Si à  Gaza, le Hamas a exprimé sa satisfaction face aux événements de la « grande marche du retour », le ton est bien différent à Ramallah.

Le Hamas et les organisateurs de la marche s’accordent à maintenir la tension entre Israël et la bande de Gaza au moins jusqu’à ce que les événements atteignent leur pic prévu le 15 mai, à l’occasion de la Journée de la Nakba. Il s’agit d’éviter que le public palestinien ne soit épuisé par les événements.

Dans le même temps, le Hamas et les organisateurs tentent de motiver de grandes foules à se rendre à la frontière afin d’empêcher la tension générale de se dissiper. Les démonstrations devraient continuer les vendredis et les jours spécifiquement désignés (tels que la « journée des prisonniers »).

En même temps, les provocations violentes à l’encontre de Tsahal vont continuer, tout comme les efforts de trouver de nouveaux « moyens créatifs » d’attirer l’attention des médias, tels que des incendies massifs de drapeaux israéliens, des milliers de grands exemplaires de la « clé de retour », en utilisant des haut-parleurs à sirènes sonores, des feux d’artifice, des bus de femmes, d’enfants et de personnes âgées, et en organisant des marches aux flambeaux le long de la frontière. Lire la suite Redaction de Coolamnews

 

4 Commentaires

  1. Des marches aux flambeaux ? Comme les aimait beaucoup Hitler!! Il y a comme un relent nauséabond dans ces manigances orchestrées par le hamas.

    • Voyons, les ressemblances entre le Hamas et le nazisme sont légions. C’est limite du copier coller.
      Quant à leur ‘marche’, une simple barriere (il est vrai protégée par les meilleurs soldats du monde) suffit à les arrêter.
      S’ils doivent tenir encore un mois, je leur souhaite bien du courage. Ils devraient en avoir marre (ainsi est la nature humaine) dans moins de deux semaines,

  2. Evidemment, Israel ne saurait accepter la demande (rectification: l’exigence) faite a Israel par la meprisable Mme Mogherini d’accepter le venue d’une « commission d’enquete » inspiree par ses amis.
    Mais pourquoi ne pas inviter un certain nombre de responsables europeens choisis a etre temoins des dangereux « happenings » organises par le Hamas a la frontiere israelienne ?

    • 1988 : 20 Kanaques dont plusieurs ados sont passés au lance-flammes dans une grotte d’Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie, par l’armée française.
      Pas de commission d’enquête.
      Mieux: une loi d’amnistie est votée par les parlementaires français.
      Il ne s’est rien passé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.