaire est la sécurité intérieure. Dans la bataille d’Israël contre les terroristes palestiniens, cela joue un rôle important. Des experts de nombreux pays viennent en Israël pour se renseigner sur la sécurité et le gouvernement israélien publie des informations sur son large éventail de formations à la sécurité intérieure, mais cela est rarement discuté dans les médias internationaux grand public.

Dans le domaine de la cybersécurité, les fournisseurs de technologie israéliens proposent des télécommunications et la sécurité des réseaux, le traitement financier, la sécurité des données et des systèmes d’identification biométrique de pointe tels que les passeports électroniques, qui sont maintenant délivrés par plusieurs pays européens et asiatiques.

La situation du pouvoir politique d’Israël est également complexe. Cela peut ou non avoir radicalement changé pour le pire le 20 janvier 2021, lorsque l’administration Biden a remplacé le gouvernement pro-israélien Trump aux États-Unis.

Les récents accords de paix d’Israël avec quatre États arabes ne doivent pas être considérés comme des réalisations principalement américaines, bien que les États-Unis y aient joué un rôle énorme. Ils reflètent la position du pouvoir politique d’Israël dans une partie du monde arabe. En normalisant leurs relations avec Israël, ces États ont rompu leur soutien supposé illimité aux Palestiniens.

À la fin des années 1980, le politologue de Harvard Joseph Nye a inventé l’expression «soft power». Il l’a décrit comme «la capacité d’affecter les autres pour obtenir les résultats que l’on préfère… Le soft power est la capacité d’obtenir des résultats préférés par attraction plutôt que par contrainte ou paiement. Les accords de paix d’Israël avec les quatre pays arabes peuvent être considérés comme des «résultats préférés par attraction».

La notion de soft power en tant que terme général n’est pas très utile pour comprendre la situation particulière d’Israël. Le concept doit être décomposé en composants. Par exemple, est-ce que l’achat massif et précoce de vaccins anti-COVID par Israël nous en dit long sur sa «puissance économique» ? Les pays plus riches avec une population quelque peu similaire, comme la Suisse, auraient pu payer plus mais ne l’ont pas fait. Cela signifie-t-il qu’Israël a plus de puissance économique que la Suisse ? Probablement pas.

Une partie du soft power d’Israël dans le domaine économique provient de ses activités de recherche de haute technologie. Nous pourrions décrire cela comme une sous-catégorie appelée «pouvoir de recherche». Compte tenu de la taille de sa population, les performances de haute technologie d’Israël sont remarquables. Il y a environ 75 entreprises israéliennes cotées au NASDAQ, le deuxième plus grand nombre d’entreprises étrangères à apparaître sur la bourse américaine (après le Canada). Entre 2010 et 2019, la valeur de sortie totale des entreprises israéliennes de haute technologie était d’environ 111 milliards de dollars. De nombreuses entreprises étrangères de premier plan veulent exploiter les cerveaux d’Israël et s’associer à ses entreprises de haute technologie.

Israël est également un partenaire de recherche attrayant pour d’autres nations. Un signe en a été sa participation à Horizon 2020, qui était le plus grand programme de recherche et d’innovation de l’UE de l’histoire. Le programme a investi près de 80 milliards d’euros sur une période de sept ans (2014 à 2020) pour garantir la compétitivité mondiale de l’Europe.

Il y a aussi un phénomène concernant Israël qui peut être décrit comme une puissance mythique. Ce pouvoir n’est pas promu par l’État lui-même mais existe dans l’esprit de certaines personnes à l’étranger. Les diplomates israéliens m’ont dit que les gens qu’ils ont rencontrés sur leurs messages pensaient que les Protocoles des Sages de Sion donnaient une description précise du pouvoir d’Israël. Plusieurs de ces émissaires m’ont dit qu’ils n’avaient pas essayé d’éclairer leurs homologues sur cette question car il était plus commode de les laisser croire en ce pouvoir mythique.

Une autre manifestation de ce pouvoir mythique est la croyance qu’Israël ou le «lobby juif» contrôle le gouvernement américain. Que cela soit faux est devenu très clair pendant la présidence de Barack Obama, qui a causé beaucoup de dégâts à Israël (par exemple à travers l’accord JCPOA avec l’Iran, auquel Israël s’est opposé). Le Mossad a également des pouvoirs et des proportions mythiques dans l’esprit de certains étrangers. Ces croyances ont été renforcées lorsque le Mossad a extrait de Téhéran une vaste mine de documents secrets sur le programme nucléaire iranien au printemps 2018.

Israël souffre également du mythe de la faiblesse. Les juifs sont impuissants depuis près de deux millénaires. Cela a créé un nombre disproportionné de masochistes israéliens et juifs – et, dans une moindre mesure, même d’auto-haineux – qui font beaucoup pour saper le pouvoir d’Israël. Plus les affirmations de ces déformateurs de la moralité sont extrêmes, plus elles sont utiles aux ennemis d’Israël. Ces Juifs n’ont rien appris de l’Holocauste.

Un autre facteur qui ne doit pas être négligé est le pouvoir religieux. Israël est un petit pays et le judaïsme a un nombre extrêmement limité d’adeptes par rapport aux deux autres religions monothéistes, le christianisme et l’islam. Pourtant, le judaïsme a joué un rôle important dans le développement de la civilisation occidentale – en partie à cause de sa relation unique avec le christianisme, la force religieuse dominante en Occident.

Un autre aspect du soft power est le pouvoir culturel. À notre époque, cela signifie en grande partie le succès dans le domaine de la culture populaire. Un certain nombre de séries télévisées israéliennes ont été achetées par la télévision américaine. Plusieurs ont été diffusées sur Netflix et étaient très populaires parmi le public américain et occidental.

Il y a, cependant, un domaine majeur de pouvoir dans lequel Israël est très sous-performant. C’est le domaine du pouvoir diplomatique et de la lutte contre la propagande anti-israélienne. Il y a un assaut continu de longue date contre Israël à l’ONU et ses organes associés. D’autres sources d’hostilité envers Israël sont les ONG «des droits de l’homme», les universitaires, les syndicats et les médias. Beaucoup de ces individus et organisations sont libéraux et beaucoup se caractérisent comme progressistes – une perversion du sens du terme.

Israël a tenté de développer la marque du pays. Cependant, aucun n’a connu un succès particulier en raison de l’absence d’une agence nationale de contre-propagande. La ville de Tel Aviv a tenté de se présenter comme distincte et différente d’Israël. L’absence d’une agence de contre-propagande est une grave lacune qui laisse Israël facile à calomnier.

JForum ‒ Infos Israel-news

1 COMMENTAIRE

  1. Un seul qualificatif domine chez les nations envers Israël : JA-LOU-SIE.
    La Jalousie entraine la Haine, et la Haine entraine le Meurtre.
    Se rappeler de l’histoire de Caïn et Abel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.