Le Shekel est le thermomètre de l’économie israélienne. Plus les réserves de changes augmentent, plus la balance commerciale est excédentaire plus le shekel augmente face à l’euro ou au dollar. La conséquence est que l’immobilier devient de plus en plus cher pour les olim, que les retraites françaises deviennent de plus en plus maigrelettes, avec le risque d’avoir des retraités pauvres. Là où une retraite de 2.000 € donnait 11.600 SHK elle ne vaudra bientôt que 6.900 SHK.

Euro Shekel : Comment le taux de change va évoluer en 2020.

Revenus en Euros et dépenses en Shekels

Beaucoup de franco-israéliens qui ont fait l’Alyah reçoivent des sommes en Euros (retraites, loyers, revenus de ventes de biens ou financiers…). Mais l’essentiel de leurs dépenses restent en Shekels (vie quotidienne, achats spécifiques ou immobiliers…). Ils se voient donc impactés par les taux de change Euro Shekel : une baisse de 15% diminuera d’autant leurs capacités à réaliser leurs projets en Israël. Il importe donc de comprendre et de prévoir les tendances de ce taux Euro Shekel.

Le Shekel, une des plus fortes monnaies au monde

Depuis une quinzaine d’années on constate la force du Shekel vis à vis des autres monnaies, à égalité avec le Franc Suisse uniquement !

Par rapport à lui, les autres monnaies ont perdu de leur valeur depuis 15 ans

  • de façon limitée pour 4 pays seulement : ‑5% pour Singapour et la Thaïlande et ‑10% pour la Chine et le Japon.
  • de façon plus flagrante : ‑20% pour les USA, l’Europe, la Nouvelle-Zélande et la Jordanie, ‑30% pour l’Australie, le Canada, le Danemark, ‑35% pour la Grande‑Bretagne et la Suède, ‑50% pour l’Afrique du Sud…

En 2019, la tendance s’est confirmée. Le Shekel s’est ainsi renforcé de +8% face à un panier de monnaies, de +4% face au Japon, +6.5% face aux USA, +9% face à l’Europe, 11% face à la Grande-Bretagne. Le Shekel s’est même « payé le luxe » de se renforcer de+6% face au Franc Suisse !

A quoi est donc liée la force du Shekel ?

Bien des handicaps auraient dû conduire à sa baisse :

  • le quasi‑état de guerre,
  • des taux de dépenses militaires plus élevés que ceux des grands pays,
  • des vagues d’immigration à faibles revenus.

Il n’en a rien été, au contraire et l’économie est très bien notée par les organismes financiers (AA) !

Pour expliquer ce paradoxe :

  • la belle croissance israélienne
  • les faibles taux de chômage et d’inflation en Israël
  • un des taux d’endettement les plus faibles (devant baisser avec l’exploitation des réserves de gaz naturel),
  • la forte consommation privée.

Les achats de Shekels sont aussi liés :

  • aux hauts niveaux technologiques,
  • à l’aboutissements des fortes dépenses de Recherche et Développement,
  • à l’appétit des investisseurs étrangers pour le High‑Tech israélien…

Les taux Dollar/Shekel et Euro/Shekel

Le taux Euro Shekel

L’Euro valait environ 5.7 Shekels entre 2005 et 2007 et a inexorablement baissé de 30% en 15 ans (planche 1) pour atteindre 3.82 Shekels début 2020.

Pour entrevoir les tendances possibles, il importe de comprendre celles du taux Dollar/Shekel.

En effet, il faut comprendre que le taux Euro/Shekel résulte de Dollar/Shekel et de Euro/Dollar selon la règle de trois :

Euro/Shekel = Euro/Dollar * Dollar/Shekel

Or, depuis 5 ans, le taux Euro/Dollar est stable autour des 1.10 et devrait le rester.
Il en résulte que le taux Euro/Shekel est strictement lié au taux Dollar/Shekel.

