« Le moment est venu pour les Israéliens de comprendre qu’Israël et le Hezbollah ont atteint la ligne de confrontation »

Naftali Garnot, l’ancien chef adjoint du Mossad, et actuellement chargé de cours à l’Institut international de lutte contre le terrorisme de l’Université Reichman à Herzliya, a écrit un document sur les menaces du Hezbollah contre Israël et la possibilité qu’un petit incident n’enflamme toute la région.
Voici quelques points écrits dans le document :
*- Bien que le public en Israël se soit habitué aux déclarations belliqueuses de Nasrallah ces dernières années, ses récentes menaces contre la production de gaz d’Israël constituent une déviation et une escalade claires par rapport à « l’équation des réactions » que l’organisation tente d’imposer à Israël dans le cadre de dissuasion mutuelle et reflètent sa confiance croissante dans la puissance militaire acquise par le Hezbollah.
*- Le temps est venu pour le public en Israël de comprendre qu’Israël et le Hezbollah ont atteint la ligne de confrontation.
*- Israël est confronté à un dilemme très difficile si Nasrallah décide d’aller à l’extrême et d’endommager l’une des plates-formes gazières, comment devrait-il réagir.
*- Les dommages à la plate-forme gazière s’accumulent pour donner une légitimité légale à l’opinion publique israélienne et internationale et permettront à Tsahal de lancer une frappe préventive sur l’ensemble de la formation militaire du Hezbollah avant que des milliers de missiles de précision ne s’accumulent en possession du Hezbollah.
*- L’armée israélienne peut et est capable de détruire la plupart des infrastructures militaires du Hezbollah.
*- L’élimination du Hezbollah au Liban contribuera à réduire la menace existentielle qui se construit en Iran à travers le projet nucléaire.
Le commentateur militaire du site Netziv.net a répondu à ce qui était écrit : l’endommagement de la plate-forme est une attaque contre une installation stratégique et est donc une raison justifiée pour une réponse sévère même si elle conduit à la guerre. Du fait même qu’il s’agit d’une réaction, il n’y a rien à dire comme frappe préventive. L’organisation sait très bien que frapper le rig (et viser un missile de croisière/véhicule aérien sans pilote ou un bateau explosif qui causera de vrais dégâts et non un cerf-volant photo) entraînera une réaction sévère et se préparera donc à l’avance au détournement et également répondre à la réaction si elle est étendue.
Les deux côtés sont expérimentés à faible dose et mesurés dans le développement de l’escalade. Nasrallah n’a pas non plus lancé un barrage de roquettes sur Acre sur les militants qui ont été tués en Syrie, mais a répondu avec la dose appropriée (d’ailleurs, les forces n’étaient pas très différentes d’aujourd’hui). Tout sera un jeu d’examen et d’évaluation des limites de l’autre. Ici, Israël a un énorme avantage en matière de renseignement et de nombreuses autres cartes en main pour analyser et comprendre ce que veut l’organisation, quelles sont ses limites et quelles sont ses intentions.

"הגיע העת שהציבור בישראל יבין כי ישראל וחיזבאללה עלו לקו העימות"

Crédit : Bar Meir du groupe Natziv

1 COMMENTAIRE

  1. La seule alternative pour Israel pour gagner une guerre contre le Hezbollah est de considérer que c’est une guerre contre le Liban tout entier, et d’attaquer et détruire toutes les infrastructures libanaises. Il faut que les libanais non chiites sachent que c’est à eux aussi de se débarrasser du Hezbollah s’ils veulent retrouver leur pays d’antan. Un Hezbollah pris en tenaille au sud par Israel et au nord par les chrétiens et druzes, ne tiendra pas plus d’une semaine. Certes entretemps ils se défendront et tireront des roquettes tout azimut, mais ils finiront par être écrasés jusqu’au dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.