James Mattis, l’ancien secrétaire à la Défense, négocie l’accord d’armement avec les Emirats 

Rien n’indique que Matis est payé pour jouer le rôle du courtier d’affaires. Mais le groupe Cohen, dont il est le principal consultant, entretient des relations commerciales étendues avec l’industrie américaine de la défense et Matiss siège également au conseil d’administration de General Dynamics.

Nous sommes habitués à voir des «ex» du monde de la sécurité arbitrer des accords de sécurité, mais l’implication de l’ancien secrétaire américain à la Défense soulève des questions. Selon un rapport de Huffpost, Jim Mattis est celui-là même qui fait pression pour que le paquet de 23 milliards de dollars soit accordé aux Émirats arabes unis par la Maison Blanche. Un accord qui suscite des inquiétudes en Israël en raison des F-35 furtifs qui y sont inclus.

L’ancien ministre de la Défense aurait tenté de sauver la vente massive d’armes du président Donald Trump aux Émirats arabes unis, ont déclaré trois personnes qui connaissent bien l’implication de Mattis dans la vente.

Mattis et une porte-parole du cabinet de conseil pour lequel il travaille, le groupe Cohen, n’ont pas immédiatement répondu à la demande de commentaires de Huffpost. L’ambassade américaine n’a pas non plus répondu.

Mattis a démissionné de l’administration Trump en 2018 en raison de désaccords avec le président et l’a depuis qualifié de « menace pour la constitution« . Mais il semble prêt à s’aligner sur Trump concernant la question de la vente aux Emirats, qu’il a précédemment salué comme un puissant partenaire américain qu’il considère comme « La petite Sparte ». Avant de rejoindre l’administration Trump, Mattis a conseillé l’armée des Emirats durant une mission de travail gratuite, a révélé CNN.

 » Pour Mattis, être impliqué dans l’accord est incroyable, selon ce média. Cela met l’ancien chef du Pentagone dans le rôle d’avocat de la défense d’une monarchie oppressive responsable de nombreuses violations des droits de l’homme et de crises humanitaires, en particulier au Yémen et en Libye », a déclaré la publication, hostile aux Conservateurs. « Cela menace de nuire à la réputation que Mattis a cultivée il y a quelques années à peine, lorsqu’il a fait pression sur les Émirats arabes unis et les Saoudiens pour qu’ils mettent fin à leur campagne militaire brutale au Yémen. Et cela montre comment d’anciens responsables américains entretiennent des relations étrangères qui peuvent créer des opportunités et utilisent leur crédibilité pour blanchir des comportements alarmants  dans le monde(fin de citation à charges contre cet allié des Etats-Unis). »

Rien n’indique que Mattis soit payé pour son travail actuel, mais le groupe Cohen, dont il est  principal consultant, entretient des relations commerciales étendues avec l’industrie de la défense, qui devrait profiter de cet énorme marché. Mattis siège également au conseil d’administration de General Dynamics, une importante société de défense opérant déjà aux Emirats.

israeldefense.co.il

Adaptation de l’hébreu : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.