A picture obtained by AFP outside Iran on September 21, 2022, shows Iranian demonstrators taking to the streets of the capital Tehran during a protest for Mahsa Amini, days after she died in police custody. - Protests spread to 15 cities across Iran overnight over the death of the young woman Mahsa Amini after her arrest by the country's morality police, state media reported today.In the fifth night of street rallies, police used tear gas and made arrests to disperse crowds of up to 1,000 people, the official IRNA news agency said. (Photo by AFP)

Iran : Les émeutes se sont étendues à plus de 100 villes. Des dizaines de morts.

Les manifestations en Iran sont entrées dimanche dans leur septième jour alors que les gens continuaient de descendre dans la rue, brûlant des photos du guide suprême Ali Khamenei et appelant à la chute du régime islamique.
De nombreux rapports affirment que dans plus de 100 grandes villes d’Iran, il y a actuellement de graves troubles civils et que plus de 100 personnes ont déjà été tuées tandis que des milliers d’autres ont été arrêtées dans les rues.
Dans la nuit du 21 septembre, des tirs des forces de sécurité ont fait au moins 19 morts , dont trois enfants, a-t-il ajouté.
Les manifestations sont les plus importantes à balayer le pays depuis les manifestations sur les prix du carburant en 2019, lorsque Reuters a rapporté que 1 500 personnes avaient été tuées lors d’une répression contre les manifestants – la confrontation la plus sanglante de l’histoire de la République islamique.
Les protestations contre le régime en Iran se sont étendues à plus de 15 nouvelles villes ces dernières heures, portant le nombre de villes où il y a des manifestations de colère contre la mort de Mahsa Amini à plus de 80 villes à travers le pays. Les autorités intensifient leurs réponses et des dizaines de personnes ont été tuées et d’éminents militants et journalistes ont été arrêtés.

Réponses en Iran

Les médias officiels ont cité samedi le président iranien Ebrahim Raisi disant que l’Iran doit « traiter de manière décisive avec ceux qui s’opposent à la sécurité et à la tranquillité du pays ».
Le régime fait venir des centaines de milliers de ses partisans pour organiser des manifestations de soutien.
Les peuples pro-gouvernementaux se rassemblent contre les récents rassemblements de protestation en Iran, après la cérémonie de prière du vendredi à Téhéran, Iran, le 23 septembre 2022. (Crédit : Majid Asgaripour/WANA via Reuters)Manifestants pro-gouvernementaux se rassemblant contre les récents rassemblements de protestation en Iran, après la cérémonie de prière du vendredi à Téhéran, Iran, le 23 septembre 2022. (Crédit : Majid Asgaripour/WANA via Reuters)
Raisi parlait par téléphone à la famille d’un membre de la force volontaire Basij tué alors qu’il participait à la répression des troubles dans la ville de Mashhad, dans le nord-est du pays.
Le président « a souligné la nécessité de faire la distinction entre protestation et perturbation de l’ordre public et de la sécurité, et a qualifié les événements… d’émeute », ont rapporté les médias officiels.
Au moins trois fois cette semaine, l’Internet mobile a été interrompu en Iran, a rapporté l’organisme de surveillance NetBlocks. Les militants disent que cette décision vise à empêcher que des séquences vidéo de la violence n’atteignent le monde.

