«J’ai caché une Kalachnikov, je vais faire un massacre comme Merah»

1
424

Toulouse: «J’ai caché une Kalachnikov, je vais faire un massacre comme Merah»

  • Les gendarmes ont localisé la femme et l'ont interpellée.
Les gendarmes ont localisé la femme et l’ont interpellée.Photo DDM illustration
Publié le  , mis à jour 
l’essentie
lEn colère contre les services sociaux qui venaient de prendre en charge son dernier fils, une femme a menacé, ce jeudi soir, de commettre des attentats “comme Merah”. Elle a été rapidement interpellée par les gendarmes et jugée dès cet après-midi devant le tribunal correctionnel de Toulouse.

« Je vais vous faire comme Mohammed Merah. Il va y avoir des meurtres ! ». C’est par ces mots qu’une mère de famille de 34 ans a commencé deux conversations téléphoniques, aux services sociaux et au centre opérationnel de la gendarmerie, jeudi soir, après le placement de son jeune fils, âgé d’un an.

« J’étais en furie. Mon compagnon m’a poussé à bout. Son but c’était de faire placer notre fils et de m’envoyer en prison », explique Sabrina, voûtée dans le box du tribunal correctionnel de Toulouse où elle a été jugée dès ce vendredi après-midi.

Le couple, domicilié à Muret, est connu des gendarmes pour des conflits conjugaux à répétition, sous fond d’alcool. Mais jeudi, les relations conflictuelles ont vraiment dérapé. « Les services sociaux sont venus vers 18 heures à votre domicile, pour prendre votre fils, après un signalement des gendarmes, car le climat à votre domicile était très tendu. Le même jour, vous avez d’ailleurs pointé sur votre compagnon un couteau à pain… », explique le président Alain Moulis.

Sabrina a alors repris contact par téléphone avec les services sociaux et la gendarmerie vers 19 heures : « J’ai caché une Kalachnikov dans un bois. Je vais faire un massacre comme Merah », prévient-elle dans la conversation. Les militaires ont tout de suite localisé la femme, qui a été interpellée. Elle n’avait en réalité pas prévu de passage à l’acte.

« Entendre quelqu’un se comparer à Mohammed Merah, c’est affreux »

Le procureur débute ses réquisitions avec un ton grave. « Entendre quelqu’un se comparer à Mohammed Merah, c’est affreux. Et elle ne s’excuse de rien, il n’y a aucun recul, c’est inquiétant ! » Il demande 10 mois de prison, dont 5 mois avec sursis, assortis d’une obligation de soins.

Du côté de la défense, Me Bayer pointe le profil « d’une mère en détresse, malmenée par son compagnon, qui voit son fils d’un an se faire placer. Ses mots ont dépassé sa pensée ».

Le tribunal a condamné Sabrina à 10 mois de prison dont 5 avec sursis, sans mandat de dépôt. Déjà mère de cinq enfants, elle doit accoucher d’un sixième dans les prochains mois. Elle a d’ores et déjà rendez-vous avec le juge pour faire aménager sa peine.

Mercredi, un homme de 28 ans a comparu devant le tribunal correctionnel de Toulouse après avoir tenu des paroles publiques inquiétantes, dans un fast-food de la place Esquirol, à Toulouse dimanche soir. Cet ancien cantonnier s’était notamment félicité des meurtres perpétrés lors des attentats de Nice en juillet 2016, ajoutant : «Je serais tenté de faire pareil… avec un couteau».

1 COMMENT

  1. EST CE QUE LA MAJORITÉ DES MALADES MENTAUX ONT LA MÊME ORIGINE COMMUNAUTAIRE ?
    AVEC PLUS DU MILLARD D INDIVIDUS IL Y A DU TRAVAIL POUR LES PSYCHIATRES.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.