L’important, pionnier et compositeur Arnold Schoenberg est revenu à ses racines juives en 1933. Il est né juif et s’est converti au luthéranisme auquel il est resté fidèle pendant de nombreuses années. Il a ensuite traversé une période de doute et a finalement pris la décision de retourner au judaïsme. L’ascension au pouvoir des nazis en Allemagne y a assurément contribué. À sa cérémonie de retour au judaïsme, ses témoins étaient le docteur David Marianoff, beau-frère d’Albert Einstein et le peintre à succès Marc Chagall.

Le compositeur Gustav Mahler, s’est converti au catholicisme, afin qu’il puisse être nommé directeur de l’opéra de Vienne. Il a épousé une femme non juive et a été accompagné à sa dernière demeure par un prêtre catholique. Cependant, les antisémites continuent à prétendre que sa musique est une «musique juive», tout comme ils l’ont dit de la musique de Schoenberg, et comme ils le disaient de la physique d’Einstein.

Le monde a vu un grand nombre de Juifs réussir au cours des 150 dernières années, proportionnellement à leur nombre. Ils ont réussi dans les arts plastiques, en tant que compositeurs, remporté des prix Nobel, se sont illustrés comme philosophes, et dans beaucoup d’autres domaines.

Combien de Juifs ont atteint les cimes du succès dans la société moderne? La réponse est: cela dépend de qui l’on considère comme étant ‘Juif’.

Faut-il compter ceux qui n’ont pas été élevés comme juifs, comme Karl Marx? Mais si, de ce fait,  on ne comptait pas Marx, Mahler, converti au christianisme, serait-il considéré comme juif ? Et Schoenberg, qui a quitté la religion et qui y est revenu? Faut-il compter seulement ceux qui sont restés juifs pendant toute leur vie, comme Einstein et Chagall?

Pourquoi y a-t-il tant de Juifs exceptionnels?

C’est une question qui n’a l’air de rien. Cependant, il se cache derrière une question beaucoup plus profonde, et peut-être même plus intéressante. Étant donné le petit nombre de Juifs dans le monde, et le fait qu’ils sont sur représentés quand il s’agit d’exceller dans leurs compétences, la question ne doit pas être posée de cette manière. En effet, il ne s’agit pas de savoir ‘pourquoi’, mais qu’est-ce qui rend les Juifs si exceptionnels?

Si la physique d’Einstein était «juive» et que la musique de Mahler était «juive», il semble que l’on puisse arriver à une conclusion très intéressante: il n’est pas nécessaire d’être un Juif actif et pratiquant pour avoir le «don juif de l’excellence».

Marx a grandi dans une maison complètement déconnectée du judaïsme. Einstein est issu d’une famille qui, bien qu’elle se soit identifiée comme juive, n’a pas pratiqué beaucoup. Maher s’est converti et a abandonné le judaïsme, et Schoenberg n’a pas produit de musique moins extraordinaire pendant sa période chrétienne.

Par conséquent, il est clair que vivre un style de vie juif n’est pas le catalyseur de l’exceptionnalisme juif.

Alors, qu’est-ce que c’est? Eh bien, il y a plusieurs hypothèses.

L’une de ces hypothèses se rapporte à la coutume juive d’être lettré et à la haute valorisation de l’étude dans l’acquisition du savoir. Il y a aussi le fait que, en raison des circonstances uniques dans lesquelles les Juifs se sont retrouvés en Diaspora, les Juifs ont simplement dû travailler plus dur pour réussir, car ils étaient considérés comme des «étrangers» partout où ils résidaient.

Il y a aussi le fait qu’il y a des gènes juifs, du fait que des Juifs ont voulu préserver leur judaïsme et en refusant les mariages mixtes. Cela peut avoir causé une mutation génétique qui conduit à une propension plus élevée pour le génie. Bien que cette dernière théorie puisse alimenter l’antisémitisme et le racisme, c’est néanmoins une théorie valable qui doit être prise en compte et débattue.