Image

Samedi, NetBlocks a déclaré que l’application d’appel vidéo MSFT.O Skype de Microsoft était désormais restreinte, la dernière mesure de ce type après que des plates-formes telles qu’Instagram, WhatsApp et LinkedIn ont été ciblées.
Dans plusieurs villes, dont la capitale Téhéran, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur la foule ou tiré depuis les fenêtres.
Dans la ville de Rasht, chef-lieu du district de Gilan dans le nord-ouest du pays, des témoins oculaires et des vidéos sur les réseaux sociaux ont affirmé que les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes sur des appartements, selon le  « New York Times »  .
Les médias d’État iraniens ont rapporté qu’au moins 50 personnes ont été tuées dans les troubles, mais les groupes de défense des droits de l’homme affirment que le nombre est beaucoup plus élevé.
Le bilan précédent, rapporté dans les médias du pays, était de 17 morts, dont au moins cinq membres des forces de sécurité.
Dans le nord-ouest de l’Iran, la petite ville d’Ashnoya serait tombée aux mains des manifestants alors que les forces de sécurité locales se retiraient après des jours de violents combats, selon le rédacteur en chef d’un site d’information kurde.
À Téhéran, les manifestations ont changé de forme, passant de grands rassemblements dans des zones spécifiques à de plus petits groupes dispersés dans la plupart des quartiers, y compris les quartiers riches et ouvriers du nord.
Dans la ville religieuse de Qom, fief de l’influence du régime, des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des scènes inédites de jeunes femmes retirant leur foulard et scandant contre le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.
Dans un rapport publié samedi, le  magazine américain « Time » a  déclaré que les manifestations en cours en Iran « ont ébranlé le cœur » du régime qui dirige le pays.
Le magazine a confirmé qu’avec l’annonce du déclenchement de manifestations dans plus de 80 villes, et que leur nombre augmente de jour en jour, il semble que les forces de sécurité se soient affaiblies et que des rapports aient commencé à parler de la propagation des désaccords dans leurs rangs.
Cependant, le magazine souligne que, malheureusement, on s’attend de plus en plus à ce que les autorités recourent à davantage de répression pour tenter de réprimer les manifestations, comme cela s’est produit en 2019 et 2009.
Dans le même temps, les manifestations nationales en Iran se sont étendues à de nombreuses villes du pays telles que Mashhad, Sandaj, Tabriz et Qazvin. Parmi les noms des manifestants, on peut entendre des chants désobligeants contre le chef suprême de l’Iran, Ali Khamenei, et contre le chef politique de la révolution islamique de 1979, Ruhollah Khomeini. Aussi, parmi les slogans proéminents, vous pouvez entendre « Ni Gaza ni le Liban, je sacrifie ma vie pour l’Iran », « Je tuerai celui qui a tué ma sœur », nous ne voulons pas de cheikh, maudissez l’Ayatollah ».

Crédit : Alhora Crédit photo : Réseaux sociaux

Des manifestants iraniens avaient brûlé la plus grande effigie du guide suprême Ali Khamenei. L’agence de presse Mahar a rapporté que pour la première fois, les forces de l’unité des femmes ont été utilisées pour réprimer les manifestants lors de manifestations

Manifestation en Iran (Photo : WANA (Agence de presse de l'Asie de l'Ouest) via REUTERS) Manifestation en Iran (Photo : WANA (Agence de presse de l’Asie de l’Ouest) via REUTERS)
Les manifestations contre le régime iranien se sont poursuivies, dans le cadre de la protestation contre l’ assassinat de Mahsa Amini , une jeune femme de 22 ans qui a été arrêtée par la « police des mœurs » parce qu’elle portait un hijab dans une tenue « bâclée ». manière ». Elle aurait été battue à mort lors de son arrestation.« Les gens ont déchiré les photos de Khamenei » : l’événement qui agite l’Iran. Après les condamnations et les protestations à Téhéran : l’Iran a annoncé l’ouverture d’une enquête sur les circonstances de la mort d’Amini
Selon des informations, au moins trois policiers ont été poignardés ou abattus à plusieurs endroits de la ville lors d’« affrontements avec des manifestants ». Des vidéos largement diffusées sur les réseaux sociaux montraient des femmes parmi les manifestants enlevant leur couvre-chef et les jetant dans des feux de fortune, tandis que d’autres se coupaient les cheveux dans un geste symbolique. « Non au voile, non au turban, oui à la liberté et à l’égalité », scandaient les manifestants à Téhéran.

Des femmes se coupent les cheveux en signe de protestation (Photo : REUTERS/Murad Sezer)

Des femmes se coupent les cheveux en signe de protestation (Photo : REUTERS/Murad Sezer)

 

Manifestation dans le district d’Amol :

Pour rappel, hier, les autorités iraniennes ont bloqué l’ accès aux réseaux sociaux détenus par la société META, dont WhatsApp et Instagram. Selon les données de l’entreprise, d’importantes perturbations se sont fait sentir dans la réception des serveurs, entre autres dans la province du Kurdistan à l’ouest de l’Iran et aussi dans la capitale Téhéran.

Manifestations contre le meurtre de la jeune femme en Iran (Photo : Reuters)

Manifestations contre le meurtre de la jeune femme en Iran (Photo : Reuters)
Selon la loi islamique mise en place en Iran à la suite de la révolution de 1979, les femmes doivent porter le hijab et la violation de cette loi peut entraîner une peine pouvant aller jusqu’à deux mois de prison. L’amende pour violation de la loi peut être de 50 000 à 500 000 riyals.
JForum avec maariv.co.il,  infos-israel.news et JeruPost

1 COMMENTAIRE

  1. Pour les mollahs ça doit sentir le sapin qui brûle pour eux , ils ont récolté ce qu’ils ont semé , la privation de liberté a tous surtout aux femmes ce qui va les précipiter dans les abîmes sans fin ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.