Le taux Dollar/Shekel

Il est, d’une part, lié à la force du Shekel face à toutes les monnaies, et, dans une bien moindre mesure, à la volonté des américains de voir baisser le niveau du Dollar pour favoriser leurs exportations. La planche 2 montre sa baisse inexorable de ‑30% sur 20 ans (de 4.9 en 2001 à 3.46 en 2020).

Deux scénarios sont possibles pour le taux Euro Shekel en 2020 :

  • a) Le pessimiste
    Si cette baisse se poursuivait, ce taux pourrait atteindre les 3.2, entraînant un taux Euro/Shekel de 3.5 versus les 3.8 actuels.
  • b) L’autre possible
    Cependant, il convient de remarquer que les points bas de la courbe restent depuis 20 ans bloqués sur les niveaux actuels d’environ 3.45 (planche 2). Ce niveau du taux Euro Shekel pourrait dès lors s’avérer être un seuil de résistance infranchissable à la baisse ; c’est ce que pensent bien des analystes.
    Dans ce cas, l’Euro pourrait se stabiliser autour de 3.8 Shekels.

Impacts de la force du Shekel sur l’Euro

Un Shekel fort affaiblit le pouvoir d’achat des revenus en Euros des franco-israéliens qui ont choisi l’Alyah.

Il handicape aussi les exportations israéliennes dont bien des coûts sont en Shekels et des prix de vente en compétition avec des monnaies plus faibles. Ainsi, un appareil électronique 100% israélien de coût 10000 Shekels était vendu 2500 Dollars en 2015 et 2900 aujourd’hui, soit environ 15% plus cher face à la concurrence américaine !

La Banque Centrale israélienne procède à des rachats de Dollars en Shekels pour tenter de faire monter la monnaie américaine face à l’israélienne. Mais, cette politique n’a eu aucun effet et ses effets restent négligeables en volumes devant celles des investisseurs mondiaux ; elles correspondent à « vider la mer avec une cuillère ».

Une consolation néanmoins : la force du Shekel profite au goût des israéliens pour le tourisme. Un exemple : un séjour familial à Chypre valant 4000 Euros a coûté 16000 Shekels en 2015 et 13800 Shekels (soit environ 15% moins cher) aujourd’hui.

La vision pessimiste se confirme quand on voit les résultats du commerce extérieur israélien qui dépasse toutes les prévisions.

Estimation : cette année, les exportations atteindront un niveau record de 135 milliards de dollars

Les exportations au premier semestre de l’année se sont élevées à 67,6 milliards de dollars, soit une croissance d’environ 24% par rapport au premier semestre de l’année dernière – et également par rapport à 2019, c’est-à-dire avant le corona.

Les exportations en 2021 totaliseront 135 milliards de dollars, un record absolu pour les exportations israéliennes et 15 milliards de dollars au-delà de l’objectif initial , selon l’Administration du commerce extérieur du ministère de l’Économie et de l’Industrie, suite aux résultats positifs des exportations au premier semestre. de 2021, en supposant que la tendance actuelle se poursuive.

Selon les données du premier semestre, les exportations israéliennes de biens et de services au premier semestre se sont élevées à environ 67,6 milliards de dollars, soit une croissance d’environ 24% par rapport au premier semestre 2020, mais plus important encore, elles sont également une croissance continue par rapport au premier semestre 2019, c’est-à-dire une croissance. Également par rapport à une économie qui fonctionne normalement sans le corona. Au premier semestre 2019, les exportations ont totalisé 55,5 milliards de dollars.

Alors que le premier trimestre a également enregistré une très belle croissance d’environ 11%, le deuxième trimestre de l’année a affiché une croissance d’environ 38% par rapport au deuxième trimestre 2021. Bien que le deuxième trimestre de l’année dernière ait marqué le pic de la conjoncture économique crise provoquée par la peste corona, c’est une croissance très impressionnante. Le fait que le secteur des exportations de services touristiques ne soit pas encore revenu à la normale compte tenu des restrictions à l’entrée des touristes en Israël.