Mais, peu importe comment on relie les caractéristiques et leurs causes probables, les résultats sont les mêmes: du milieu du XIXe siècle à aujourd’hui, les Juifs se sont révélés exceptionnels, surtout proportionnellement à leur nombre. Les juifs ont réussi, qu’ils aient grandi dans un foyer religieux ou complètement assimilé, ou qu’ils aient réussi sans s’être eux-mêmes identifiés comme juifs, ou même en ayant essayé de se débarrasser complètement de l’étiquette de «juif».

Jews in Rome (Photo: Reuters)

Mendelssohn comme une parabole

Bien que cette floraison soudaine de Juifs dans le monde de la culture semble en fait une tendance, tous ces exemples devraient être examinés dans le contexte de ce qui se passait à l’époque; Si ils vivaient parmi des non-Juifs, si ils vivaient dans une période de troubles politiques et civils, et si ils vivaient dans un endroit où leur créativité pouvait s’épanouir, entre autres facteurs.

Mais il ressort de tout cela, que les juifs étaient considérés juifs sur la base de leur héritage, et qu’il n’y avait rien qui puisse changer cela.

Par exemple, le philosophe Moïse Mendelssohn était juif, mais son petit-fils, le compositeur Felix Mendelssohn – qui s’est convertit et pour devenir un chrétien zélé, fut toujours considéré comme un Juif par ses contemporains, dont Richard Wagner par exemple.

Il ne reste pas grand-chose

Les juifs d’Israël ne vivent pas aujourd’hui dans un pays où ils sont minoritaires, et ils ont une culture complètement différente de celle des juifs américains et européens du XIXe siècle ou du XXe siècle. En fait, leur culture est étonnamment, beaucoup plus semblable à celle d’autres nations, dans lesquelles ils étaient en diaspora avant d’obtenir la citoyenneté israélienne.

Et les Juifs de Diaspora eux-mêmes ont changé: Bien qu’ils ne se convertissent plus pour s’intéger, – il n’y a aucune raison de le faire de nos jours – leur spécificité culturelle tend à faiblir Il en va de même de la spécificité biologique, qui est rapidement diluée par les mariages mixtes.

  conclusion troublante

En d’autres termes: Si les Juifs doivent être différents pour être intelligents, alors il y a de quoi s’inquiéter car ils sont aujourd’hui déjà bien moins différents qu’autrefois et que les non-juifs des nations. S’ils ont besoin de se marier entre Juifs pour exceller, ils le font aussi beaucoup moins et c’est donc préoccupant.

La moitié des Juifs qui vivent en Israël n’ont pas à entretenir de relation avec le monde non-juif. La moitié des Juifs qui vivent en diaspora ne sont ni persécutés ni discriminés. Cela signifie que toutes les explications proposées jusqu’à présent peuvent être des hypothèses valables pour déterminer ce qui a permis aux Juifs de réussir par le passé, mais elles ne conviennent plus à notre époque, pas plus que pour l’avenir. Elles ne garantissent pas que les Juifs – s’ils étaient autrefois plus intelligents – seront également plus futés à l’avenir.

Cette conclusion est troublante pour ceux qui comptent sur l’esprit juif pour créer et inventer, et pour quiconque compte sur le fait que les Juifs seront en mesure de se maintenir dans une position favorable vis-à-vis d’autres peuples et communautés, à l’avenir. Les Juifs sont un peuple plutôt vulnérable. Israël un petit pays. Ce qui a permis aux Juifs d’exceller doit être cultivé, et surtout pas négligé ou abandonné, afin de garantir leur pérennité.

Par conséquent, il faut tirer des enseignements de cette inquiétante conclusion : il est impératif de favoriser l’excellence, insister sur l’alphabétisation, favoriser l’élitisme culturel, garder un esprit ouvert sur le monde sans renoncer au tribalisme familial.

