Manifestations en Iran : «le chaos est inacceptable», pour le président

Le président iranien Ebrahim Raïssi a condamné mercredi 28 septembre les «émeutiers» et jugé «le chaos inacceptable», sur fond des manifestations déclenchées après la mort d’une jeune femme arrêtée par la police des mœurs.
«Ceux qui ont pris part aux émeutes doivent être traités fermement comme le veut le peuple», a-t-il dit lors d’une interview à la télévision d’Etat. «L’ennemi a visé l’unité nationale et veut dresser les gens les uns contre les autres», a-t-il ajouté, accusant les Etats-Unis, l’ennemi juré de la République islamique, d’attiser la contestation. Il a reconnu que la mort de Mahsa Amini avait suscité «peine et chagrin» chez les Iraniens et a promis que les autorités présenteraient «bientôt» un rapport final sur ce décès.

Manifestations quotidiennes

Des manifestations ont lieu chaque soir depuis le 16 septembre, date de la mort à l’hôpital de Mahsa Amini, 22 ans. Elle avait été arrêtée trois jours plus tôt par la police des mœurs pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en République islamique d’Iran, qui doivent se couvrir les cheveux en public. «La sécurité des personnes est la ligne rouge de la République islamique d’Iran et personne n’est autorisé à enfreindre la loi et à semer le chaos» qui est «inacceptable», a martelé Le président.
Selon un dernier bilan donné mardi par l’agence Fars, «environ 60 personnes ont été tuées» depuis le début des protestations. Les autorités ont fait état de 10 morts parmi les forces de l’ordre mais il n’était pas clair si ceux-ci figuraient parmi les 60 morts. Les autorités ont fait état en outre de l’arrestation de plus de 1.200 manifestants depuis le 16 septembre.

Mais quel est le nombre réel de manifestants morts, blessés et arrêtés ?

Tout ce que l’on sait vraiment, c’est que les chiffres continuent d’augmenter, et malgré tous les chiffres qui sortent sur les réseaux sociaux et dans les reportages, personne ne sait vraiment quel est le nombre de victimes et combien de détenus se trouvent dans les cellules de détention, ni est-il vraiment clair quelles villes ont rejoint la vague de protestations, et il existe des publications sur des dizaines de villes et sur une centaine de villes différentes en Iran où il y a des manifestations.
Le régime ne divulgue pas de données ou toute autre information, et en Iran, comme en Iran, le régime n’informe pas toujours les familles des morts, des blessés et des arrêtés, et si le régime remet le corps d’un manifestant décédé à la famille , il existe de nombreux cas où cela ne se produit qu’après que la famille s’est engagée à ne pas organiser de funérailles publiques et à ne pas publier le décès du membre de la famille, ou en d’autres termes – à ne pas publier un mot sur le meurtre de leur proche par le les voyous du régime…!
Les chiffres des morts qui sont publiés sur les réseaux et dans les médias, dépendent de la source de la publication, quand ils ont été publiés dans les médias iraniens – les porte-parole de la propagande du régime, ils étaient l’écho de ce qui a été dit de sources autres, et non d’une source gouvernementale officielle, et il n’y a pas de publication en ligne d’une source qui s’appuie sur des chiffres officiels ou des données vérifiables, nous voyons donc une fourchette allant de plusieurs dizaines à 150 et même des centaines de morts.
Naturellement, les chiffres des blessés ne proviennent pas non plus des chiffres officiels du régime des ayatollahs, ils ont plutôt été compilés à partir de publications ou de dossiers hospitaliers, et les directions des hôpitaux et les médecins sont menacés par le régime de ne rien publier sur les chiffres des blessés dans les manifestations ou des détails sur les types de blessures, et d’après ce qu’on peut apprendre de ce qui est publié sur Internet, ce sont des milliers de blessés. J’ajouterai que même en cas de blessé, les membres de la famille ne seront pas toujours ( le cas échéant) reçoivent notification de la blessure d’un membre de leur famille, et où ils sont hospitalisés, car il y a aussi des cas où les blessés ne viennent pas du tout dans les hôpitaux, et dans le meilleur des cas ils sont soignés dans les centres de détention.
Comme mentionné, les arrestations se poursuivent également et même si le régime ne publie pas de données concernant les détenus, le nombre de détenus est estimé à plusieurs milliers, et la fourchette varie d’environ 5 000 à 10 000 détenus (selon la source du publication) et puisque dans de nombreux cas les voyous du régime viennent les arrêter chez eux, alors bien sûr les familles savaient que leurs proches avaient été arrêtés, mais dans les cas où les détenus sont kidnappés/arrêtés dans la rue, vous n’avez aucune raison s’attendre à ce que le régime informe la famille des détenus de manière ordonnée, cela ne se produit tout simplement pas.

 

Image

Une moto de police brûle lors d'une manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini à Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022.

Une moto de police brûle lors d’une manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini à Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022. WANA NEWS AGENCY / REUTERS
JForum avec  Le Figaro et Nziv

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.