Parallèlement, pour la première fois, les exportations de services ont dépassé les exportations de biens au premier semestre et encore plus au deuxième trimestre de l’année, où elles représentaient 51,4% des exportations totales d’Israël, contre 48,6% pour les exportations. des marchandises, malgré une croissance continue des marchandises. Le principal changement dans le rapport de force entre les biens et les services est dû à la croissance rapide du secteur des services dans les exportations israéliennes par rapport aux taux de croissance plus modestes du secteur des biens. Cependant, les deux ont augmenté de manière la plus significative au premier semestre – les exportations de services ont augmenté d’environ 30 % et les exportations de biens ont augmenté d’environ 18 % au cours du premier semestre 2021 par rapport au premier semestre de l’année dernière.

Quels sont les moteurs de la croissance ?

Dans le secteur des services, les deux moteurs de croissance importants de ces dernières années continuent de dominer – les services logiciels et informatiques et les services de R&D scientifique, qui constituent le cœur de l’industrie high-tech israélienne, qui ont augmenté de 29 % et 48 %, d’environ 110% dans la médiane par rapport à la première médiane de l’année dernière et une augmentation a également été enregistrée dans le segment des exportations de services dans le cadre de l’activité de vente des start-up, qui a augmenté d’environ 77%..

Dans le segment des matières premières, la poursuite de la reprise depuis le début de l’année est évidente et la tendance à la croissance traverse les secteurs et les secteurs. Une croissance significative d’environ 13% a été enregistrée dans les exportations médianes de biens sans diamants et contrairement à la tendance de ces dernières années, les exportations de diamants se redressent de manière impressionnante avec une croissance d’environ 111% au premier semestre par rapport au premier semestre 2020. Regard sur les exportations des diamants sans diamants Au premier 2021, l’essentiel des exportations (40 %) est dirigé vers les marchés européens, 33 % vers les marchés américains et environ 25 % vers les marchés asiatiques.

Au cours du dernier semestre, de nombreux marchés d’exportation ont connu une croissance impressionnante, notamment les exportations vers l’UE qui ont augmenté d’environ 17%, dont les exportations vers l’Italie (+ 95%), la Belgique (+ 50%), l’Espagne (+ 43%), exportations Vers les États-Unis, qui ont augmenté d’environ 23 %, les exportations vers l’Asie, qui ont augmenté d’environ 15 %, ont connu des exportations vers la Chine (+ 5 %), l’Inde (+ 70 %), la Corée du Sud (+ 68 %) et Taïwan (+ 12%), et affiche également une bonne croissance Exportations vers la Turquie (+ 23%), le Brésil (+ 15%) et la Russie (+ 21%).

Orna Barbibai, ministre de l’Économie et de l’Industrie :  « Nous sommes fiers de l’industrie israélienne, du secteur des affaires, du secteur de la haute technologie et des entrepreneurs technologiques en Israël qui prouvent à maintes reprises qu’il n’y a rien qui s’oppose de la détermination israélienne à percer et à gagner. Travailler pour éliminer les barrières commerciales, ouvrir des portes à de nouveaux marchés pour l’industrie israélienne et fournir un soutien et des conseils professionnels aux entreprises intéressées à étendre leurs activités sur les marchés existants ou à pénétrer de nouveaux marchés. « 

Ohad Cohen, directeur de l’administration du commerce extérieur – ministère de l’Économie et de l’Industrie :  « Selon toutes nos estimations, les exportations israéliennes vont battre un record historique et dépasser le seuil des 130 milliards de dollars en 2021. Cette réalisation des exportations israéliennes reflète un retard d’un an seulement par rapport à l’objectif. L’original a été établi par le ministère de l’Économie et de l’Industrie, qui a travaillé avec tous les outils pour atteindre l’objectif et battre ce record d’ici la fin de 2020. « 

JForum

4 Commentaires

  1. Au rythme de cette parite euro shekel, il sera difficile d’envisager une alya pour de simples retraités.
    Les prix de l’immobilier c ‘est la flambée des prix.
    Et à l’ échelle collective les chinois rachètent des ports et une grande partie des kibboutsim, c une perte de souveraineté économique d’un côté et une perte de souverainete identitaire de l’autre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.