Pourvu que l’État juif ne rende pas les Juifs moins intelligents !

Shmuel Rosner est l’auteur du livre en hébreu « Les Juifs : 7 Foire aux questions ». Le septième chapitre de cet opus aborde la question: «Y a-t-il un génie juif? »

Publié: 05.11.16, 23:40 sur YNET

Traduction adaptation JFORUM

 

8 Commentaires

  1. Je me suis souvent posé la question.
    Pour moi la réponse et évidente et simple. D’ailleurs, vous l’évoquiez un peu.
    En diaspora, l’activité des juifs était limitée. Une fois le travail achevé, ils se réfugiaient dans l’étude, une sorte de réconfort contre l’adversité et leur rejet de la société nationale. On peut dire que pendant deux milles ans, les Juifs ont commenté, interprété, analysé, la Torah, leur livre (je ne parle pas des quelques lettrés juifs, sortis de la communauté et du ghetto). Ils ont fini par la connaître par choeur. La spéculation métaphysique, au lieu de développer leurs muscles, a développé leurs neurones. Est-ce un hasard si la psychanalyse est juive?
    Les autres pendant ce temps faisaient des guerres, ramassaient les drapeaux des vaincus et faisaient dire des Te Deum dans leurs églises pour remercier Dieu de leur avoir donné la gloire des armes.
    Le potentiel intellectuel des juifs est-il génétique ou bien sont-ce des circonstances extérieures à eux qui ont joué en leur faveur? Là, la réponse est plus difficile

  2. Si l’on en croit le nombre de brevets déposés par les juifs israëliens, le nombre de start up créés et le nombre de celle côtées au Nasdaq, les conclusions de l’article sont erronés. On peut être juif israëlien, ne pas être victime de discrimination et génie quand même !

  3. Je pense que le ciel n’est pas bleu, en effet il se trouve que les nazis considéraient (dans leur radicalité) le ciel comme étant bleu.

    Ceci prouve donc qu’il n’est pas bleu de même qu’il na jamais ‘existé chez les juifs pas l’excellence dans les études(1) dans le cadre de mariages arrangés ou que l’intelligence n’aie aucun rapport dans les taux de survie dans les milieux urbanisés du moyen-âge(2).

    1) études qui étaient de vraies études et qui distinguait le gendre idéal mieux que sa force physique pour le travail des champs

    2)les villes étaient comme aujourd’hui il lieu d’extinction de masse de part les nombre d’épidémies qui y sévissait, seule une très très bonne mère et un père bon arisant ou commerçant pouvait alors y faire survivre ses enfants.

    Ces deux postulats sont vrais chez les juifs avant même l’apparition du judaïsme puisque Israël est l’un des foyers d’apparition les plus ancien des villes dans l’histoire de l’humanité. De plus nous étions fort dès cette époque car le Colisée a pu être construit avec notre argent en même temps que cette même terre avait produit de front les plus grand travaux de l’époque romaine sur son propre sol.

    PS : merci de ne pas me massacrer pour ces vérités évidentes que les juifs refoulent dans leur haine de soit qui elle a amené à la shoah.

  4. Que les Juifs perdent leur « génie » ça n’est pas le plus important.
    Qu’ils ne perdent pas leur « âme juive » reste le plus crucial
    Parfois c’est juste avant de fermer les yeux à la vie, qu' »on prend conscience qu’on est et restera Juif quelles que soient les conversions que l’on a subies.
    « Ca n’est pas un peu d’eau bénite » qui fera de nous un bon goy !

