« En tout, sur les six tunnels signalés par l’armée israélienne, la Finul a confirmé de manière indépendante l’existence de cinq tunnels près de la Ligne bleue, au nord d’Israël. Sur ces six tunnels, trois d’entre eux traversent cette ligne », selon un communiqué de la force onusienne…….Détails…….

Trois des six tunnels transfrontaliers signalés par Israël à la Force intérimaire des Nations unies (Finul) et construits selon l’Etat hébreu par le Hezbollah traversent la Ligne bleue, ce qui constitue selon elle une violation de la résolution 1701, a annoncé jeudi la force internationale.

Selon un communiqué publié dans la journée, « la force onusienne a récemment diligenté une enquête sur le dernier tunnel découvert par l’armée israélienne au nord d’Israël, près de la Ligne bleue, traversant le village libanaise de Ramiyé, au Liban-Sud ». 

Les conclusions de cette enquête « confirment que ce tunnel traverse la Ligne bleue en violation de la 1701 », indique ce texte.

« La Finul a informé les autorités libanaises de cette violation et a demandé des actions urgentes de suivi conformément aux responsabilités du gouvernement libanais dans l’application de la résolution 1701 », poursuit le communiqué.

La Finul rappelle avoir déjà confirmé, à l’issue d’ »enquêtes techniques indépendantes », que deux autres tunnels violaient la résolution de l’ONU.

« En tout, sur les six tunnels signalés par l’armée israélienne, la Finul a confirmé de manière indépendante l’existence de cinq tunnels près de la Ligne bleue, au nord d’Israël. 
Sur ces six tunnels, trois d’entre eux traversent cette ligne », précise le communiqué de la force onusienne.

« La Finul reste engagée avec l’ensemble des parties pour assurer que toutes les activités dans les zones sensibles soient dûment coordonnées, que la Ligne bleue soit pleinement respectée par les deux camps et pour aider les parties à respecter ses obligations respectives vis-à-vis de la cessation des hostilités selon la résolution 1701 », souligne la Finul, précisant que la « situation dans la zone d’opérations de la Finul reste calme ».

Lundi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait démenti des propos qui lui avaient été attribués dans un article du quotidien koweïtien al-Raï, selon lesquels il annonçait une guerre probable entre le parti chiite et Israël au cours de l’été à venir, qualifiant cet article de « scénario imaginaire ».

Depuis plusieurs mois, Israël combat le Hezbollah. En décembre dernier, l’armée israélienne a lancé l’opération « Bouclier du Nord »pour détruire les tunnels détectés du côté israélien de la frontière avec le Liban, longue de 80 km.

Israël affirme que ces « tunnels d’attaque » sont un moyen pour les combattants du Hezbollah de s’infiltrer sur son territoire en cas de guerre. Les tunnels devaient servir au Hezbollah à enlever ou assassiner des soldats ou des civils israéliens, et à s’emparer d’une frange du territoire israélien en cas d’hostilités, affirme Israël.

Avant cette opération, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait également affirmé fin 2018 que le Hezbollah utilisait des sites proches de l’Aéroport international de Beyrouth comme « caches d’armes secrètes ».

Lors d’un discours devant l’Assemblée générale de l’ONU fin septembre, le Premier ministre israélien avait présenté une carte du sud de Beyrouth, montrant trois « sites secrets » présumés, dans lesquels le parti chiite transformerait des missiles de précision, sur ordre de l’Iran.

La dernière grande confrontation en date entre le Hezbollah et l’Etat hébreu remonte à 2006.

Source L’Orient le Jour

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.