  5. Les explications pseudo génétiques et racialistes sont une imposture aussi flagrante que celle de la « race aryenne » de sinistre mémoire. Einstein lui-même comptait un certain nombre de demeurés dans sa propre famille, y compris un de ses fils, Edouard. Ce n’est pas non plus la forte alphabétisation, puisque les femmes n’étaient pas censées apprendre à lire, et que la seule connaissance de l’hébreu n’est pas un critère d’ouverture sur le monde.
    En revanche, avoir une mère juive, qui inculque le goût de l’effort et de l’excellence, est un atout irremplaçable pour affronter une société antisémite, dont les membres se sentent gonflés de la certitude de leur supériorité inculquée par les curés, les imams, les commissaires politiques ou la propagande de Goebbels. Cet atout risque de se perdre en Israël, où l’éducation ultra religieuse donne l’illusion de faire partie d’une élite, ce qui permet de se dispenser d’apprendre à l’université, et de lutter pour son pays, pour sa survie, pour trouver une épouse, pour trouver un travail et assurer l’existence de sa famille, puisque D.ieu et ses représentants se chargent de tout. Sur les 174 prix Nobel juifs (sur un total de 871), on ne trouve aucun chomer chabat, et il y a une bonne raison.

  6. La réponse à cet article est toute simple en ce qui concerne le génie juif : 3.400 ans avec 0% d’analphabétisme ,ça laisse des traces , ce qu’a fait Jules Ferry au début du 20 ème siècle a commencé pour le Peuple d’Israël avec Moïse , voilà tout le secret !
    Ephraïm -Jérusalem .

  7. Article peu sérieux aux prétentions scientifiques soumises à caution.
    Je ne sais pas si le génie juif est en danger en Israël, mais ce dont je suis certain c’est que la plupart des journalistes continuent à prendre les gens pour ignares.

  8. Il est clair que si on écoute un JeanPierre Winter on comprnds pourquoi la faculté de PENSER est exceptionnelle chez les Juifs même assimilés car ceux-ci jusqu’à présent, étaient marqués par leur Conditions Initiales millénaires;
    avant de recevoir l’eau lustrale du baptème!!!!! Le Mal était fait…! ils demeuraient plus stimulés plus libres et plus intelligents! Un Heinrich Heine en a dit beaucoup là-dessus…
    Il n’y a pas de Gènes juifs, c’est une nouvelle escroquerie pseudo-scientifique patentée par les hommes de sciences juifs fanatiques: les gènes sont universels et seulement marqués par des mutations locales restée confinées! : un stock de gène est Européen quand son agencement ou ses caractérisqtiqoes ne se trouvent qu’en Europe (On ne trouve pas de gènes de blonds et blancs et du Neandertal dans la masse des Africains… mais il ya eu 2000 ans de mariages mixtes qui ont été ensuite condamnés à une stricte endogamie qui fait « cousiner » tous le monde Ashkénaze; mais fait aussi par hasard des juifs sans origines Moyen orientales génétiques du tout, mais juifs quand même et la disribution génétique est aléatoire. Il existe chez les juifs toutes les origines humaines d’Europe et d’Asie et des traces africaines dont celles de base imlmunitaires nous relient aux Bushmen d’Afrique australe….c’est la sélection de la lutte pour survivre qui a concentré une population d’élite. Les « autres » sont morts en priorité, se sont dilués dans la conversion et la perte des « conditions initiales » en effet. Selon le Census romain les juifs étaient 6 millions sous Tibère/Hadrien; ils devraient être aujourd’hui environ 250 Millions…Tpous ne sont pas restés fidèles et les persécutions ne peuvent ecxpliquer une tel Déficit! Les Juifs ont leurs lots de crétins, de faibles et de minables mais leur taux d’excellence est largement supériuer à celui de la plupart des autres Nations. Les juifs furent une Nation jusqu’à l’Empire napoléonien..;et 1853 en Allemagne! Exemple: en 1860 en Ukraine; la quasi totalité des juifs <70% sont alphabétisés alors que le paysan Uniate n'a que 17% de concitoyens qui savent lire…
    PS: Il faudrait que les journaleux qui sévissent dans la presse juive soient justement un peu meilleurs, plus formés et plus sérieux, plutôt que de colporter simplement les on-dit des propagandes diverses…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.